lienlien
› Musiques Riot Games
> http://pathofvaloran.forumactif.org/ < Le forum a déménagé ! Retrouvez-nous sur Path of Valoran



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Mer 25 Mar - 13:07


 
UNE MINEURE EN CELLULE

 

Je m'ennuyais, je m'ennuyais grandement. Depuis un mois que je vivais chez Miss Blondasse, c'était tous les jours, ennuyants à mourir. La demoiselle qui devait me garder changer tous les jours, pour avoir une sorte de tournante entre trois. Janna disait que c'était pour leur bien. Finalement, deux d'entre elles étaient déjà parties en dépression et je me suis fait gronder à chaque fois. Janna avait même déjà menacé de me foutre dehors si jamais je n'étais pas plus sage. Pourtant, je faisais des efforts, premièrement, je n’ai pas attaqué celle qui s'appelait Julie, quoi qu'elle dise, ce n’est pas moi. Deuxièmement, j'ai pas mis le feu à la maison de Miss Blondasse et c'ets un exploit. Troisièmement, bah je suis gentille.

Enfin bon, c'était bientôt la fin de la journée et comme toujours je n'avais pas le droit de sortir de la maison, à la limite je pouvais jouer dans la rue. Le cours d'histoire venait de se terminer avec un interminable passage sur Zaun. C'était chiant, mais chiant. J'ai bien failli m'endormir un milliard de fois. Enfin bon, là je regardais dehors, le soleil, les maisons, les gens. Je m'ennuyais grandement. Je réfléchissais, si je sortais en douce maintenant et que je revenais avant la fin de la nuit, j'allais rentrer bien avant Miss Blondasse. Et si je rentrais avant Janna, suffisait que je fasse peur à ma gardienne pour qu'elle se taise. Très bonne idée ça.

Avec cette superbe idée en tête, je me mis en route, évitant ma gardienne et sortant par le jardin. Bon maintenant, je peux aller où ? Au centre-ville ? Très bonne idée ça. Ouaip enfin, si j'avais la moindre notion de survie. Il me semble qu'au bout d'une heure de marche, alors que le soleil commençait à peine à se coucher, que j'étais perdu. Je devais me trouver à la périphérie de la ville et j'étais incapable de retrouver le chemin de la maison de Miss Blondasse. Assisse sur un banc, Tibbers dans mes bras, je regardais autour de moi pour voir si je pouvais me repérer par rapport à un panneau ou à un autre truc. Puis arriva proche de moi, un homme, plutôt jeune.

"Hey jeune fille, oui c'est de toi que je parle. Tu es bien la championne Annie de la Ligue des Légendes ?"

Ma popularité était assez énorme, même depuis que la Ligue n'existait plus. Je m'approchai de lui et lui fit signe de la tête.

"Oui je suis Annie et lui c'est Tibbers. Si tu es un pédo ... un pérofille, il va te défoncer."

L'homme rigola.

"Non, non, je serais fou de vouloir te faire du mal. J'ai un ami qui organise dans sa cave des combats, c'est un peu similaire à la Ligue, mais avec les invocateurs en moins. Je cherche un champion à sponsoriser et je me dis que tu aimerais peut-être te battre ?"

"Euh ... ouai, c'est super ça. J'y gagne quoi."

"Un paquet de bonbons, par combat que tu gagnes ? C'est okay ?"

Ravie d'avoir fait une si bonne affaire, je lui fis un signe oui de la tête. Il me prit par la main et m'amena quelques rues plus loin dans une maison d'une ruelle assez sombre, il parla avec le gars à l'entrée et ils nous laissèrent descendre dans la cave. C'était plutôt grand et sur le ring au centre, deux hommes se battaient. Le premier se tenait les côtes et le second avait une grande hache dans les mains. Le gars qui m'avait emmené ici s'approcha de moi.

"C'est arrangé, tu combats juste après eux contre le gagnant. Par contre, il y a des règles, le combat s'arrête si la cloche sonne, sinon tout est permis. Tu peux même utiliser Tibbers si tu veux. Tu as compris ? Par contre, j'ai dit que tu t'appelais Fraise et que tu venais de Piltover. Tu devrais porter cette cape pour que les gens te reconnaissent. Okay ?"

Excité de pouvoir me battre, je fis oui de la tête, je le laissai accrocher une cape noire à mes épaules et me cacher la tête avec. Je courut ensuite au bord du ring et attendit sagement que se soit mon tour. Lorsque la cloche sonna et que je pus monter sur le ring, ce fut magnifique. L'homme avec sa grosse hache me regarda.

"Alors la naine, on veut se prendre pour une grande. Abdique et je ne te ferai pas de mal."

Un sourire se marqua sur mon visage.

"Tu vas finir en cendre. Hihihihihihihi"

Je lui lançai deux boules de feu directement dans le ventre. Par surprise, il ne put pas les esquiver et ne vit pas que j'arriver rapidement dans son dos. Je sautai sur l'homme et lui écrasa une flamme sur la tête, regarda ces cheveux prendre feu. Il commença à crier et se débattre, c'était rigolo. Les gens dans la foule étaient hystériques. En sautant sur le ring je mis le feu à ces vêtements et le regardait se débattre de plus en plus. Il tomba au sol alors et quelqu'un arriva avec des couvertures pour l'éteindre. La cloche sonna alors. J'avais gagné bien entendu. Puis soudain une explosion, la porte de la cave vola en morceaux et plusieurs personnes entrèrent. Une femme dégaina son arme vers la foule.

"Police de Piltover, vous êtes tous en état d'arrestation pour combat illégal, pari et port d'armes interdit."

Sur le coup, tout le monde se mis à courir dans tous les sens.



Revenir en haut Aller en bas
Ahri
› THE NINE-TAILED FOX
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 20
Localisation : Ionia

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Jeu 26 Mar - 14:32

« … Oui, ENCORE. Tu vas me faire le plaisir de me réparer ça illico, ou je les dégomme, et j’irai me fournir chez Donger ! »

D’un geste rageur, je raccrochai au nez de Jayce le combiné du système de communication à distance. Voilà deux jours que les robots gardes de la ville, dont j’étais supposée avoir l’entier contrôle, régulièrement, s’alignaient en rang, cessaient leur patrouille, et se mettaient à danser. Je me fichai bien des explications de leur créateur, piratage des circuits, virus dans le système, ce n’était pas mon problème. Je n’avais vraiment pas le temps de m’occuper de ça.
Et ça tombait vraiment mal, parce que j’avais une intervention à faire, alors il avait intérêt à se dépêcher de me réparer ça. Depuis la chute de l’Institut, les combats illégaux fleurissaient un peu partout, paris à la clef, pour engraisser les organisateurs sur le dos de ceux qu’ils faisaient combattre pour quelques miettes de pain. Si les plus petites organisations de ce type étaient faciles à attraper, les gros poissons, et les plus dangereux, prenaient leurs précautions, et n’était pas facile à dénicher. Mais personne ne résistait à mon investigation bien longtemps.

Cette fois, ce n’était pas vraiment le gros lot, mais c’était quand-même une bonne prise de ce que j’avais pu comprendre. Alors j’avais besoin d’une équipe prête à l’action, et non pas en train d’éloigner les passants qui s’amassaient autour de cette troupe de stupides robots.
Quelques heures plus tard, après une centaine de signes d’impatience de ma part, enfin, ce inventeur prétentieux avait terminé. Je pouvais enfin laisser les robots patrouiller – espérant que l’envie de danser ne leur reprenne pas de sitôt -, et récupérer mon équipe, vers le point d’intervention. Pas trop tôt.

Rapidité, discrétion. En arrivant de rues différentes pour se centrer au même point au dernier moment, au cas ou des complices auraient été en train de surveiller, et nous étions finalement une dizaine devant la porte de cette cave ou, si mes informations étaient bonnes, se déroulaient sûrement en ce moment même des combats illégaux.

Un bon coup de gant Hextech de ma partenaire, et la porte vola en éclat. Bingo, il y avait là bien une arène improvisée, avec des combattants, du public, tout ce qui était attendu. Levant mon arme et la pointant vers tout ce beau monde, je déclarai l’état d’arrestation pour tous, tandis que le reste de l’équipe interceptait chaque personne. J’interrogeai rapidement, en examinant chaque personne, pour savoir qui était simple public, et qui participait aux combats, ou pire, les organisait. Ceux-là prenaient la direction du poste, tandis que les autres pourraient partir avec un simple avertissement.

Je regardais tout le monde passer en rang, jusqu’à apercevoir une silhouette bien plus petite que les autres. Un Yordle ? Non… Une enfant ? Elle tenait même un ours en peluche dans les mains. En ramenant tout ce petit monde au poste, je me questionnai. Qui avait été assez irresponsable pour emmener une enfant dans ce genre de lieu ? Pire encore, elle prenait visiblement part aux combats.
Hors de question de mettre cette gamine en cellule avec les autres. Tous les autres furent entassés, tandis que je ramenai l’enfant dans mon bureau pour qu’elle s’asseye en face de moi, en lui faisant les gros yeux. Ceux qui lui disaient qu’elle avait fait une grosse bêtise.

« Retire cette cape », lui dis-je avec un ton autoritaire.

Son apparence m’était familière, ainsi que son ours. Je l’avais déjà croisée sur les champs de justice, et comme souvent, c’était des anciens champions qui étaient recrutés pour ce genre de combat de cave. C’en était pathétique.

« Tu es Annie, c’est ça ? Et Tibbers ? Tu te rends compte que tu as fait une grosse bêtise ? »

Je lui expliquai en quoi c’était mal de suivre un étranger comme elle l’avait fait, et que se battre comme ça était intérdit.
En lui posant quelques questions, et en fouillant dans mes dossiers, je pu retrouver la trace de celle qui se chargeait d’elle en ce moment. Elle n’était plus à l’orphelinat, mais sous la tutelle de nul autre que notre célèbre journaliste et Miss Météo, Janna. Empoignant le combiné du système téléphonique, je fis tourner le cadran pour contacter le bureau ou elle travaillait, avant de la demander.

« Mademoiselle Janna, c'est le Shérif. La jeune Annie est au poste de police. Il faudrait que vous veniez la chercher. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Mer 1 Avr - 19:48


Janna, comme tous les matins, était partie à l'aube. Les scoops n'attendaient pas. Elle avait laissé la jeune fille sous bonne garde, enfin les espéraient. Arrivée au bureau la 1re chose qu'elle fit, c'était de demander un café à son assistante. Elle avait mal au crâne, Annie lui causait beaucoup de soucis. Elle n'arrêtait pas de harceler l'orphelinat pour qu'il trouve quelqu'un, mais aucune réponse ne lui était parvenue. Elle avait même embauché un 2e assistant pour qu'il s'occupe de ses affaires personnelles. Le pauvre était chargé de trouver des gardiennes et des parents pour la jeune fille. En se levant, elle eut une idée folle, mais peut être bonne. Elle convoqua donc Bruno, son gestionnaire de crise comme elle aimait l'appeler.

- Bonjour Dame Janna

- Bonjour Bruno. Je t'ai demandé devenir, car j'ai peut être un idée, criquée mais au point où j'en suis. Dit-elle lasse

Il la regarda droit dans les yeux, inquiet

- Ne me dites pas que vous allez l'envoyer à Noxus. S'interrogea-t-il

- Eh non

Bruno était perspicace et intelligent, elle le soupçonnait de savoir qu'elle était ses projets. Bruno était un orphelin de Zaun comme elle, elle l'avait rencontré, il y a quelques années dans la rue, et l'avait pris sous son aile. Elle lui avait offert un job et une modeste demeure. Elle se voyait en lui au même âge. Puisque Janna voulait reprendre Zaun et détrôner le gouvernement, il était normal qu’elle cherche à se faire des alliés, si elle livrait Annie, elle pouvait s'en faire un beau. Mais elle avait d'autres projets pour elle.

Elle reprit la parole

- Pour son bien, il lui faudrait des parents durs et puissants

- Vous décrivez des Noxiens

- Oui hélas, mais je sais que cela ne sera pas possible.

- Quelle est votre solution alors...

- Je vais....

Elle fut interrompue par le bruit du téléphone, enfin cet engin de la damnation, mais pratique qu'un savant avait récemment inventé.  

Au bout du combiner, on lui informa qu'Annie était au poste de Police. Elle soupira et fermant les yeux, Bruno n'avait pas besoin de demander pour comprendre que c'était encore la fillette qui posait problème.

- On en rediscutera plus tard. Dit-elle

- Dois-je encore cherche des parents ?

- Non, trouvez-moi des nourrices dignes d'un général Noxien ou aussi dangereuses qu'un...

- Savante de Zaun, oui, je sais. Dit-il

Pour plus de rapidité, la belle ouvrit la fenêtre de son bureau située dans la tour de radio. Elle n'avait nullement peur de la chute, elle prit le courant en marchant et se laissa guider jusqu'au commissariat. Arrivée au bureau de Police, elle informa la réception qu'elle avait été convoquée pour Annie Hastur. On lui indiqua le bureau du shérif. L'air autour d'elle crépitait, la tempête n'était vraiment pas loin. Même, le temps dehors commençait à obscurcir de nuages. Elle frappa à la porte et entra

- Bonjour, je suis là pour Annie. Dit-elle sèchement

Elle connaissait bien le shérif, elle l'avait déjà interviewé lors d'arrestation extraordinaire ou fait divers exceptionnel. Eh plus d'être une très belle femme, la policière était une redoutable enquêtrice, si elle avait choisi la même voix que Janna, elles auraient pu être rival. Mais heureusement pour la journaliste, il y avait peu de rivaux de la recherche de scoop.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Jeu 2 Avr - 12:12


UNE MINEURE EN CELLULE



La police était vraiment partout et je me résignai à bien rester dans les rangs pour aller au commissariat. Je mis mon visage et mon corps bien à l'abri derrière la cape que le monsieur m'avait donnée et lorsque l'on arriva dans le bâtiment, la madame que je reconnus comme étant une ancienne championne me demanda de m'asseoir sur une chaise en face d'elle. Elle commença alors à me dire que j'avais fait une grosse connerie.

"Ce n’est pas ma faute, madame, le monsieur il m'a dit que j'allais recevoir des bonbons si je voulais me battre contre l'autre gros monsieur. Alors, j'ai été avec lui, mais j'avais pas peur, car si c'était un perofille, je l'aurai tué. Donc je me suis battu contre l'autre gros monsieur et je l'ai presque tué, mais là, des gens sont venus pour l'éteindre et ce n’était pas ma faute."

Ma réponse n'avait pas dû la convaincre, car elle m'annonça qu'elle allait appeler Miss Blondasse. Elle reposa le combiné et me regarda avec sévérité.

"Je suis désolée madame, si je n’ai pas été gentille. Je vais encore perdre ma maman adoptive, alors qu'elle je voulais rester avec elle. Elle va sûrement me renvoyer à l'orphelinat, mais vu qu'eux aussi ils veulent plus de moi, je vais me retrouver dans la rue. De toute façon, personne ne veut de moi, mes parents m'ont envoyé vivre à la Ligue, car dans le camp tout le monde voulait me tuer. Puis à la Ligue, les institutrices elle ne voulait pas de moi. Puis à l'orphelinat, y'a pas de parents qui veulent de moi. Je vais me retrouver seule et sans famille."

Je fis mon possible pour qu'une larme coule sur ma joue et en faisant une moue triste je continuais.

"Je sais que faire le mal et me battre, car mes parents m'ont toujours laissé faire et lorsque j'ai vécu à la Ligue, on m'acclamé pour avoir tué des gens. Alors pour moi c'est normal ce genre de chose comme ce soir, je m'amuse beaucoup à me battre et on me dit souvent que c'est mal. Mais si c'était mal, pourquoi les gens me laissaient faire depuis aussi loin que je me souvienne. Regardé Tibber."

Je tendis ma peluche à madame la shérif.

"Il pourra vous dire que je n’étais pas comme ça. Lorsque je l'ai capturé, j'avais plein d'amour pour lui et mes parents. Pourquoi je ..."

La porte s'ouvrit et Janna entra, elle était furieuse, ça se voyait, elle allait prendre des sanctions contre moi. Mais moi je ne voulais pas qu'elle me renvoie, je devais arrondir les angles. Je sautai de la chaise et me réfugia dans ces jambes en pleurant fort.

"Je ... je ... je suis désolée, j'ai pas fait exprès. Le monsieur il m'a dit de venir et ... et ... et il a dit .... il a dit ... il a dit que j'aurai des bonbons en échange. Moi je voulais les bonbons ... c'est bon ... les bonbons et je l'ai suivit, mais en fait ... il y avait pas de bonbons ... il y avait ... avait ... pleins de gens dans la cave, beaucoup de gens ... et ... et ... et ... et il m'a dit de me battre ... sinon ... sinon ... j'allais le regretter ... j'ai pas fait exprès ... de ... de ... presque tuer l'autre monsieur, mais ... mais ... mais je voulais pas que le monsieur il me fasse du mal et je ... je ... je voulais pas de bisou non plus ... alors j'ai ... j'ai battu le monsieur ... madame la shérif ... est arrivé juste à temps ... car ... car ... je suis désoléééééééééééé."

Je serrais Miss Blondasse tout en pleurant de tout mon corps, ça ne pouvait que marcher.

"Hein ? ... madame ... madame le shérif ... c'est-ce qu'il c'est passé ?"

Revenir en haut Aller en bas
Ahri
› THE NINE-TAILED FOX
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 20
Localisation : Ionia

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Jeu 2 Avr - 22:05

A peine j’eus commencé à l'interroger, qu'Annie était déjà en train de tenter de trouver toutes les justifications du monde. Bien sûr, le sort de la petite la touchait, et son séjour à l'Institut, ou on lui avait appris à tuer sans lui expliquer qu'il ne fallait pas le faire en dehors, l'avait rendue ingérable, et ce n'était pas de sa faute. Bien sûr, elle méritait de trouver une famille qui ait la patience de lui enseigner comment se comporter normalement.  Mais je n'étais pas dupe de son petit numéro pour autant.

Cela dit, Caitlyn avait bien conscience que la petite était surtout une victime dans cette histoire, de sa crédulité, emportée par des adultes voulant profiter d'elle. Ce n'était pas de la pédophilie, mais ça s'y apparentait, il s'agissait quand même, de ce que la shérif pouvait comprendre des paroles d'Annie, d'un homme l'ayant attiré avec des bonbons pour profite d'elle et se faire de l'argent sur son dos. Le genre de comportement immoral et répugnant, qui n'était en aucun cas la faute de la petite - même si Annie avait prenait plaisir à bruler des gens, la question n'était pas là -. Elle devait cependant comprendre, et apprendre, qu'en ne réfléchissant pas et en suivant le premier inconnu venu, avec la première tentation, on se retrouvait dans de mauvaises situations.

J'attrapais sans trop comprendre la peluche qu'elle me tendait. Elle me faisait son petit numéro de violons, comme c'était touchant. Je levais les yeux au ciel.

" Arrête ton cirque. Tu as fais une bêtise, tu dois l'assumer. "

Janna se présenta rapidement, plus que je ne l'aurais pensé. Tant mieux en un sens, même si Annie avait fait une bêtise, elle devait être sous le choc de tout ce qu'il venait de se passer, et avait sans doute besoin d'une présence rassurante rapidement. Effectivement, elle se précipita dans ses jupes pour tenter de se justifier, balbutiant des phrases presque incompréhensibles, avant de me demander son approbation. Tout ça ressemblait bien à des larmes de crocodiles, et je me demandai si sa tutrice se laisserait prendre à ce petit jeu. Je relevai les yeux sur Janna, et l'invitait à venir s'asseoir en face de moi.

" Merci d'être venue aussi vite. Il se trouve que cette jeune fille s'est retrouvée dans une arène de combat illégale, entrainée par un homme l'ayant reconnue dans la rue comme ancienne championne de l'Institut. "

Mes propres mots me firent me rendre compte de la situation. J'avais ici une gamine qui m'avait balancé son ours enflammé un nombre incalculable de fois au visage, et qui, subitement, se retrouvait à pleurer dans les jupes de sa tutrice parce qu'elle s'était faite gronder. Une fois de plus, l'irresponsabilité des invocateurs, d'avoir ainsi gardé une enfant pour la faire combattre, aussi puissante soit-elle, me frappa. N'avaient-ils aucune considération pour son futur ? Pensaient-ils la garder là bas éternellement ?

" Elle est une victime. Des adultes ont abusé de sa crédulité. Mais elle a eu beaucoup de chance de s'être retrouvée là ou nous sommes intervenus, elle aurait pu être gravement blessée, ou causer d'importants dégats. "

Je repris l'ours en peluche, avec précaution sachant ce qu'il abritait, et lui tendis pour qu'elle le reprenne, afin de réengager la discussion directement avec elle.

" Tu ne dois jamais suivre des inconnus, quoi qu'ils te proposent, Annie. Et tu ne dois pas utiliser tes pouvoirs de feu sur les gens, non plus. "

Je relevai les yeux vers Janna, attendant une réaction de sa part. J'espérais simplement, pour la petite, que cet incident ne la renverrait pas à la case orphelinat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Dim 12 Avr - 10:24


Janna n'était pas crédule, elle avait eu le temps de lire le dossier de la fillette. Elle savait très bien qu'elle n'avait aucun remords pour ses actes. Cette fille était dépourvue d'émotions, une vraie machine à tuer.

Elle ignora donc la jeune fille avec une grande froideur. Son visage était si glacial, qu'on n’aurait pas été surpris de voir le blizzard se lever. Le temps à l’extérieur du bâtiment était de plus en plus déchainé. Une chose était sûre l'avatar n'était vraiment pas ravi. Elle prit place devant le bureau et regarda le policier faire la morale avec un air dubitatif. Cette femme pensait vraiment qu'Annie allait devenir sage, juste en lui faisant un sermon.

La journaliste se mit à toussoter pour faire un signe la policière.

- Madame l'agent, je ne voudrais pas mettre en doute vos compétences d'analyse psychologique, mais nous parlons d'Annie, ancienne championne de la ligue. Vous avez déjà dû combattre contre la demoiselle, je suppose. Vous connaissez sa réputation d'être une enfant cruelle et sans âme. Je peux vous affirmer que ce n'est pas une légende. Alors, ne vous laissez pas amadouer par son minois d'ange et ses larmes de crocodiles. Dit-elle d'un ton aussi froid que son expression.

Elle fixa Caitlyn droit dans les yeux. Tout le monde avait peur de cette enfant sauf Janna à première vue. Elle l'avait prise chez elle et n'avait pas été pas encore partie en dépression ou à l’hôpital.

Janna se tourna vers la jeune fille avec son air glacial. L’atmosphère était tel que les flammes d'Annie auraient pu geler sur place. Après une minute interminable comme ça.

- Je ne vois qu'une solution pour toi, je vais devoir te renvoyer d'où tu viens. Dit-elle sur un ton dur.

Dans ses yeux, on pouvait très bien lire qu'elle ne parlait pas de l’orphelinat. Annie savait très bien que là-bas, on ne voulait plus d'elle.

Janna n'avait pas l'intention de la renvoyer à Noxus, mais elle voulait refaire réagir la demoiselle. Puis que la gentillesse ne marchait pas, peut être que seule la cruauté pourrait la faire changer. Plus elle examinait l'orpheline, plus elle savait ce qu'elle allait faire.

Durant son enfance à Zaun, elle avait rencontré une jeune fille, orpheline comme elle. Elle avait encore des contacts avec. Elle était sûre qu'Annie allait bien s'entendre avec Shiva. Ce nom de démon lui allait comme un gant. En y regardant de plus près, Shiva avait dû être comme Annie étant enfant. Elle ne voulait pas en arrivée là, mais elle n'avait vraiment plus le choix. Shiva serait sa nouvelle gardienne, un point c'est tout.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Dim 12 Avr - 17:23


UNE MINEURE EN CELLULE



Je regardai Miss Blondasse s’asseoir en face de la shérif, cette dernière me rendit Tybbers et me réprimanda. Je baissai la tête, mis mes mains dans mon dos et m’exprima d’une petite voix.

"Oui madame, je le ferai plus."

Et c’est à ce moment-là que Janna toussota et commença à parler. Moi ? Une enfant cruelle et sans âme ? Mais eh c’était un peu fort ça. Je n’aimais pas ce que Miss Blondasse disait sur moi, et je fronçais les sourcils tout en serrant mes poings. Elle se tourna vers moi et un vrai duel de regard commença, ce fut Janna qui coupa ce silence. Elle voulait me renvoyer à Noxus, ce n’était pas de l’orphelinat qu’elle parlait, ni de la Ligue et encore moins du camp, mais de Noxus.

"TU N’AS PAS LE DROIT DE FAIRE SA. ILS ONT TUÉ MES PARENTS, ILS LEUR ONT FAIT DU MAL ET J’AI TOUJOURS REFUSÉ DE ME BATTRE POUR EUX. SI TU FAIS SA, JE TE TUERAI, TOI, TA MAISON, CETTE VILLE ET TOUS LES GENS QUE JE CROISERAI."

J’étais réellement colère, une flamme s’invoqua automatiquement dans chacune de mes mains, et je m’approchai de Janna. Mes yeux montraient de la colère, mais aussi de la tristesse. Au fur et à mesure que je criai dans le bureau de la shérif, les flammes gagnaient en ampleur, enflammant Tybbers. L’air devenait de plus en plus chaud.

"TU N’AS PAS LE DROIT DE M’ABANDONNER TOI, MOI J’AI ENVIE DE RESTER CHEZ TOI. JE VEUX QUE TU SOIS MA MAMAN. ET SI TU NE VEUX PAS, JE TE BRULE, TU ME SUPPLIERAS DE TE TUER, MAIS MOI JE TE FERAI AUTANT MAL QUE CE QUE TU VEUX ME FAIRE, ET JE TE BRULERAI TES BEAUX CHEVEUX, TON VISAGE ET TON CORPS. MAIS TU SERAS VIVANTE ET TU NE M’OUBLIERAS JAMAIS."

Puis la colère s’arrêta au profit d’une tristesse énorme. Les flammes s’arrêtèrent, Tybbers tomba au sol sans une brulure et l’air redevînt normal. Je fondis en larme et commença à pleurer sur le bord du bureau de Caitlyn.

"Tu es la meilleure maman que j’ai eue depuis que mes vrais parents sont morts, mais toi tu t’en fou complètement de moi. Je veux plus être seule. Plus jamais."

Revenir en haut Aller en bas
Ahri
› THE NINE-TAILED FOX
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 20
Localisation : Ionia

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   Mer 15 Avr - 2:09

La miss Météo avait beau penser ce qu'elle voulait, et même si vivre au contact de la jeune fille lui en avait sûrement apporté une expérience bien plus longue que la mienne, je n'arrivais pas à croire entièrement ses paroles. Qu'elle tente de me manipuler par des larmes de crocodiles, ça, il n'y avait aucun doute. Mais qu'elle n'ait vraiment aucune âme, et aucun sentiment ? Il ne lui semblait pas. Si elle tentait de la manipuler comme ça, c'était bien qu'elle avait des craintes. A ses yeux, Annie était une enfant absolument mal éduquée, colérique, dont le manque de notion de la conséquence de ses actes n'avait d'égal que son sadisme, c'était indéniable. Mais une enfant quand-même, qui avait besoin d'autorité autant que d'affection pour être redressée. Et quel que soit son caractère, ou le plaisir qu'elle ait pris à ce jeu, elle s'était faite manipuler par des adultes abusant de sa crédulité dans cette histoire.

Et d'une poigne de fer. Vu la réaction de la petite quand l'Avatar de l'air suggéra de la renvoyer "d’où elle venait". Je ne savais pas à quel endroit elle faisait référence, mais cette phrase plongea la petite dans une colère noire. Et si une crise de colère d'enfant pouvait être violente, celle d'Annie semblait simplement dévastatrice, l'enfant connaissant ses capacités destructrices. Avait-elle véritablement la notion de ce que la mort pouvait représenter, pour la semer avec autant de naturel qu'une enfant normal pourrait donner des coups de pied ? Je n'en avais aucune idée, mais il fallait absolument que cette petite soit prise en charge efficacement. Même si supporter une pyromane sadique ne devait pas être de tout repos, ce qui expliquait la réaction de Janna.

" Ca suffit, Annie " je grondais, sans qu'elle m'entende visiblement, trop occupée à continuer de crier. Cette fois, je ne voyais aucune fausse larme, ou ton exagéré, ni maladroite jeu d'acteur dans ses mots. La vérité me paraissait sortir de ses lèvres, et elle parlait clairement de la douleur que lui causait cette vie sans stabilité, sans parents, baladée de famille d'accueil en famille d'accueil, en passant par l'orphelinat. Mais pour le moment, le soucis était ailleurs, et je frappais un grand coup du plat de la main sur le bureau, la faisant claquer sèchement. La petite était en train de s'enflammer, au sens propre, et menaçait d'incendier le bureau avec son ours en peluche, ce qui me rappelait amèrement des scènes bien connues lors de combats de la League. Mais soudainement, toute cette fournaise disparu en un clin d'oeil, son ours retombant tristement sur le parquet, tandis qu'elle se mettait à pleurer, le visage dissimulé contre le bureau.

Je me levai, avec lenteur, pour ramasser l'ours en peluche, précautionneusement, car je craignais qu'il ne soit brulant. Mais toute chaleur était retombée avec la colère de la petite, qui s'était muée en tristesse. Je le reposai sur le bureau, avant de regarde Janna.

" Ce que vous allez faire d'elle ne me concerne pas. Mais pour le moment, cette petite vient d'être manipulée et utilisée par des adultes ayant profité d'elle, et c'est pour être certaine qu'elle rentre en sécurité, et non la punir, que je vous ai demandé de venir la chercher. "

Ma voix était relativement froide, et j'ignorais royalement les manifestations météorologiques exceptionnelles qui accompagnaient la venue et l'humeur de la miss Météo.

" Je vous crois sur parole concernant son caractère difficile, et e suis certaine que vous devez faire preuve d'une grande patience. Mais je suis certaine que même elle a besoin d'affection et de stabilité, pour un jour pouvoir rentrer dans les rangs "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une mineure en cellule [Annie / Caitlyn / Janna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Magie Mineure.
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» CELLULE INVISIBLE
» Ashley Vs Annie Social

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: North East :: Piltover :: Bureau du Shérif-