lienlien
› Musiques Riot Games



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 0:37


Pandore
Il est des secrets qui feraient mieux de rester cachés… pour votre bien.

Hello Zepp by Saw Theme Song on Grooveshark


Les souterrains de Noxus sont un endroit étrange en Runeterra : un vaste réseau dans lequel toute personne non préparée peut facilement se perdre et trouver la mort. Ils étaient également le lieu de curiosités étranges parmi lesquelles se trouvait le Manoir Lonoran. Perdu au fond d’un dédale de couloir, le dernier d’entre eux donnait sur un portail fait de métal noir donnant sur un jardin souterrain. Les plantes poussaient aidées par les cristaux de lumière bleus se trouvant incrustée aux parois. Brillamment entretenu, ce dernier devait être le travail de plusieurs servants et serviteurs. Au fond de ce dernier, accoudé à la roche se trouvait l’imposante structure. Encastré dans la roche, elle donnait une impression de grandeur et de majesté, quand à son ampleur, elle était difficilement estimable, s’enfonçant sans le moindre doute dans la roche.

A l’intérieur, tout n’était que richesse et ornements. Les portes en onyx noire étaient décorées de motifs en fils d’or. Le carrelage était un mélange de lapis lazuli et de marbre blanc tandis que les murs se trouvaient ornées de tableaux dont les prix devaient sans doute valoir une somme des plus rondelettes… d’ailleurs il n’était pas sensé être porté disparu celui-là ? Les meubles étaient tous travaillés à la perfection et ne semblait pas accepter la moindre trace de poussière. Bref, ici tout respirait l’opulence et la richesse mais pour la majorité des gens, ce lieu disposait d’une mauvaise réputation, sans doute à cause de la personne qui en était le propriétaire. Une dame à la tenue impeccable, au port noble et à l’attitude des plus mystérieuses…

Le Rez-de chaussé du manoir comportait l’immense salon d’où l’on pouvait accueillir un nombre conséquent d’invités, ainsi que quelques pièces annexes pour le cas où ces derniers voudraient parler un peu plus discrètement entre eux. Au sous-sol de ce dernier se trouvait tout ce qui avait traits aux divers hommes de maison : cuisines, chambre des serviteurs, buanderie, débarras… Ainsi qu’une entrée secondaire, ou une sortie de secours, dépendant du point de vue. Quand aux étages supérieurs, et bien malgré le fait qu’ils étaient généralement interdit au public, ils disposaient de nombres de commodités et de choses tout aussi intéressantes : au second étage, on pouvait par exemple trouver une immense bibliothèque contenant des grimoires de magies rares voir parfois considérés comme perdus, des données sur le passés de Noxus et de Runeterra en général…

Mais le plus interressant se trouver au troisième étage qui contenait, outre la chambre de l’hôte, tout un assortiment de matériel magique et de pièces permettant son utilisation de différentes manières. L’une d’entre elle, notamment, permet de communiquer à de grandes distances avec d’autres personnes. Dans le cas présents, la maitresse de maison se trouver à discuter avec l’un de ses agents de terrains. Il était difficile ici de déterminer l’heure, mais vu l’aspect hagard et fatigué de l’homme en face d’elle, la nuit devait être des plus avancées. Peut-être même que minuit était passée dans le monde extérieur, mais sous terre, ce genre de considérations n’avait que peu d’importances…

« … cela devrait faire l’affaire à ce sujet.
- Et pour le duc ?
- Quoi le duc ?!

De toute évidence, la discussion semblait porter sur la politique, encore…

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 1:25

Comme chaque semaine, ma soirée avait été libre. Si on peut appeler ça comme ça. Libre de travail, en tout cas, même si désormais, ces représentations que je donnais n'étaient plus un choix. Enjôleuse fleur que j'étais, ils aimaient tant m'entendre. En fin de soirée, minuit passé, quand seuls les plus fidèles étaient encore là, l'ambiance nocturne rendait les choses plus oisives. On me payait des verres. Un peu trop, cette fois là, d'ailleurs, au point que j'en avais les idées embrouillées en rentrant. Car il fallait bien rentrer, récupérer quelques maigres heures de sommeil, pour me remettre au travail dès le matin. Et avant que l'un d'eux n'ait l'idée de me ramener dans son lit. Je ne tenais pas à m'attirer des ennuis plus qu'il ne fallait.

Quelques minutes plus tard, je me maudissais, crachant dans ma langue natale des insultes à mon encontre, pour mon irresponsabilité. Je savais que je n'aurais pas du accepter de boire comme ça. Parce que résultat, je m'étais trompée de chemin, pour retourner là ou je créchais, à l'un des étages inférieurs des prisons situées sous l'arène de l'hécatombe. Et là, j'étais complètement perdue. Même en tentant de revenir sur mes pas, incapable de retrouver mon chemin. Juste des couloirs sombres, dans des souterrains sombre. Parfait.

Je n'avais plus qu'à tourner en rond, jusqu'à réussir par miracle à retrouver ma route, ou croiser quelqu'un qui me l'indique. Ou bien rester dormir en pleine ruelle. Cette idée me fit froid dans le dos. Non, je serai incapable de dormir ici, mieux valait que j'avance. Je finirai bien par trouver quelque chose ou quelqu'un qui m'indiquerait le chemin pour retourner au niveau de l'arène.

Plus j'avançais, plus l'environnement me paraissait oppressant. Même s'il y avait plusieurs années que je vivais ici, je n'avais au final que peu eu l'occasion de m'aventurer hors de quelques quartiers bien définis, et là, j'en étais clairement éloignée. Si seulement je pouvais retomber sur l'un de ceux que je connaissaient... Mais plus je cherchais, plus il me semblait que je m'aventurais dans les profondeurs d'une gueule abyssale prête à me dévorer. Tout était quasi désert à cette heure tardive, et les rares personnes que je croisais fugacement ne m'accordaient même pas un regard. De plus en plus inquiète, j'avançais en rasant les murs, à la recherche de la moindre présence. Tant pis si je devais me prendre des remontrances. Dans ces ruelles sombres, c'était pour ma vie que je craignais de plus en plus.

J'avais froid, j'avais soif. L'effet de l'alcool s'était estompé, mais j'étais à bout de forces, à errer depuis maintenant des heures en pleine nuit. Ce n'est pas vraiment comme si je pouvais me payer le luxe de nuits blanches, les heures de sommeil qu'on m'accordaient suffisaient déjà à peine à me garder en forme. Privées, j'étais simplement déjà à bout. Et il me semblait être entrée dans un monde complètement différent, n'ayant plus rien à voir avec les quartiers que je connaissais. Comment avais-je pu me tromper à ce point ?

Il me fallut passer devant cette porte entrebaillée pour finir par la remarquer, et faire volte face. Peut-être y aurait-il quelqu'un ? Bon, je risquerai de sacrées remontrances, certes mais... Sans ça, javais peur de finir par tomber sur le premier fou tueur violeur de ces bas fonds, ou tout simplement tomber d'épuisement en pleine rue. Avec un peu de chance, je pourrais me reposer, ou que cette porte mène. Même peut-être n'alerter personne, et juste attendre le jour dans un endroit un peu plus sûr, que les gens sortent et que je puisse demander son chemin. Peut-être...

Je clignai des yeux avec stupeur en avançant dans les couloirs, et avec la sensation que je n'avais rien à faire ici. Je n'étais plus dans une ruelle, mais dans une véritable habitation. Luxueuse. Rien à voir avec ce à quoi je m'attendais. J'étais sur le point de faire demi tour, lorsqu'une légère lueur de bougie attira mon attention, derrière l'angle d'un couloir. Il me fallait absolument trouver quelqu'un à qui demander mon chemin, aussi, je m'approchai.
L'écho d'une conversation me parvint, venu d'au dessus. Des gens étaient vraiment en train de parler à cette heure tardive ? J'étouffai un bâillement, en s'approchant d'un homme, qui visiblement, écoutait avec attention ce qu'il se disait, et l'interpella.

Dans son regard, et surtout de sa lame sur son avant bras, je compris rapidement qu'il ne s'attendait pas à être trouvé ici, et que je venais de commettre une grave erreur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 4:22

Des réponses, je cherche des réponses. Voilà quelques jours, peut-être des semaines maintenant que je vagabonde dans les sous-terrains de Noxus, à la recherche d'indice qui me permettrait d'en apprendre plus sur la rose. J'espionne, j'avance, je soupire, que dire de plus si ce n'est que j'ai perdu toute notion du temps en m'enfonçant dans les entrailles de la bête. Moi qui a vécu toute ma jeunesse dans ces rues, je me suis perdu. Quel honte. Je continue d'avancer après être arriver à une intersection. Je ratisse les murs afin de retrouver cette endroit lorsque j'aurai terminé mes recherches.

Je continue d'avancer dans cette interminable allée, l'odeur putride de l'endroit me donnant envie de vomir. Je fixe lamentablement le sol, espérant que ce chemin allait réellement me mener vers un endroit susceptible d'être lié à la rose noire. Je fais tomber mon bras droit, arrêtant par la même occasion mon ratissage. Je ne sais combien de temps je vais devoir marcher encore, je préfère ne pas me fatiguer à garder mon bras en droit en longueur, si je dois combattre dans les minutes qui suivent, être au mieux de ma forme serait un très grand avantage.

Je ne suis pas sur que la rose ai établit un domicile ici, le parfum que dégage l'endroit semble clairement indiquer qu'il n'y a rien à voir, mais mon instinct me dit de continuer, d'avancer, après tout, ce n'est peut-être qu'un stratagème pour éloigner les personnes un peu trop curieuse.
Le bouquet de putréfaction s'estompe peu à peu pour laisser place à une odeur bien plus plaisante de cannelle, celle-ci rafraîchissant mon corps, lui donnant comme un second souffle. J’accélère la marche, me dépêchant d'atteindre le bout de l'allée, l'odeur s'accentuant petit à petit à chaque pas.

Je ne sais depuis combien de temps j'ai quitté le carrefour, cinq minutes ? Une heure ? Cinq heures ? Mais ça y est, je suis enfin arrivé à destination. Sans le parfum que dégage l'endroit j'aurai très certainement raté cette immense demeure, Je m'arrête devant un portail, caressant du bout de ma lame le métal de celui-ci... Il est tellement majestueux. J'entre dans le manoir, discrètement et sans bruit. Je jette un regard aux tableaux ainsi qu'aux ornements inutile et futile présent dans ce qui semble être vraisemblablement un salon, et commence à longer le mur. J'emprunte des escaliers qui me mène visiblement au second étage. Mon corps frissonne, qu'est-ce donc que cette sensation ? Qu'importe, je me dois de chercher des informations.

J'entre dans un couloir éclairé par une bougie très fraîchement allumé, celle-ci déposé sur une table basse. Mon ouïe distingue avec difficulté des voix, je relâche mon attention quelques secondes afin de me concentrer sur celles-ci... Elles proviennent de l'étage supérieur, deux personnes qui discutent. Je dépose ma main gauche sur l'autel et ferme les yeux afin d'écouter attentivement ce que disent les deux individus.

… Intéressant. Une brise me caresse le visage, me faisant rouvrir les yeux. Mon regard croise celui d'une femme, est-ce une personne de la rose ? Très certainement, je ne peux prendre le risque de laisser une personne ayant découvert mes agissements en vie. Elle m'interpelle d'une voix timide, mais très audible

« Excusez moi... S'il vous plaît, sauriez-vous m'aider à retrouver mon chemin ? »

Une âme égaré, quel dommage. Mon regard s'assombrit, mon bras se lève, je regarde la femme dans les yeux avant d'avancer vers elle. Je marche de façon à ce qu'aucun son ne puisse être entendu, c'est dans le silence le plus pesant qu'elle mourra. D'un geste rapide je projette mon bras, visant le cartilage de la femme avant de m'arrêter au dernier moment. Plus de discussion à l'étage, et les bruits de pas se dirige dans notre direction, maudite sois-tu fillette ! Je n'ai désormais pas le temps de la tuer et de fuir avec son corps, elle me ralentirai bien trop... Bien, je n'ai plus le choix.

« Regarde moi, sache que si tu oses dire que tu m'as aperçue, je n'hésiterai pas à te transpercer la gorge, et si tu parviens à t'enfuir grâce à l'aide des personnes qui vivent ici, je te retrouverai, et je te tuerai, fais le bon choix. » termine-je en prenant appui sur ma jambe droite et me dirigeant vers la bibliothèque présente à cet étage afin de me dissimuler et de pouvoir par la même occasion, entendre ce que dirait la femme.


(Pardonnez moi des fautes, j'ai du le réécrire à cause d'un bug qui a détruit tout mon texte, et vu l'heure j'ai pas la foie de me relire)
.


Dernière édition par Talon le Ven 3 Avr - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 15:39


Oh dear,
You are in trouble now…


La discussion allait bon train sur la politique, néanmoins, il semblait évident à son interlocuteur que cette dernière voulait désormais l’écourter. Aussi se contenta-t-il de ne poser que les questions qui lui semblaient importante. Personne ne voulait la froisser, car décevoir ou gêner LeBlanc au sein de la Rose Noire était généralement être sujet à un sort peu enviable. Et au ton que commençait à prendre la femme aux mille visages, quelqu’un allait sans doute subir son courroux, et ce n’était pas la personne avec qui elle parlait qui voulait s’y essayer.

« Bien, sur ce je vais vous laisser, j’ai quelques nuisances personnelles à régler il semblerait…

Disant cela, et sans laisser son correspondant lui répondre, elle tapa de son bâton sur le sol, rompant la magie qui permettait la communication. Prenant un grand souffle d’air, elle sorti de la pièce, se dirigeant vers les escaliers. Son pas était déterminé et son regard était noir. Qui avait pu avoir l’outrecuidance d’entrer chez elle par effraction ? Et par la grande porte en plus ! Comme si elle n’avait que ça à faire que de s’occuper de rats insignifiants qui venaient la déranger pendant ses activités et sa gérance. Certaines personnes méritaient vraiment qu’on leur apprenne les bonnes manières… dans la souffrance.

Le pas rapide, l’escalier se faisait l’écho de son rythme alors qu’elle se rapprochait d’avantage du deuxième étage, et de celle qui devait se faire prendre au piège. La peau pâle, les yeux cernés d’un maquillage étrange, des cheveux mauves mi-long et une tenue à la fois élaborée et légère, le tout surmonté d’une cape caressant le sol derrière elle, voilà ce que Natalia put voir descendre des escaliers à quelques mètres d’elle. Néanmoins, à son regard hautain et sombre, il était évident que ce n’était pas là une personne qui lui voulait du bien. A peine leurs regards se croisèrent que l’enfer commença…

« Toi…

Tendant une main ouverte en direction de la jeune femme, une chaine dorée partit vers cette dernière. Semblant la manquer de peu, elle frôla sa joue avant de se tourner sur elle-même, retournant en arrière et s’enroulant tel un serpent autour de la gorge de sa victime, commençant à serrer cette dernière d’une étreinte désagréable. La magie habitant ce lien était brulante et la chaleur qui s’en dégageait n’avait, elle non plus, rien d’agréable. Attrapant la chaine de la main d’où elle apparaissait, Leblanc tira dessus, faisant tomber la jeune fille en avant.

- … à genoux !

La Manipulatrice s’approcha alors de sa proie ainsi mise à terre, la dominant de toute sa taille. Le plus étrange restait cette chaine qui malgré la distance réduite ne semblait pas se relâchée, toujours tendue au maximum. LeBlanc avait l’impression d’avoir attrapé une étrange créature. Il n’y avait rien de noble dans cette jeune femme et même si elle devait lui reconnaitre un certain charme, elle n’avait rien pour se déguiser ici, alors que faisait-elle là à fureté ? Une espionne ? Peut-être, dans tous les cas il allait falloir lui faire dire ce qu’elle savait et ce qu’elle avait put entendre : on ne pouvait décemment pas la laisser partir comme cela.

- Tiens, tiens, tiens, qu’avons-nous là ?

Les mots avaient beau le suggérer, son ton, lui, n’avait rien de cordial ni d’amusé. Au contraire, ils étaient froids, cinglant, ne laissant aucun doute sur les mauvais moments à venir et sur l’imagination que pouvait avoir LeBlanc quant au sort à réserver à sa nouvelle invitée pour sa performance et son intrusion.

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 16:05

* Bravo Nat. Vraiment. Tu t'es encore mise dans de beaux draps *

Tout s'était passé si vite que mon esprit embrouillé et épuisé n'en avait à peine perdu que les grandes lignes. Une lame visant ma gorge, mon coeur ratant un battement avec la certitude de la mort subite. Puis l'homme avait brusquement changé d'avis, et s'était dérobé, en me menaçant de mort si je venait à parler de sa présence ici. Pourquoi ? Aucune idée. A qui ? Je ne le savais pas non plus, mais à peine avait-je eu le temps de gouter à la surprise et au soulagement d'être encore en vie, qu'un autre piège se refermait sur moi.

Si j'avais eu quelques secondes supplémentaires entre les deux apparitions, sans doute aurais-je fuit ce lieu ou je n'avais visiblement pas à me trouver. Quelle idiote je pouvais faire... J'avais survécu toutes ces années en me montant prudente et en faisant preuve de discernement. Tout l'inverse de ce que je venais de faire ce soir. Maudit soit cet alcool qui m'avait embrouillé les idées. Je me jurais de me refuser à en boire un seul verre à l'avenir, si toutefois je sortais d'ici vivante. Et vu le regard que la femme, que j'avais du mal à apercevoir dans la pénombre, apparue en haut des escaliers, me lançait, j'en doutais fortement.

Un instant plus tard, une chaine dorée, sortie de nul part, sifflait à mes oreilles, et m'enlaçait le cou. Je hoquetai de surprise, le souffle coupé, et portait les mains à ma gorge pour tenter de desserrer cette étreinte brulante comme l'enfer. D'un brusque coup sur la nuque, je tombai à genoux devant la femme, ne parvenant qu'à peine à relever les yeux vers elle, mes mains toujours à ma gorge, tendant désespérément de trouver de l'air. Comme un étau chauffé à blanc qui m'étranglerait, cette sensation me projetait soudainement des années en arrière, lorsque j'avais été immobilisée par le métal de la même façon, tandis que le fer rouge marquait à jamais mon appartenance à cette ville. Je ne put retenir un frisson.

Finalement, j'aurais sans doute préféré que le premier me tue. Ç’aurait été rapide, et déjà terminé. Entre les mains de cette femme, dont le ton, douçoureux, et empli de malice, je ne savais pas ce qu'il pouvait m'arriver, mais j'avais la sensation que les abysses de l'enfer se refermaient déjà autour de moi, de ma gorge, pour m'attirer dans l'antre noire ou réalité et cauchemars se mêlent. Il fallait que je garde mon calme. Je ne savais pas qui elle était, mais je n'avais rien fait vraiment de mal... Bon, d'accord, j'étais rentrée par une porte déjà ouverte, sans savoir ou elle me menait. Mais ce n'était qu'une erreur, un accident. Haletante, je tentais de parler, d'une voix étranglée par la chaine brulante d'une sensation qui n'était pas une simple chaleur. C'était comme si chaque anneau était animé d'une volonté propre, et me voulait du mal.

" Par...donnez moi..."
je tentais de prononcer, essayant retrouver mon souffle, la tête commençant me tourner. " Je... me suis..perdue... dans les... sout...errains"

Je songeai un instant à l'homme que j'avais croisé plus tôt, qui était sans doute la pour espionner. Je ne l'avais pas vu se diriger vers la sortie, il était sans doute encore dans la pièce à l'heure qu'il était. Et visiblement, il m'avait livré en pâture à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 3 Avr - 16:41

Je me cache derrière ces étagères remplit de livre, essayant d'être le plus discret possible, je ne dois pas être perçu par LeBlanc, j'ai déjà fais l'erreur de ne pas avoir été assez prudent en me faisant voir par cette femme. J'assiste à la scène, les chaînes faisant tomber l'otage à genoux. Je m'en doutais, elle savait que la femme n'était pas seule, sinon sa vie se serait déjà estompé. Je me déplace le plus discrètement possible, essayant de m'enfoncer plus profondément dans la bibliothèque, mais en ayant toujours une vue sur les personnes présente. Je m'arrête, laissant mon cœur battre la chamade à l'ouïe des excuses de la détenue. Compte-elle me dénoncer malgré mes menaces ? Je reprend mon chemin, restant collé aux étagères, caressant les livres du bout des doigts. La femme n'a finalement pas avertit LeBlanc de ma présence, même si elle savait qu'un autre individu était ici.

Je repense à l'instant où j'ai failli prendre la vie de la femme, ses yeux reflétaient une certaine fatigue, de l'incompréhension, mais je pouvais voir qu'elle a déjà souffert par le passé. S'est-elle déjà fais torturer ? Que sais-je, je ne peux prendre le risque de laisser LeBlanc questionné la dame, mais je ne sais que faire également. Dois-je tenter de la tuer à distance à l'aide d'un couteau ? Non, LeBlanc verrai la direction et je serai fais comme un rat. Peut-être tenter de partir... Non, ce n'est pas une solution valable, laisser ma vie entre les mains d'une inconnue, c'est inconcevable. Je ne peux qu'attendre et tenter une approche lorsque le moment sera propice, si je trouve une ouverture ou un moyen de partir.

Je range ma lame le plus lentement possible afin de ne pas faire de bruit et récupère un livre en hauteur, restant toujours concentré sur l'environnement. La voix de LeBlanc résonne dans la pièce, une voix horriblement malicieuse. J'arrive à discerner dans ses propos une envie de réponse, de torture. Le son transcende mon esprit, et c'est la boule au ventre que j'ouvre le bouquin, léguant ma vie à une femme que je venais de menacer. Peut-être aurai-je de la chance, peut-être la femme ne fera pas de bêtise, mais je déteste laisser la chance décider de mon destin, je déteste ne pas avoir le pouvoir concernant le torrent boueux que l'on appel la destinée. J'ouvre le cahier, jetant un dernier coup d’œil aux deux femmes, avant de commencer à lire. J'en apprendrai plus à faire quelque chose à côté de l'interrogatoire qu'à ne rien faire, même si ce que je fais se rapproche de l'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 1:02


La réalité
Sonne parfois comme un mensonge...


LeBlanc écouta attentivement... très attentivement les excuses de la jeune femme qui se tenait agenouillée devant elle. Si on en croyait ses dires, la pauvre petite s'était perdue dans les tunnels et s'était retrouver comme de par hasard dans la maison de LeBlanc. Une bien triste histoire voyez vous... si l'on y croyait bien sur. Néanmoins, cela semblait quand même un peu gros pour LeBlanc, donnant un coup sur la chaîne, manquant de coller Natalia contre elle. Apparemment, la Manipulatrice n'était pas convaincu le moins du monde de l'honnêteté de ces dires.

« Bien, dis moi alors, chienne, quel genre de personne entrerait par effraction dans la maison des gens en se 'perdant', par la grande porte qui plus est?

Alors qu'elle parlait, elle avait légèrement tiré la chaîne vers le haut, forçant la jeune femme à relever la tête tandis que Leblanc se baissait légèrement. Les dernières syllabes avaient presque été prononcée dans le creux de l'oreille de la jeune femme. D'ailleurs parlons en de cette chaîne qui, pendant que LeBlanc parlait, continuait son bonhomme de chemin maintenant qu'elle avait attraper la gorge de sa cible, commençant à s'enrouler autour de son bras, toujours aussi douloureuse, toujours aussi malsaine...

D'un claquement de doigt, LeBlanc fit relâcher la pression qu'exerçait la chaîne sur la gorge de sa victime, montrant par ainsi qu'elle pouvait décider à tout moment si son 'invitée' avait le droit de respirer l'air qui se trouvait dans cette maison. Par contre, la sensation de brûlure qu'induisait le sortilège, elle, ne semblait pas décidée à s'en aller. Naturellement, cela entraina une grande prise d'air de la part de la jeune fille, chose que LeBlanc s'empressa de tourner à son avantage, plongeant deux doigts aux longues ongles dans la bouche de cette dernière, lui susurrant toujours à l'oreille.

- Peut-être que je devrais aller chercher moi même une réponse dans cette gorge qui est la tienne si tu ne veux pas m'en donner une qui me satisfasse... Cela piquera juste un peu...

Oui, enfin, piquer un peu est un euphémisme quand on sait que LeBlanc était déjà en train de racler la gorge de la jeune femme avec le bout de ses ongles. Retirant finalement ses doigts, LeBlanc essuya le surplus de salive sur le visage de la poupée de porcelaine qui s'était retrouver prise dans ses filets. Actuellement, la femme au mille visage était certes ignoble envers Natalia, montrant et clarifiant expressément à cette dernière son statut dans la situation présente : une personne qui peut mourir sur un simple claquement de doigt, un objet qui ne tient son intégrité qu'à la personne en face d'elle. LeBlanc avait ce pouvoir, elle en était consciente et l'utilisait pleinement.

- Alors, vais-je avoir droit de savoir quelque chose qui me satisfasse, ou dois-je me montrer encore plus... explicite?

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 1:58

"Chienne" ? Qu'elle aille en enfer, cette salope. Je la maudissais de tout mon être. Intérieurement, du moins, parce que mon souffle était trop précieux pour parler. Ma tête tournait tellement, en plus de ma fatigue, j'avais du mal à saisir ce qui m'entourait.  Elle me parlait d'entrée par effraction... Par la grande porte... Une grande porte, le petit truc par lequel je m'étais glissée là ? La douleur me privait de mes moyens, je ne sentais plus que cette brulure étouffante, et je manquais d'air. Tout devenait noir et perdait son sens, autour de moi.

D'un coup, la pression autour de ma gorge se libéra, et j'inspirais une grande bouffée d'air, par reflexe. C'est comme si mon cerveau se remettait en marche, soudainement. Un soulagement inespéré, mais de courte durée, à la sensation de quelque chose s'enfonçant dans ma gorge, et la raclant douloureusement. Des ongles acérés. Les larmes me montèrent aux yeux à cette sensation, les gorgeant d'eau, tandis que je hoquetais, prise de haut le cœur, essayant de ne pas vomir malgré les remontées acides de ma gorge. Des réponses ? Mais qu'elle me laisse parler, ne serait-ce qu'une seconde, et je lui en donnerai des réponses !

Non, elle n'était pas pressée de savoir. Tout ce qu'elle voulait, était me montrer à quel point elle m'avait en son pouvoir. Comme si je ne l'avais pas remarqué, et comme si je n'avais pas l'habitude. Quand finalement elle retira sa main de ma gorge, je manquai de tomber, me retenant de mes bras pour rester au moins sur mes genoux, en hoquetant et haletant, le gout salé et métallique du sang se répandant dans ma bouche. D'un geste rageur, j'essuyais les fausses larmes - même si j'étais au bord, je ne pleurais pas, ce n'était qu'un pur réflexe physique - de ma manche, en crachant quelques mots entre mes dents serrées, pendant que je reprenais mon souffle. Quelqu'un ne parlant pas la langue de Freljord aurait pu penser que je susurrai une malédiction. Et quelqu'un qui la parlait aurait compris que je remettais en cause la vertu ainsi que l'appartenance à la race humaine de ses ancêtres. Mais j'avais parlé à voix si basse et étouffée, qu'il était probable qu'elle n'ait simplement pas entendu.

Pour la première fois, je pouvais respirer, et parler. C'était déjà une avancée. Je devais calmer les choses au plus vite, lui faire comprendre que je n'étais en rien ce qu'elle croyait, avant qu'elle ne se décide à une nouvelle façon de me tourmenter. La brulure des chaines à elle seule était déjà si insupportable que j'avais l'impression que mon corps était en train de se consumer à l'acide, et elles ne cessaient de s'enrouler autour de moi, descendant sur mes bras et mon torse. J'aurais donné n'importe quoi en cet instant pour que cette sensation malsaine de tourment et de douleur cesse. Y compris l'homme qui se cachait dans le coin. De toute façon, prise entre deux loups, si je devais mourir, sans doute les choses seraient-elles plus rapides et moins douloureuses, que j'endurais de la torture pour préserver la vie d'un inconnu qui n'avait pas hésité une seconde à m'y livrer à sa place.

" Je n'ai rien à cacher ", je murmurai rapidement après sa question, en frémissant, essayant de me convaincre que l'impression qui m'habitait, de voir mon corps se disloquer en morceaux, n'était qu'une illusion. " Je suis entrée par une petite porte, qui était ouverte, je ne pensais pas qu'elle mènerait ici. Il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce, qui a voulu me tuer dès qu'il m'a vu. "

La menace qu'il avait proféré à mon égard restait bien présente à mon esprit. Ce serait un miracle si je me sortais d'ici vivante, et si je le restais. J'espérait qu'il s'était déjà enfuit, car sinon, c'était la traque assurée.

" Il s'est enfuit juste avant, et vous êtes arrivée. Je n'ai rien eu le temps de voir de plus ".

Je fermais les yeux, frissonnant de froid malgré la brulure, et de faiblesse malgré la peur qui m'habitait. Toutes ces sensations magiques avaient beau me pénétrer au plus profond de mes os, elles ne pouvaient retirer la fatigue de mon corps trop sollicité par le travail, depuis bien longtemps. Malgré tout ce qui m'entourait, j'étais sur le point de céder au sommeil, et de me couper de tout ce qui m'entourait, au risque de ne jamais me réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 18:56


La Vérité ?
Vraiment ?


Et bien voilà ! Quand elle voulait, elle pouvait se montrer un peu plus loquasse la petite ! Cela était le genre d'attitude que LeBlanc préférait, même si elle ne s'attendait pas à trouver deux personnes ici. Après elle était peut-être en train de mentir pour protéger ces arrières, mais ça elle aurait le temps de le vérifier. De toute façon peu de personnes connaissait l'existence de cette 'petite porte'. Si elle trouvait l'imbécile qui l'avait laissé ouverte par contre, il y aurait potentiellement une autre personne malheureuse ce soir. Mais ça, ça ne concernait pas vraiment Natalia.

De son coté, la chaîne semblait calmer un peu ses ardeurs, bien que toujours chaude, ça en devenait un peu plus supportable. Elle avait également arrêter d'avancer son étreinte, se contentant de tenir la gorge et un bras de la jeune femme, coinçant ce dernier contre son torse. L'ensemble laissait à penser à une étrange séance de bondage, la jeune femme se trouvant totalement immobilisée, maintenue près du corps de LeBlanc, entièrement sous contrôle. Au moins c'était moins douloureux...

« Et bien et bien, il faudra revoir ton éducation pour t'apprendre à ne pas parler dans ta barbe, mais au moins tu réponds aux questions maintenant. Dans ce cas, continuons : à quoi ressemblait cet individu ? Et pars où s'est il enfuis ? Oh, et soyons honnêtes, tu n'oserais pas me mentir si tu veux avoir une chance de partir d'ici en vie, n'est-ce pas ?

Elle avait beau avoir relâchée la pression physique qu'elle exerçait de part le fait que Natalia avait commencer à parler, LeBlanc continuait cependant à imposer une pression psychologique sur la jeune femme. Son ton devenait plus mielleux, doucereux, mais la menace qu'elle avait évoquée venait couper à toute retraite tel un couperet sur la tête d'un condamné. Ce qui était évident, c'est que même si elle évoquée la possibilité de survivre à Natalia, cela impliquait une coopération totale de cette dernière... Ou au moins que LeBlanc, elle, y croit... chose plus facile à dire qu'à faire...

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 19:19

" Etre étouffé n'aide pas vraiment à parler ", je grommelai, presque vexée, me retenant d'ajouter que si elle pensait le contraire, c'était que je n'étais pas la seule à avoir besoin d'éducation. Comme si j'avais eu l'intention de cacher quelque chose, dès le départ... Ma présence ici n'était qu'une erreur, un accident de parcours, et je n'avais pas eu vocation à nier la vérité. Qu'elle m'en ait laissé le temps, et je lui aurait parlé d'entrée de jeu.

" Je n'ai pas l'intention de vous mentir ", j'ajoutais d'une voix enfin moins étranglée et haletante, le souffle me revenant tranquillement. " Je n'aurais aucun intérêt à le faire, je n'ai rien à cacher. "
Et si j'avais la moindre chance de me sortir d'ici en vie, je la saisirai. Il me semblait qu'elles augmentaient légèrement, toutefois. Visiblement, ce n'était pas vraiment après moi que cette femme en avait, mais après celui que j'avais surpris ici. Moi, je n'étais qu'un instrument pour l'aider à le retrouver. Rester à savoir si elle comptait ou non me punir plus que ça pour mon intrusion, et si elle avait réellement l'intention de me laisser la vie une fois que je lui serai inutile. Mais au moins, son intérêt malsain n'était plus porté directement sur moi, mais sur ce que je pouvais lui révéler, et il me semblait que la chaîne qui me maintenait suivait ce processus de désintérêt de ma personne, car elle était moins douloureuse.

Je pris quelques secondes, les yeux fermés, pour rassembler mes souvenirs, et me visualiser le visage de l'homme que j'avais croisé. Dans la pénombre, c'était difficile d'avoir plus qu'une forme globale, surtout que les choses s'étaient passées très vite. Quant à savoir par ou il était parti, je n'en avais pas la moindre idée, expliquant à la femme que j'avais fermé les yeux au moment ou sa lame s'était pointée sur ma gorge. Mais cette lame en revanche, je l'avais bien vue, ce qui me donnait de quoi parler. Fort heureusement, vu l'impatience que mon "hôte" me laissait sentir.

" C'était un homme, vêtu d'une sorte de cape à capuche... Je n'ai pas vu grand chose, il fait sombre ici. Mais il portait une lame sur son avant bras, dont la pointe était séparée en deux biseaux, l'un plus long et fin que l'autre. "

Je me concentrais, pour essayer de dissiper la fatigue et retrouver d'autres informations. J'espérais simplement que la femme m'en laisserait le temps, et ne verrait pas ce silence comme de la désobéissance. Peu à peu, quelques détails me revenaient, comme la couleur de ses yeux, et de ses cheveux, dont j'avais pu apercevoir une mèche volage éclairée par la faible lueur de la bougie. Je résumais ces détails à la femme, avant d'ajouter

" Une voix grave. Et il m'a dit que si je parlais de lui, il me retrouverait une fois dehors pour me tuer. "

C'était tout ce que je pouvais dire, et je restai sur un silence qui cette fois, exprimait clairement que j'avais dis tout ce que je savais. Elle était au courant de la situation dans laquelle je me trouvais, prise entre deux fers, et du fait que j'ai choisi de prendre son parti en lui révélant ce que je savais, malgré la menace qui pesait sur mes épaules. Maintenant, je n'avais plus qu'à attendre la suite des événements, écoutant mon propre cœur battre et résonner dans mes tempes, comptant les battements comme s'ils devaient être les derniers. Ce qui risquait bien d'être le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 20:11

Mes oreilles sifflent, la colère ainsi que la rancœur gagne mes pensées. Je me mord la lèvre inférieure, laissant couler mon sang le long de mon menton. J'aurai du me douter que cette chienne n'allait pas garder le silence très longtemps. Mes mains commencent à trembler, froissant les deux premières pages du bouquin. Je ne sais qu'elle solution adopter... Peut-être devrais-je tenter de rester ici en attendant que LeBlanc et l'autre esclave partent, après tout, il ne savent pas où je suis. Dois-je tenter de trouver une autre sortie ? J'ai ouïe dire que la femme est entrée par une porte qui était déjà ouverte... Ce n'est pas une mauvaise idée.

Mes oreilles sifflent à nouveau... Elle vient de faire une description très représentative de ma personne. Je ferme le livre en le rangeant dans ma veste, il me fallait quelque chose pour pouvoir faire un chantage si je venais à être perçu lorsque je sortirai de ce manoir maudit. Je m'enfonce dans la salle, sans un bruit, perdant peu à peu le contact avec les deux femmes. J’essuie le sang présent sur ma lèvre à l'aide de mon pouce et regarde une dernière fois la prisonnière, espérant avoir la chance de lui trancher les veines d'ici peu de temps. Il fait sombre, très sombre, à tel point que mon sens de la vue a du mal à se repérer dans l'espace. Je perçois une faible lumière au bout du couloir, peut-être est-ce la sortie, je le souhaite en tout cas.

Je m'arrête, un instant... Bordel de merde ! Lorsque j'ai essuyé mon sang, j'ai laissé tomber une goûte sur le sol, faisant ainsi un peu de bruit. Je suis désormais trop loin pour entendre quoi que ce soit, sont-il encore en train de discuter ? La manipulatrice est-elle à ma recherche ? Que sais-je, il me faut me dépêcher...

Mon regard deviens trouble, la lumière qui éclairait il y a peu la pièce vient de s'éteindre. La porte vient de se clôturer sous mes yeux, alors que je ne suis même pas encore arrivé devant elle. Je balance mon corps derrière une étagère, cherchant une autre échappatoire, un autre moyen d'échapper à la merde dans laquelle ma fichu cette moins que rien. Je m'adosse à l'étagère, laissant glisser mon corps le long de celle-ci en sortant ma lame et maintenant ma mains gauche sur mon front afin de limiter la douleur que me provoque ma tête à force de réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 21:46


Talonette ?
C'est pas ce qu'on met sous les chaussures ça ?


Et bien, voilà une description qui ne manquait pas de détails. Des personnes qui ressemblaient à cela, LeBlanc n'en voyait qu'une seule. Certes, la possibilité qu'il s'agisse d'une fausse piste n'était pas à exclure, néanmoins cela était assez convainquant pour que LeBlanc accepte de croire la jeune fille, pour l'instant. Étrangement, la Manipulatrice eut un léger sourire quand elle compris qui était son autre invité. Bonne nouvelle ou mauvaise nouvelle, il était cependant toujours difficile de le dire venant d'elle.

Du coté de Natalia, les choses se présentaient sans doute mieux qu'elle ne l'aurait penser alors que la brûlure malveillance de la chaîne finissait de s'estomper. Elle pouvait même se targuer de retrouver le luxe d'utiliser son bras tandis que la magie reculait pour finalement finir par n'enserrer plus que sa gorge, sans toutefois en être douloureuse. Il n'y avait pas à s'y tromper : elle était toujours sous le joug de sa tortionnaire, néanmoins cette dernière semblait se montrer beaucoup moins réceptive.

« Ainsi donc ce serait lui... Dommage que tu ne saches pas vers où ce dernier était parti, je...

Un bruit de claquement de livre venait de la Bibliothèque.

Le rat était toujours dans la place, et cette situation amusait tout particulièrement la tortionnaire de Natalia. En fin de compte elle aurait peut-être l'occasion de croiser Talon finalement. C'était peut-être encore un peu tôt mais cela pouvait avoir ses avantages si elle abattait correctement ses cartes. Restait à voir dans quelle disposition se trouverait l'acolyte de la famille Du Couteau. L'espace d'un instant, LeBlanc ne put s'empêcher de remarquer à quel point le destin s'amuser à lui donner des instruments pour concrétiser plus rapidement ses intentions...

- Debout, et suis-moi.

Ce n'était clairement pas une question. Se dirigeant vers la Bibliothèque, LeBlanc repéra une trace de sang sur le sol, mais aucun livre. Il était rare de voir Talon faire une erreur, c'était surprenant. Il devait réellement se sentir acculé pour en arriver là, et LeBlanc ne comptait pas le laisser respirer pour autant. La marque était encore fraîche sur le marbre, il était donc encore ici. Si il avait écouté la discussion avec Natalia, il était au courant qu'il y avait donc une autre sortie que l'entrée principale, il tenterait sans doute de s'y diriger...

Un coup de bâton résonna dans la bibliothèque.

Un claquement résonna dans tous le bâtiments, toutes les portes venaient de se verrouiller. Maintenant il était temps d'attraper la sourie qui venait de voir le piège se refermer sur elle. Tirant légèrement sur la chaîne qui retenait Natalia, LeBlanc se dirigea vers l'endroit par lequel elle savait Natalia être entré : au sous-sol. Pas après pas, les voilà toutes les deux se rapprochant du second invité, bien que l'une d'entre elles n'avait sans doute pas la moindre envie d'aller à sa rencontre. Finalement, les personnes se croisèrent...

- Et bien, c'est donc bien toi Talon. Il est encore un peu tôt pour me payer une visite de courtoisie. Enfin, cela tombe bien, j'avais justement besoin de te parler. Si tu voulais bien commencer par me rendre mon livre pour commencer sur de bonnes bases...

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Sam 4 Avr - 22:10

Le soulagement se répandait, millimètre par millimètre, vaisseau par vaisseau, à travers tout mon corps. La brûlure reculait, s'estompait, laissant même le luxe agréable sensation de fraîcheur sur ma peau là ou elle disparaissait. J'avais toujours aussi froid, mais cette sensation était une véritable délivrance. Et après toutes ces émotions, mon coeur me faisait mal, tandis que la douleur faisait place à une immense fatigue, et lassitude. Je ne serai jamais en état de travailler correctement au matin... En plus, c'était l'hécatombe, qui se préparait. J'allais devoir veiller jusqu'à tard dans la nuit pour nettoyer l'arène.

Je levai un instant les yeux au ciel derrière mes paupières closes. Comme si c'était la première préoccupation à avoir. Le soulagement m'avait fait, un instant, oublier le danger. Mais il était pourtant bien toujours aussi présent, sournois, glissant comme un serpent qui s'enroulerait autour de mon âme pour la contempler, songeant à s'il fallait la mordre dès à présent ou non. Tout ça pour avoir manqué une intersection. L'effet papillon...

Un léger bruit se fit entendre, un claquement, venu d'un peu plus loin. Je mis un instant à réagir, l'esprit embrouillé, contrairement à la femme qui le repéra immédiatement, et m'ordonna de me lever. J'avais toujours cette maudite chaine autour du cou, à croire qu'elle aimait tenir des gens en laisse. Elle ne pouvait pas se trouver un chien, non ?
N'ayant pas vraiment le choix, et voulant éviter de m'attirer ses foudres, j'obéis sans broncher. Mes jambes tremblaient un peu en me redressant, et un voile noir recouvrit quelques instants mon champ de vision, mais je lui emboîtais le pas sans piper mot. Attendre que ça passe, dire la vérité, ne rien faire de contraire à l'autorité. Telles étaient les trois règles que je savais devoir suivre pour rester en vie, ou du moins, qui me l'avait permis jusque là. Mentalement, j'en ajoutais une quatrième : ne pas s'aventurer dans des lieux inconnus.

Elle changea soudainement de sens, en frappant le sol d'un coup de bâton qui résonna dans tout le bâtiment, comme le signe d'un sombre présage. Cette femme dégageait depuis le début une aura de puissance malsaine, mais à ce moment précis, l'étrange impression que ce bruit résonnait jusqu'à en surveiller les battements de mon propre corps m'assaillit. Elle continuait de m’entraîner, par là ou j'étais arrivée. Sûrement à la rencontre de l'homme, s'il était bel et bien encore là. Étrangement, je n'avais pas peur d'aller dans cette direction. J'avais bien compris que ma vie ou ma mort ne dépendaient du bon vouloir que d'une seule personne ici, celle qui me promenait comme un toutou. Si elle avait décidé que je devais vivre, je n'avais pas à craindre cet homme. Dans le cas contraire, une lame dans la gorge serait sans doute plus rapide que ce qu'elle pouvait me réserver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Dim 5 Avr - 0:08

Surprise ? Interrogation ? Non, prévisible. Le refus de ma demande était tellement prévisible que l'on pourrait me demander ce qu'il s'est passé dans mon esprit pour oser mander cela. Ce qui était moins probable, c'est le marchandage que la manipulatrice essaye de faire avec moi. Des informations sur les Du Couteau qui serait susceptible de m'intéresser ? Pourquoi devrais-je la croire ? La vie de cette personne est-elle si importante que ça ? Tant de question qui se bouscule dans mon esprit, laissant place à la confusion, amplifiant le mal-aise que j’éprouvais dans cette situation. Je me lèche la lèvre inférieur pour faire cicatriser la plaie et regarde LeBlanc dans les yeux. Si la dame de l'ombre souhaite me confier des informations sur Katarina tout en me laissant sortir avec pour seul désir, laisser l'autre femme en vie, c'est qu'elle sait qu'elle gagnera au change.

Je continue de réfléchir à la proposition, laissant la pièce dans le silence. Je dépose mon coude afin de m'accouder en maintenant ma tête pour ne laisser transparaître aucun sentiment de mal-être. Mon cerveau n'arrête pas de penser à une raison, une seule qui ferait que je puisse gagner lors de cette échange, je n'en trouve pas. J'aurai refusé en temps normal, mais il est vrai que je n'ai pas vue la lame sinistre depuis quelques temps. Je doute LeBlanc me parle d'elle de façon anodine. Je jette un dernier regard à mon ancienne cible avant de me remettre droit, laissant mes bras tomber le long de mon corps.

« Je ne sais pourquoi tu souhaites me divulguer des informations sur Katarina, je ne sais également la raison pour laquelle tu souhaites garder cette personne en vie, mais je vais accepter ton offre. Parle moi de ce que tu sais. » extirpais-je de ma gorge, le poing serré. Est-ce que j'ai fais le bon choix ? Cette femme est-elle vraiment plus importante que ces informations ? La donnée que l'on va m'apporter sont-elle réelle ainsi que fondé ? Je ne sais pas, nul ne sait, à vrai dire. Mais je devais en avoir le cœur net. Je soupire, attendant les réponses, laissant mon esprit respirer un instant. Une impression de dégoût commence à m'envahir... Je suis en train de marchander avec une personne qui sait des choses sur la disparition du général, hmpf.


Dernière édition par Talon le Dim 5 Avr - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Dim 5 Avr - 1:45


Négociation ?
On ne négocie que ce qu'on ne peut imposer...


Récupérant le livre que Talon lui avait 'emprunté', LeBlanc put constater qu'il s'agissait d'un livre d'archives sur la ville-état. Même si cela ne concernait pas directement la Rose Noire, il y avait sans nul doute suffisamment de secrets que bien des personnes préféreraient voir enterrées au milieu de ces pages. Il était bon qu'un tel document ne quittasse pas le grimoire Lonoran. Néanmoins, lorsque Talon énnonça sa condition quand à discuter avec elle, Leblanc hocha la tête... par la négative.

« Je suis désolé mais j'ai d'autres projets pour elle que d'en faire un cadavre. Non que je ne pense pas que nous pourrions arriver à un arrangement quand à ta promesse de mort : j'ai des informations à te communiquer concernant la famille Du Couteau, et plus précisément Katarina. Je pense que cela pourrait t'intéresser, hors compter bien sur le fait qu'il ne serait pas bon que l'on apprenne que tu es entrée chez moi sans invitation...

Elle marqua une pause, laissant l'homme commencer à réfléchir à ce que venait de dire la Dame de l'ombre. Certes, cela avait des implications importantes, mais LeBlanc était certaine de ce qu'elle allait dire. Après tout, elle avait vu Katarina en face il y a moins d'une journée. Elle savait un certains nombre de choses que Talon devait ignorer, notamment car Katarina n'était pas rentrée chez elle depuis son retour en Noxus et que la Manipulatrice en était parfaitement au courant...

- Faisons un deal : je vous dit ce que je sais et vous laisse partir en fermant les yeux sur votre petite escapade, et en échange vous oublier votre grief contre cette jeune femme. De toute façon, je pense qu'une fois que vous aurez ces informations, vous penserez à tourner votre épée sur quelqu'un d'autre que moi ou  cette frêle personne...

Disant ces dernier mot, elle désigna d'un geste thêatral la femme qui était en train d'essayer de se faire le plus petit possible suite aux menaces de l'assassin Noxien...

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Dim 5 Avr - 11:02

Enchaînée près de la femme, loin d'être rassurée, de vieux souvenirs me revinrent soudainement en mémoire. Les explications des anciens du clan, sur la cohésion sociale des loups, et de leurs proches cousins.

Les chiens de traîneau sont les animaux domestiques les plus répandus dans le grand nord. Mais bien qu'ils soient acclimatés à l'homme, leur comportement social se rapproche beaucoup de celui des loups, et sont très hiérarchisés.

Un animal dominant régnera sur un territoire, et éventuellement une meute. Sa position est celle qui lui accorde le plus de privilège, mais aussi la plus dangereuse. Sa position sera régulièrement remise en cause par d'autres dominants contestant son autorité ou voulant s'approprier son territoire, et des luttes, parfois à mort, peuvent s'en suivre.

Un animal au comportement soumis perdra en droits, au sein de la meute. Néanmoins, sa position est la plus sûre, car ne représentant pas une menace envers l'autorité du dominant, ce dernier n'a pas de raison de s'en prendre à lui. Au contraire, en cas de danger, le rôle du chef de meute sera de protéger ses semblables, ceux qui le suivent et se soumettent à son autorité.

Deux chiens viennent de pénétrer sur le territoire d'une chienne dominante. Immédiatement, elle montre les dents, et en en repérant la plus jeune et la plus inexpérimentée, passe a l'attaque, sûre de pouvoir la vaincre sans mal. Néanmoins, celle-ci affiche immédiatement un comportement de soumission, signifiant clairement qu'elle ne représente en rien une menace pour ce territoire, qu'elle ne compte pas le moins du monde contester. La chienne dominante se désintéresse alors d'elle, remettant son cas à plus tard, pour entamer la traque de l'autre chien. Un mâle dominant, cette fois, aussi, elle se montre plus prudente, le repoussant hors des limites de son territoire, dents en avant, mais sans attaquer directement. Face au danger que représente le mâle dominant ayant décidé de passer son agressivité sur elle, proie facile, plutôt que de s'en prendre à la véritable menace, la jeune chienne soumise se réfugie auprès de la femelle dominante, capable de faire face à cette agression. Elle a choisi son chef de meute.


Face à la demande de l'assassin, de livrer ma vie, je me rapprochais de la femme qui me tenait toujours par le cou, cherchant à me faire la plus petite possible, tout en repensant à ce qu'on m'avait appris durant mes jeunes années, sur ces comportements grégaires. Elle avait peut-être raison en me traitant de chienne. Mais peut-être ne se rendait-elle juste pas compte qu'elle en était une aussi.
Ce n'était pas le moment de faire ce genre de remarque à voix haute, évidemment. Ma vie était entièrement entre ses mains, et dépendait de son bon vouloir. A mon grand soulagement, elle répondit par la négative à la demande de l'homme, et je me rapprochai encore un peu plus, sans pour autant la toucher.

Même si ses mots me rassuraient temporairement, je sentis un frisson glacé me parcourir l'échine. " D'autres projets " ? Qu'est ce qu'elle entendait par là ? Tout ce que je voulais, c'était qu'on me laisse retourner au Colisée, et que je puisse être a l'heure pour travailler, sans m'attirer d'ennuis. Ce plan semblait relativement compromis, toutefois. J'avais cette douçoureuse et malsaine impression d'être un papillon prisonnier dans la toile d'une araignée se plaisant à admirer ses couleurs avant de le dévorer. J'allais devoir jouer finement. Peut-être bien remettre en question toute ma technique de survie que j'avais adoptée ici depuis des années, en changeant d'autorité légitime et de chef de meute. Pour le moment, je devais attendre que la menace soit retombée, et qu'elle ait de nouveau l'occasion de centrer son attention sur moi. A ce moment, je tenterai d'en savoir plus sur ce qu'elle me voulait, ce qu'elle savait de moi, et la laisser au moins être au courant de ma situation et de ce que je risquais si je ne me présentais pas aux aurores.

Pour le moment, je me contentais de reste immobile et d'écouter leur conversation. Du Couteau, un nom qui m'évoquait vaguement quelque chose, de loin. Un nom connu dans la ville, mais sans que ça me parle plus que ça. Clairement, leur discussion ne me concernait en rien, et ma présence ici n'était pas plus importante que celle d'une lampe d'apparat. Je relevai les yeux, avec une légère surprise toutefois, en entendant la femme proposer de simplement laisser partir l'homme et de lui donner des informations qu'il voulait, à condition qu'il renonce à me tuer. Quelle valeur pouvait donc avoir ma vie à ses yeux pour qu'elle soit prête à donner des choses sans rien demander de plus qu'elle soit sauve ?

Je n'en savais rien, mais j'étais reconnaissante. Visiblement, si elle lui demandait d'oublier et de ne pas me traquer, ce n'était pas qu'elle comptait simplement s'amuser avec moi avant de me tuer elle-même. Je retins un léger sourire. Oui, décidément, sans aucun doute possible, son comportement était bien celui qu'une chienne chef de meute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Dim 5 Avr - 14:42

Surprise ? Interrogation ? Non, prévisible. Le refus de ma demande était tellement prévisible que l'on pourrait me demander ce qu'il s'est passé dans mon esprit pour oser mander cela. Ce qui était moins probable, c'est le marchandage que la manipulatrice essaye de faire avec moi. Des informations sur les Du Couteau qui serait susceptible de m'intéresser ? Pourquoi devrais-je la croire ? La vie de cette personne est-elle si importante que ça ? Tant de question qui se bouscule dans mon esprit, laissant place à la confusion, amplifiant le mal-aise que j’éprouvais dans cette situation. Je me lèche la lèvre inférieur pour faire cicatriser la plaie et regarde LeBlanc dans les yeux. Si la dame de l'ombre souhaite me confier des informations sur Katarina tout en me laissant sortir avec pour seul désir, laisser l'autre femme en vie, c'est qu'elle sait qu'elle gagnera au change.

Je continue de réfléchir à la proposition, laissant la pièce dans le silence. Je dépose mon coude afin de m'accouder en maintenant ma tête pour ne laisser transparaître aucun sentiment de mal-être. Mon cerveau n'arrête pas de penser à une raison, une seule qui ferait que je puisse gagner lors de cette échange, je n'en trouve pas. J'aurai refusé en temps normal, mais il est vrai que je n'ai pas vue la lame sinistre depuis quelques temps. Je doute LeBlanc me parle d'elle de façon anodine. Je jette un dernier regard à mon ancienne cible avant de me remettre droit, laissant mes bras tomber le long de mon corps.

« Je ne sais pourquoi tu souhaites me divulguer des informations sur Katarina, je ne sais également la raison pour laquelle tu souhaites garder cette personne en vie, mais je vais accepter ton offre. Parle moi de ce que tu sais. » extirpais-je de ma gorge, le poing serré. Est-ce que j'ai fais le bon choix ? Cette femme est-elle vraiment plus importante que ces informations ? La donnée que l'on va m'apporter sont-elle réelle ainsi que fondé ? Je ne sais pas, nul ne sait, à vrai dire. Mais je devais en avoir le cœur net. Je soupire, attendant les réponses, laissant mon esprit respirer un instant. Une impression de dégoût commence à m'envahir... Je suis en train de marchander avec une personne qui sait des choses sur la disparition du général, hmpf.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Dim 5 Avr - 17:52


Parfois marchander
Veut dire vendre quelque chose que l'on aurait donner juste pour lui confier plus de valeur


En réalité, LeBlanc n'avait pas le moindre 'vrai' projet pour Natalia. Néanmoins, l'idée que l'on applique sentence chez elle pour une intrusion effectuée en son domaine n'était pas du goût de la femme. Par contre, faire passer les informations qu'elle allait transmettre comme étant suffisamment importantes pour devoir être négociée était quelque chose que LeBlanc appréciait à sa juste valeur : elle comptait de toute façon transmettre ce qu'elle allait dire à Talon, le marchander demandait juste plus de valeur à l'information.

« Bien, marché conclu alors. Je pense que tu sais déjà ce détail, mais dans le doute, sache que Katarina, suite à sa dernière mission, est tombée totalement amnésique. Inutile de préciser que cela fait bien longtemps que la Lame Sinistre n'a pas été dans une position aussi délicate. Et cela est d'autant plus véridique que dès son retour à Noxus cette dernière a été convoqué par le Grand Général. Si je ne sais pas ce que ce dernier lui a dit, je pense qu'il est la cause du fait que tu n'ai pas eu de nouvelle d'elle, ayant été le premier à la revoir.
- Pour ce qu'il lui à demander, je n'ai presque rien de certains, mais j'ai de fortes raisons de penser qu'elle ai rencontré Malzahar peut de temps après sur ses directives. Ce que ce prophète a put lui faire, je n'en ai aucune idée, mais je doute qu'ils aient juste but un verre amicalement.

LeBlanc marqua une pause, regardant Talon dans les yeux. Elle était presque certaine que ce dernier détestait la situation actuelle, néanmoins, elle avait ces petits détails à lui dire et cela pourrait sans doute être plus profitable pour Katarina (et pour elle-même) que de savoir cette dernière potentiellement en train de jouer le jeu de Swain. Ce dernier commençait à prendre un peu trop de libertés depuis qu'il avait été propulsé à la tête de Noxus, et cela n'était pas sans porter quelques préjudices à LeBlanc et à la Rose Noire.

- Pour une fois, je ne pense pas que nous soyons ennemis Talon, et je pense que la fille Du Couteau n'a que rarement autant eu besoin de ses proches qu'en ce moment.

Effectivement, elle faisait peser de lourde responsabilités pour Talon, mais elles n'en étaient pas moins vrai. D'un geste, on put entendre la sortie se déverrouiller tandis que LeBlanc se doutait que Talon n'avait pas envie de rester ici plus que de nécessaire...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Mar 7 Avr - 18:08

Mes oreilles se plissent, mes mains deviennent moitent, la transpiration commence à émaner de mon front tandis que LeBlanc continue ses explications. J'étais au courant pour l'amnésie de Katarina, mais en aucun cas je ne pouvais imaginer que l'on utiliserai son instant de faiblesse pour se servir d'elle. Je suis bien trop distrait en ce moment, comment ai-je pu laisser la lame sinistre seul pendant que je cherche encore et encore des informations sur le général. Je suis bien trop bête. Le remord commence à m'atteindre, je sers les poings, regardant fermement dans le visage de LeBlanc, lui montrant que je souhaite partir de cette endroit le plus vite possible. Son regard se perd dans le miens, ne laissant paraître aucune émotion. Comment une femme peut-elle à ce point être sans cœur ? Vous me direz, j'ai perdu le mien il y a bien longtemps.

J'avance, déposant ma main sur l'épaule de la manipulatrice, la serrant de plus en plus fort « J'espère que tu ne m'as pas raconter de mensonge » c'est très certainement stupide de dire cela, étant donner qu'elle n'a aucun intérêt à me mentir, même si... Elle n'avait également pas beaucoup d'intérêt à me dire la vérité. Peut-être en a-t-elle, dans ce cas, je ne les connais pas, et ne souhaite pas les découvrir. Je relâche la pression sur son épaule, regardant une dernière fois la femme que j'avais menacé. Était-ce de la peur que je discernais ? Non, aucune. Elle n'avait pas peur, elle se considérait comme... Protégé, et elle l'était. Dans un soupçons de haine, je lui tourne le dos en marchant vers la sortie, précédemment ouverte par LeBlanc, caressant les étagères unes par unes. Je m'arrête quelques instants, faisant trembler l'étagère « J'ignore la raison pour laquelle la manipulatrice souhaite te garder en vie, et je ne veux pas le savoir. Mes menaces ne sont donc plus à prendre en compte » je marque un court instant de silence avant de retourner ma tête, montrant un regard sombre et horrifiant « Mais sache que si tu te met encore une seule fois en travers de mon chemin, ta tête roulera sur le sol avant que tu n'ai le temps de laisser échapper un son de tes lèvres. » terminai-je en beauté. Je descend les quelques dalles qui me sépare de la sortie, fermant les yeux un court moment, imaginant le pire pour la fille du général. « Malzahar... » murmurai-je avant de poursuivre ma route en sortant du manoir, accourant à la recherche du monde extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Mer 8 Avr - 17:39


Au revoir…
Maintenant, nous sommes seuls…


Du regard, LeBlanc suivait les actes de la Lame des Ténèbres. De toute évidence les informations qu’elle lui avait donnait lui convenait pour épargner la vie de Natalia. Cela amusait assez la Manipulatrice en fait, bien qu’elle se garda bien de le dire alors qu’il proférait constats et menace à l’encontre de la jeune demoiselle qui se tenait derrière elle. Cette attitude n’était pas vraiment celle d’un gentleman, mais lequel d’entre eux s’introduirait par effraction chez les gens pour venir voler quelques informations ?

Finalement, lorsque Talon se fut éclipsé, la maitresse des lieux laissa sa magie refermer magiquement la petite porte. Une fois ceci fait, elle entreprit de faire demi-tour. Tenant toujours Natalia en laisse, LeBlanc lui fit traverser à nouveau le bâtiment dans sa longueur, l’amenant jusqu’à une pièce du troisième étage au goût du reste de la maison. Deux chaises y étaient présentes, séparée par une table où se trouvait un panier de fruits frais. Fermant la porte derrière elle, LeBlanc pris un des sièges pour s’assoir alors que la chaine semblait disparaitre petit à petit, comme se désagrégeant sous un vent qu’elle seule sentait, ses morceaux se perdant dans les limbes.

« Bien, voilà le moment de notre entretient où tu vas me dire ce que tu peux faire pour moi…

Finalement, la chaîne disparut, physiquement du moins. Dans l’idée il semblait pourtant évident que LeBlanc n’avait pas réellement desserrée son étreinte de la jeune femme devant elle. Et ça, la Manipulatrice le savait : elle se trouvait toujours sur son territoire et dans son domaine, et rien ne se trouvant ici et sur lequel elle avait jeté son dévolu ne pouvait plus s’y extraire. Du moins, pas sans son accord. D’un geste, elle intima à son ‘invitée’ de prendre place sur le siège laissé libre, suggérant par la même qu’elle pouvait se servir dans la corbeille de fruit si elle en avait l’envie.

Commençons par une question simple : qui es-tu ?

Et oui, depuis le temps qu’elle la trainait en laisse, LeBlanc n’avait pas encore une seule fois eu le loisir de connaitre le nom de la demoiselle. Et outre le nom, cette question avait beau être simple, elle impliquait tellement plus et pouvait révéler tellement sur la personne qu’elle avait en face d’elle que cela n’avait plus rien d’anodin. Quand à ce qu’elle voulait réellement savoir, ce n’était pas le genre de chose que l’on révèle en place publique…

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Mer 8 Avr - 22:45

Même si je restai sagement en retrait derrière LeBlanc, mon regard suppliant s'adressait au jeune homme qui m'avait menacé plus tôt. Pourquoi exactement ? Je ne sais pas trop. Pas pour qu'il m'épargne, il avait visiblement accepté le marché. Mais peut-être pour que ma présence dans cette toile d'araignée géante, ce piège vicieux dans lequel je m'étais fourrée, ne reste pas entièrement secret du monde. Il était le seul à savoir que j'étais ici, aux mains de cette femme digne des pires contes d'horreurs, et dès qu'il serait parti, son attention se dirigerait de nouveau vers moi. Et je n'osais imaginer ce qu'il pourrait alors m'arriver. Même si, au final, elle ne m'avait pas fait "tant que ça", l'impression générale qu'elle dégageait, ainsi que ses ces lieux, me terrifiaient.

J'avalais difficilement ma salive, et hochais très légèrement la tête en guise d'approbation, à sa menace. Je n'avais aucune raison de me mettre en travers de sa route. Ce n'était même pas mon intention, à la base, juste un coupe de mauvaise veine. J'écoutais chacun de ses pas qui s'éloignait, rythmant mon coeur, jusqu'à entendre la porte se refermer. C'est comme si mon palpitant s'était arrêté à ce moment là. J'étais seule, désormais, dans ce cauchemar.

De nouveau, elle me tira par le cou, sans lâcher un mot, visiblement peu décidée à m'oublier. Ou m'emmenait-elle, je n'osais même pas tenter de l'imaginer, mais je peinais à la suivre, à travers les escaliers qu'elle montait rapidement, son bâton frappant le sol au rythme de ses pas. Mes jambes tremblaient, autant de peur que de fatigue. Tellement que je ne me contentais plus que de suivre sans réfléchir à un sort auquel je ne pouvais pas grand chose.
Mes craintes ne semblaient pas fondées dans l'immédiat, cependant. Pour combien de temps, je n'en savais rien, mais pour l'instant, la femme semblait simplement encline à la discussion. Je mis quelques instants à réagir à sa première phrase.

" Ce que... je peux faire pour vous ? " je demandai d'une voix déclinante et légèrement étranglée.

Qu'est ce qu'elle entendait par là ? Si elle espérait avoir attrapé un gros poisson de la noblesse, elle risquait vite d'être deçue de s'apercevoir que je n'avais aucun intérêt. Et que ferait-elle en s'en apercevant ? Me tuer, ou me relacher ? Je ne pouvais pas le prédire, mais une chose était sûre, elle ne mettrait pas longtemps à le comprendre, même si je tentais de le cacher.
Avec des gestes mesurés, je pris place sur le siège en face d'elle, enfin libérée de cette chaine. Physiquement, du moins. Une simple politesse de sa part, car j'étais à sa merci, et je m'en rendais bien compte. Néanmoins, la retirer était plutôt bon signe pour le moment.

"Je... Je ne suis qu'une travailleuse volontaire. Une servante. Je m'appelle Natalia ", murmurais-je à mi voix, mes yeux se posant sur la corbeille de fruit qu'elle me désignait comme libre d'accès, visiblement. Mais peut-être reverrait-elle cette idée après avoir compris mon statut plus bas que terre dans cette ville souterraine, aussi, je n'osais pas y toucher, même si j'étais affamée, et surtout, que je mourrais de soif. De toute façon, mon ventre était bien trop noué pour accepter de manger quoi que ce soit, et je tombais de sommeil et d'épuisement.

Travailleur volontaire. Voilà comment étaient nommés les prisonniers de guerre comme elle, qui se retrouvaient à oeuvrer seize heures par jour, tous les jours, sans salaire, contre une relative liberté de mouvements. Un mot officiel, qui faisait plus joli à dire qu'esclave. Je me massais un instant ma gorge endolorie par l'étrange chaine, dont les parois me paraissaient adhérer ensemble, plus secs que du papier de verre. J'hésitais, un instant, puis détournait les yeux du panier de fruit, osant demander, à voix basse

" Est ce que je peux avoir de l'eau... s'il vous plait "

C'était la seule chose dont j'avais encore plus besoin que de sommeil à ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Jeu 9 Avr - 18:38


Peur & Terreur
Des valeurs sures pour l’obéissance…



LeBlanc n’avait pas vraiment l’air surprise lorsque la jeune fille se présenta comme étant une travailleuse volontaire. Il aurait été plus étrange qu’elle soit une noble que non seulement la manipulatrice ne connaissait pas, mais qui en plus ait une quelconque importance réelle. Néanmoins, cela n’était pas un mal pour autant : cela faisait de cette Natalia un matériel facilement disposable sans incidence. Qui plus est, la jeune femme semblait ressentir une terreur sans nom alors qu’elle s’adressait à LeBlanc, n’osant que faiblement demander de quoi boire, ce qui lui arracha un sourire narquois.

« Bien sur…

Fouillant dans une armoire, LeBlanc en sorti un verre et une jarre en cristal remplie d’eau. Sans nul doute que chacun des deux récipients valait la vie de la jeune fille ici, à Noxus, mais cela, la Manipulatrice ne semblait pas en tenir cas. Servant un verre d’une eau tellement limpide qu’elle n’en renvoyait aucun reflet, la noble le déposa sur la table, juste à côté de Natalia. Cela semblait si naturel pour elle, enfin, il fallait avouer que pour la matrone de la rose noire, ces verres n’avait pas vraiment de valeur puisqu’elle pouvait en disposer d’autant qu’elle le désirait.

S’asseyant de nouveau, LeBlanc regarda Natalia, lui laissant le temps de boire si elle le désirait toujours. D’un mouvement gracieux, elle attrapa une pomme dans le panier de fruit,  portant le fruit à sa bouche avant de croquer dans ce dernier. Un jus sucré commença à couler dans sa bouche, déversant un intéressant flot de saveurs. Prenant son temps, elle laissait le loisir à la jeune femme de boire, mais aussi de réfléchir encore plus à la situation dans laquelle elle se trouvait et de ce que LeBlanc pourrait lui trouver comme intérêt. Elle laissait au silence tout le temps d’opérer un peu de son charme. Finalement, elle avala son morceau de fruit avant de reprendre la parole.

- Bien, et donc Natalia, que fais-tu dans la vie en tant que travailleuse volontaire ?

Toujours creuser plus loin, c’était comme cela qu’on savait quoi faire des gens et qu’on apprenait quelles utilités ces derniers ont. LeBlanc voulait en apprendre un maximum sur Natalia tout en gardant le contrôle sur cette dernière afin de voir de quelle manière elle pourrait la rendre « utile » à ses projets, de manière aussi insignifiante soit-il. Dans le pire des cas, elle devrait trouver un moyen de l’arracher à son « travail volontaire » pour en faire quelque chose d’utile pour elle, directement…

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Jeu 9 Avr - 19:12

Je ne pus m'empêcher de suivre des yeux chaque geste de la femme face à moi, tandis qu'elle manipulait le fluide salvateur qui occupait le centre de mon esprit. Un instant, je craignais qu'elle ne me le retire pour me torturer un peu plus, mais à mon grand soulagement, cela ne semblait pas être le cas, puisqu'elle déposa un verre à côté de moi.

"Merci", je murmurai simplement, d'une voix basse, avant de vider le verre en quelques secondes. L'eau fraîche coulait comme une cascade, avec délice dans ma gorge, jusqu'à former une masse froide dans mon estomac, qui me ravivait avec délice. J'aurais voulu boire la carafe entière, mais je me contentai de reposer précautionneusement le verre devant moi. La soif était moins dévorante, et pouvait attendre un moment plus opportun. Toutefois, voyant la noble femme occupée, qui me regardait comme pour me laisser du temps, j'attrapai timidement la carafe à portée de main, pour en verser un nouveau verre, les bras tremblant légèrement, autant de fatigue que d'appréhension.
Je but de nouveau, avec moins d'empressement cette fois, pouvant apprécier la texture, la finesse et les détails du cristal sous mes doigts. Le genre que j'avais pu avoir le loisir de manipuler lorsque mon service était demandé lors de soirées organisée par la ville, ou la haute noblesse était conviée. Et seulement de loin, car le service à table était alors assuré par de véritables employés, formés à un service impeccable, tandis que les travailleurs comme moi restaient en retrait, et hors de la vue de tout ce beau monde.

J'écoutai sa question en buvant lentement. Elle me paraissait étrange. Cette femme avait-elle la moindre idée de ce qu'étais la vie de prisonnière de guerre ici ? Savait-elle même ce que ce terme signifiait ?

" Je fais ce qu'on me demande de faire. Des corvées... Dans les plus importantes, je nettoie l'arène après chaque Hécatombe. "

Une des tâches dont personne ne se demandait qui l'effectuait, mais dont tous les spectateurs profitaient. C'était sans doute ce qui pouvait le plus parler aux Noxiens, quant à mon utilité.
En disant ça, je réalisais que la nuit était très avancée, et que le jour ne tarderait sans doute pas à poindre, justement pour le jour de l'Hécatombe, ce qui me fit sursauter. Je devais absolument être à l'heure pour me présenter au travail, sinon j'aurais de gros ennuis ! Ne pas être efficace parce que j'étais fatiguée me vaudrait d'être punie, mais bien moins que si je ne me présentais pas du tout.
Comme dans un rêve, je senti soudainement ma main se faire maladroite, et laisser échapper le verre, qui entama une chute vers le sol. Durant un instant, ma vie défila devant mes yeux. Briser un objet aussi précieux, et je pouvais être certaine de ne plus revoir la lumière du soleil pendant un bon moment, si ce n'était plus jamais. Mon souffle se bloqua dans ma gorge, mon coeur rata un battement, tandis que je me précipitais en avant pour rattraper le verre, me jetant littéralement sur le sol.
Heureusement, des années de travail m'avaient octroyées de bon reflexes, car je parvins à le rattraper, à millimètres avant l'impact. Je soufflais longuement, puis senti mes joues s'embraser. Mon dos et le côté de mon bassin me faisaient mal. Je venais de tomber de ma chaise, et de me ridiculiser, mais au moins, le cristal était sauf.

Toussotant légèrement, je me relevai lentement pour me rasseoir, déposant le précieux objet sur la table, et le repoussant du bout des doigts suffisamment loin pour être certaine qu'il ne retombe pas, sans oser regarder la femme. Cherchant comment retomber sur mes pattes, je murmurai

" Et régulièrement, j'ai des soirées ou je... distrais les hommes, de l'armée principalement "

Je rougis encore plus en me rendant compte de ma formulation. Dit comme ça, je passais pour une fille de joie, et je m'empressais de préciser mes mots

" Je chante pour eux. Ils aiment ma voix, alors j'ai une soirée par semaine ou ils viennent m'écouter. Certains viennent toutes les semaines, d'autres de temps en temps... Il faut absolument que je sois au Colisée à l'aube, ou je vais avoir de gros problèmes "

Je m'interrompis, en me mordant la langue. Je ne voyais pas vraiment l'intérêt que pouvait avoir cette histoire, qui ne méritait pas qu'on s'attarde dessus, mais un tel changement de sujet brutal risquait de mettre son "hôte" en colère. Alors je me contentai de me taire, en me tordant les doigts devant moi, les yeux soudainement absorbés par une passionnante petite rayure sur la table, attendant qu'elle me fasse comprendre ce qu'elle me voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 10 Avr - 0:17


Vue de profil
Ou comment se rincer l’œil quand d’autres jouent leurs vie.


Natalia avait vraiment un joli corps, et ça, LeBlanc put le constater à loisir quand cette dernière manqua de faire tomber le verre en cristal et se jeta au sol. Effectivement, LeBlanc pouvait comprendre que nombres de militaires venaient la voir, même si elle n’était pas certaine que cela ne fusse que pour son talent musical. La fatigue et la faim avaient par contre eut raison de son équilibre semblait-il. Néanmoins, en bonne femme de court, LeBlanc ne montra aucun signe à son invitée quand à ce qu’elle venait de ‘voir’ et de ce qu’elle pouvait en penser, se contentant de l’observer calmement. Néanmoins, ce qu’elle avait dit était intéressant. Ou tout du moins, cela avait piquer LeBlanc au vif.

« Vraiment ? J’aimerais savoir où tu fais ces représentations… et que tu chantes quelque chose pour moi, si ça ne te dérange pas bien sur…

Leblanc avait dit ça calmement, le plus naturellement du monde, s’enfonçant dans son fauteuil comme si elle se préparer à écouter une grande audition. Elle regardait Natalia sans sourciller. Cela était une demande, néanmoins, était-elle vraiment refusable ? Cela en avait déjà plus l’air que toutes ses autres questions, et pourtant, qui pouvait en être certains avec cette femme ?...

Revenir en haut Aller en bas
Natalia
› WINTER'S FLOWER
› WINTER'S FLOWER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 35

MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   Ven 10 Avr - 9:59

Je manquais de m'étrangler, à sa demande. Elle me demandait poliment de lui chanter quelque chose... Quelques minutes à peine après avoir manqué de lui briser les cordes vocales. Une discussion parfaitement naturelle et posée, si ce n'était qu'elle se passait en pleine nuit, dans un contexte des plus étranges, avec une femme qui l'était encore plus. J'en restai bouche bée pendant un moment, me découvrant de nouveaux talents d'imitation de carpe.

" Je... " je finis par réussir à faire sortir un son de ma voix. " ... les fais dans une taverne en souterrain, pas très loin du port... Ni du Colisée... Le violoniste fou, elle s'appelle... "

Une taverne principalement visitée par les militaires, et les marins. Sans être d'un quartier luxueux, elle était tout de même relativement bien fréquentée, les soldats à Noxus gagnant tous plutôt bien leur vie. Et je n'aurais pas été autorisée, ni encline à traîner dans les bas fonds les plus dangereux de la ville, préférant largement rester dans une relative sécurité, entourée de militaires qui, à défaut d'être tous dignes de confiance, devaient répondre de leurs actes devant des supérieurs, ce qui me protégeait. Plus ou moins.

Pour sa deuxième question, cependant, je ne savais que répondre. J'étais bien trop épuisée, et j'avais déjà chanté plusieurs heures cette nuit là, ma voix était cassée, et ma gorge encore endolorie des maltraitances subies. Mais avais-je vraiment le choix ?

" J'ai peur de... ne pas être dans les meilleures dispositions... J'ai déjà chanté ce soir et mes performances seraient médiocres... "

Sans être un refus ferme, je pouvais jauger de sa réaction. Voir si elle insisterait, ou si elle accepterait de me laisser un peu tranquille pour ce soir. Sans compter qu'elle avait ostensiblement ignoré ma requête de pouvoir être à l'heure à mon travail. Elle était au courant de la situation, je ne pouvais rien faire de plus que de m'en remettre à sa décision... Et espérer que cette dernière ne me mènerait pas à une punition trop sévère. Quant à mes yeux, ils commençaient à se fermer seuls. Un voile noir obscurcissait ma vue... Pourquoi était-il toujours présent alors que je forçais mes paupières à s'ouvrir ? Je n'en savais rien, mais j'étais soudainement plongée dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Espionnage de courtoisie... [pv. Natalia & Talon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Slaanesh : talon hauts et bouton sur la fesse droite!
» Notre Consul sur Radio Courtoisie
» Haiti en image (courtoisie de lcn.canoe.qc.ca)
» SPY ON YOU || RPG d'espionnage
» [libre]Une enquête chez soi [Trickbast, rang D, Pirates, Baston & Espionnage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: North East :: Noxus :: Souterrains :: Lieux interdits-