lienlien
› Musiques Riot Games



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jax
› MAITRE D'ARMES
› MAITRE D'ARMES
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 101
Messages : 20
Localisation : A la poursuite d'un défi

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   Sam 4 Avr - 18:20

Piltover...

Jax ne s'était pas souvent rendu dans le coin. Il faut dire que la ville était l'une des plus calmes de Runeterra, si on mettait à part les fréquentes explosions et autres incidents collatéraux de leurs nombreuses expériences. Mais en dehors de ça, rien de bien excitant, la ville était connue pour sa police exemplaire qui gardait sa criminalité sous bonne garde. Du coup, peu voir pas de personnes volontaires pour une bonne vielle bagarre voir même un petit combat de rien du tout. En bref, loin d'être l'endroit rêvé pour le maître d'armes. Mais bon, il fallait bien passer quelque part pour se rendre à Freljord depuis Zaun, alors autant aller là où ils servaient au moins de la bière correcte.

Enfin, correcte certes mais certainement pas en quantité suffisante! Ça, c'est ce dont se rendit compte après sa sixième bière lorsque le barman lui répondit après sa nouvelle commande qu'il ne le servirait pas plus vu qu'il en avait eu visiblement assez. C'est là que Jax se souvint qu'en effet, Piltover avait eut depuis un moment la désagréable habitude de limiter la consommation d'alcool dans ses établissements! Soit disant pour éviter que des gens avinés ne fassent trop de grabuge! Calomnies! Lui-même se souvenait très bien que même lors de ses soirées les plus arrosées avec Gragas, ils n'avaient pas ravagés plus d'un seul quartier! Il ne voyait franchement pas de quoi en faire toute une histoire...

Pour le coup Jax resta figé face au patron, accoudé à au comptoir qui les séparaient, l’incrédulité passée pour laisser place à la consternation. Mais avec son masque, difficile de déchiffrer quoi que ce soit sur sa personne, tout juste pouvait on penser le voir en plein duel de regards avec le barman, ses verres vides étalés autour de lui. Le bonhomme qui lui faisait face eut une goutte de sueur qui perla d'une de ses tempes devant l'allure inquiétante de son client mais tint pour l'instant bon, sachant trop ce qu'il risquait de la part des forces locales. Il nettoyait frénétiquement un verre déjà plus que propre histoire de se donner une contenance et répéta son information à son vis-à-vis, qui continua de rester pour l'instant sans réactions, encore sous le choc. Pas plus de six bières, mais c'était comme vous ôter le plat de résistance après vous avoir servi une alléchante entrée, c'était criminel!



Revenir en haut Aller en bas
Vi
› PILTOVER ENFORCER
› PILTOVER ENFORCER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 20
Messages : 14
Localisation : Right up your ***

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   Dim 5 Avr - 4:52

Le manque de réserve d’alcool, voilà ce qui m’amena dans ce bar. Normalement, je restai seule, sur la chaise du balcon à la belle étoile, mais on dirait que je devais me passer de cela aujourd’hui. J’avais fouillé partout chez Jayce, sans grand succès, ne trouvant que du vin. Tout sauf du vin. J’avais fini la dernière goutte de vodka que j’avais réussi à avoir et c’était trop peu pour moi. Trop peu pour rester éveillée. Il me fallait rester debout : si je dormais, il allait revenir, il allait me faire souffrir encore et encore. Juste cette pensée qui effleura mon esprit me fit frissonner : j’aimais mieux vider mon portefeuille dans de l’alcool que de dormir. Ainsi, je me trouvais à prendre un peu d’alcool à chaque heure, histoire de ne pas trop dessoûler pour ne pas sentir la fatigue davantage.

Je franchis la porte du bar, heureuse de ne plus être enveloppée dans la noirceur de la nuit. Ignorant les gens qui me fixaient et l’odeur de bière qui me monta aux narines, je me dirigeais d’un pas las vers le bar, sans prendre attention à mon environnement. Je m’assis lentement, posant mon coude sur le bar et ma joue dans ma main et je commandais un verre. De la bière, tout simplement. Le barman dû immédiatement remarquer mon teint livide, mes yeux cernés de fatigue et mes yeux qui semblaient éteints parce qu’il dit, visiblement inquiet :

-Mademoiselle, vous devriez aller vous reposer, je ne crois pas que vous êtes en état de boire…

Si mes yeux pouvaient arracher la tête à quelqu’un, sûrement le feraient-ils en ce moment. À voir la face qu’il me faisait, sûrement le message silencieux que je venais de dire avait bien été compris. Je rétorquais, avec une pointe d’énervement dans ma voix


-On te paye pas pour être médecin à ce que j’sache, alors sers moi mon verre et ferme ta gueule.


Il ne rajouta pas un mot, se contentant de me donner un verre et de verser la bière dedans.  Il voyait que je n’étais vraiment pas la fille qui voulait parler de ses petits problèmes et encore moins celle avec beaucoup de patience.  Je n’étais pas de mauvaise humeur en ce moment, j’avais connu des moments bien pires, mais ce mec m’avait cherché au mauvais endroit. Je regardais le liquide ambré dedans.  Ce liquide qui me rendait malade, mais qui m’évitait de sombrer dans la folie. Cette ironie.

Je regardais ma main droite; mes mains étaient presque la seule partie de peau qu’on voyait de mon corps, le reste était caché. Sans mes gants, c’était extrêmement étrange : j’étais tellement habituée avant l’incident de les porter à chaque jour et maintenant, mes deux gants étaient bons pour la poubelle. Je n’étais pas habituée de voir mes mains aussi petites et fragiles, mais j’allais devoir m’y faire. Jusqu’à ce que Jayce et moi, on les répare… En parlant de Jayce, je n’avais pas vérifié s’il dormait avant de sortir. Cela ne me surprendrait même pas de le retrouver la face dans ses papiers en train de ronfler comme d’habitude.

Une voix étrangement familière me tira de ma pensée. Je jetai un coup d’œil vers ma droit et je failli tomber de ma chaise en voyant qui se trouvait là. Jax.  Étais-ce le fait qu’il était ici? Ou étais-ce moi qui angoissais à l’idée qu’il me voit dans un tel état?

Dans la Ligue, je m’étais rarement montrer faible parce que je détestais l’être. Toute ma vie, j’avais vécu selon la loi de la rue : les faibles crèvent, les forts survivent.  En ce moment, il n’y avait pas une personne plus démolie et misérable que moi. Vous me direz : Ouais, mais Vi, tu te fous de l’avis des gens.  Ici, c’était différent.

Ici, je n’avais pas cette carapace de protection, de confiance que j’avais à la Ligue. Ici, j’étais détruite, réduite en mille miettes, tentant de me reconstruire après un épisode de ma vie que je tenais à tout prix à oublier.  

Mais je ne voulais pas fuir. Sinon ce serait la preuve de ma lâcheté.  Par contre, j’avais une certaine réticence à aller lui parler : il était l’une des premières personnes, en dehors de Cait ou de Jayce, à qui j’allais parler qui était relié à mon passé à la Ligue. Et j’étais très loin d’exceller au niveau de « comment commencer une conversation avec un quasi-inconnu ». Et Cait me disait que socialiser plutôt que de rester dans un coin pouvait être bénéfique… Bon, okay, elle a dit : « Ne penser même pas à mettre les pieds dans les bars», mais chut, c’est un détail.

Je remarquai que Jax se trouvait à devoir arrêter de boire à cause de cette magnifique et superbe loi……. Rectification, cette loi vraiment merdique de ne pas boire plus de 6 verres par jour. Il y a des limites à ne plus rien foutre en tant que policiers : je me rappelais à l’instauration de cette loi qu’il y avait des soirs où moi et Cait on se tournait les pouces. Vraiment ennuyant.

Je poussais un soupir, me disant que de toute façon, il m’avait déjà remarqué puisqu’il était dans le bar depuis plus longtemps que moi. Je me levais, allant m’asseoir à côté de lui. Je le regardais pendant quelques secondes avant de lui dire;

- J’te commande quoi?

Pas la meilleure façon d’aborder quelqu’un, mais  j’étais allé droit au point : ça ne servait à rien de tourner autour du pot pendant 30 minutes.  Ouais, payer la tournée à Jax. Ma bonne action de la journée, aussi inattendu que ça puisse être. Et bon, si cela m'aidait à rester éveiller plus longtemps, je ne vais pas cracher là-dessus


Présentation

« If I want your opinion, I'll beat it out of you. »
Revenir en haut Aller en bas
Jax
› MAITRE D'ARMES
› MAITRE D'ARMES
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 101
Messages : 20
Localisation : A la poursuite d'un défi

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   Mar 7 Avr - 22:59

Tient, quelqu'un qu'il connaissait! C'était plutôt rare dans le coin, mais il faut dire que la fréquentation de la Ligue avait beaucoup fait pour augmenter drastiquement le nombre de têtes dans la mémoire du mercenaire. En tout cas pour ceux qui en avaient valu la peine, et c'était bien le cas de cette chevelure rose vif qu'il observa s'accouder au comptoir auquel il se trouvait. Bon, à l'époque elle avait une meilleure mine et de plus grosses mains mais rien de bien différent dans l'ensemble. En tout cas elle ne l'avait pas remarqué d'entrée ce qui était plutôt agréable pour le maître d'armes, un peu trop habitué à ce que tout le monde se retourne devant son apparence imposante et sortant de l'ordinaire. Et puis elle semblait pouvoir obtenir du barman local ce que lui désespérait d'avoir encore, ce qui était au final la chose la plus importante à ses yeux en cet instant.

D'ailleurs, à ce propos, après avoir finalement noté sa présence cette dénomée Vi finit par se proposer à lui offrir un verre. Si des néons lumineux bleutés pouvaient un jour réfléchir de la reconnaissance, ils auraient alors à cet instant brillés de milles feux. La voix sourde et caverneuse du grand guerrier s'exprima alors avec une nuance de gratitude nettement audible, pendant qu'il désignait la pinte de bière vide devant lui d'un de ses trois doigts.


"La ptit soeur. Merci beaucoup du coup. J'ai pris un peu d'avance mais je vais y aller mollo et tu devrais réussir à me rattraper, ça devrait te remonter. Quoi de neuf sinon depuis la Ligue?"

Oui parce que bon, il fallait bien l'avouer, Jax n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien être arrivé au reste du monde, à part pour les quelques endroits où il était passé depuis. Et puis il faut dire que dans l'absolu, il s'en fichait pas mal. Lui préférait vivre au jour le jour et n'avoir pour préoccupation que ce qui lui tombait sur le nez. C'était déjà suffisant sans avoir besoin de tirer des plans sur la comète au sujet de l'avenir du monde et autres choses du genre. Et pour l'instant, cela se traduisait par réussir à boire autant qu'il le voudrait et discuter tranquillement avec cet ancien adversaire qu'était Vi. Qui pouvait d'ailleurs l'être à nouveau si l'idée d'un bon combat la tentait toujours. Mais bon pour l'instant, autant profiter de ce qu'elle proposait, il aurait tout le temps de voir le reste ensuite. C'était le coté pratique de ne rien prévoir à long terme, on avait tout le temps que l'on voulait devant soi.
Revenir en haut Aller en bas
Vi
› PILTOVER ENFORCER
› PILTOVER ENFORCER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 20
Messages : 14
Localisation : Right up your ***

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   Sam 13 Juin - 19:41

Je n’avais jamais vraiment parlé à Jax dans la Ligue, comme à tous les champions sauf mes amis. Pour moi, la Ligue était strictement un lieu où les plus grand combattants de ce monde se retrouvaient pour se battre et non un lieu pour faire des nouvelles rencontres. Bon, il y en avait certains qui avaient des grandes gueules, ce qui étaient assez énervant, mais la plupart restait avec leurs amis hors de la Ligue.

- La ptit soeur. Merci beaucoup du coup. J'ai pris un peu d'avance mais je vais y aller mollo et tu devrais réussir à me rattraper, ça devrait te remonter. Quoi de neuf sinon depuis la Ligue?

Je reportais mon regard sur Jax… C’était troublant de ne pas voir son visage, encore moins ses yeux. J’étais habituée dans mon travail de policière de faire du profilage et le visage était la partie la plus expressive du corps, ce qui se révélait à trahir la plupart des criminels sur leur culpabilité. Au moins, je pouvais percevoir de la gratitude dans sa voix, ce qui me rassurait en pensant qu’il était déjà pas mal moins un connard que le trois-quarts des gars ici.

Prenant sa commande(je devais avouer qu'il avait du goût), je lui souris légèrement, avec une pointe de malice. Il sous-estimait vraiment ma capacité de résister à l’alcool… J’allais peut-être le surprendre, qui sait.

-Tu me sous-estimes… Mais on verra bien lequel de nous deux tombera en premier.


D’une traite, je bus ma bière, la reposant sur le comptoir, en signe de défi. Je savais que même si c’était indirect, il y avait de bonne chance que le message soit compris. Je sens que j’allais bien m’amuser ce soir et que je n’allais pas regretter d’être venue. Il y avait des bonnes chances que je tombe en premier, vu à quel point j’étais fatiguée… J’avais déjà bu aussi en arrivant, je sentais déjà mon esprit qui commençait à s’embrouiller. J’en profitais alors que le barman servait Jax pour en commander une autre. Je lançais un regard arrogant au barman pour lui dire que j’étais capable d’en prendre et qu’il n’avait aucun commentaire à passer sur mon état de santé.

Je reportais de nouveau mon attention sur Jax. Il m’avait demandé comment était ma vie depuis la destruction de la Ligue. Je ne pouvais dire la vérité… C’était si difficile à admettre tout ce qui c’était passé et je ne m’étais pas encore remis de ce cauchemar  que j’avais subi pendant des jours et des jours. Je détournais le regard, de peur qu’il puisse voir que je mentais, avant de dire;

-Pas grand-chose… Arrêter quelques criminels, remplir de la paperasse, la routine quoi… (Je le regardais de nouveau, voyant une opportunité de changer le sujet de la conversation) Je dois avouer que la Ligue me manque, c’était sympa.

La nostalgie vînt me prendre. Me battre, toujours à mon meilleur, en me foutant des conséquences. La ligue avait été une chance de me sortir de ma routine de policière, de m’améliorer et surtout de représenter Piltover. Maintenant il n’en restait que des cendres. Voyant que ma commande était arrivée, j’en pris une gorgée, pour essayer d’effacer ses pensées aussi tristes que nostalgiques.

-Et toi? Ça se passe comment depuis?


Autant alimenter la conversation tant qu’on le peut. Je devais avouer que ma curiosité s’éveillait lentement quant à Jax. Savoir qui il était m’intriguait et je voulais apprendre le plus que je pouvais, sans toutefois forcer les choses. Y aller naturellement quoi…


Présentation

« If I want your opinion, I'll beat it out of you. »
Revenir en haut Aller en bas
Jax
› MAITRE D'ARMES
› MAITRE D'ARMES
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 101
Messages : 20
Localisation : A la poursuite d'un défi

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   Dim 14 Juin - 1:33

Sous son masque, Jax se mit à sourire devant la réaction de Vi. Voilà ce qu'il appelait une bonne soirée en perspective, quelqu'un prêt à s’enivrer avec vous jusqu'à plus soif et tout un tas d’alcool pour se faire à sa disposition. Bon, d'accord, s'il voulait vraiment bien faire, il devait y avoir une bagarre digne de ce nom à la fin. Mais pour le coup il sentait qu'il allait devoir faire une exception, ne serait-ce que parce que sa compagne de boisson était habituellement celle qui arrêtait les dévastations de ce genre. Enfin ce n'était pas trop grave, il pouvait ne pas taper sur quelqu'un pour changer, le temps d'une soirée.

Voyant en tout cas que son défi était relevé, Jax empoigna à son tour sa pinte et la porta au mince espace libre entre sa houppelande et son masque, pour verser tout le liquide d'un coup dans sa gorge. Reposant tranquillement le contenant vide, il fit signe au barman de renouveler la commande sans plus attendre et fit même un signe explicite de la main pour lui dire de prendre d'ors et déjà de l'avance sur les suivantes. En attendant lesdits verres, il se retourna alors vers sa compagne de comptoir, s'appuyant ce faisant sur ses bras croisés sur le meuble, tranquillement calé. Il continua alors tout naturellement leur conversation d'un ton simple et amical, même si ses fortes tonalités pouvait le faire paraitre plus impressionnant.


"Je vois. Bien pour ça que je m'engagerais jamais dans quoi que ce soit, remplir des démarches et procédures, non merci mais très peu pour moi. Comme ça de mon coté les choses ne changent pas, je continue de chercher des combattants un minimum intéressants là où je peux. J'avoue que c'était plus simple du temps de la Ligue, j'avais moins à courir partout. Mais dans le fond, rien ne change, pour l'instant..."

Les verres suivants arrivants à ce moment, le maître d'armes en profita pour passer son verre à la demoiselle et trinquer ainsi avec elle. Son ton s'était fait plus pensif sur la fin de sa phrase, signe que ce qu'il avait dit n'était pas juste une façon de parler, et il n'était pas contre se remettre dans de meilleures dispositions par un petit coup de plus. Fixant le regard de la policière tout du long qu'il vidait une nouvelle fois d'une traite sa chope, comme dans un nouveau défi amical, il lui vint alors finalement à l'esprit que sa camarade du soir avait l'air diminué. Jax est loin d'être un grand psychologue néanmoins il savait se rendre compte sans le moindre mal de la fatigue physique qui transparaissait alors. Visiblement soit les voyous du coin étaient plus usants qu'il ne l'aurait cru, soit elle avait des soucis. Mais l'un dans l'autre, cela ne le regardait pas, il passa donc le sujet par dessus son épaule avec sa bonhommie habituelle, laissant à d'autres le soin de juger.

Néanmoins cette pensé évoqua en lui une idée, qu'il exprima finalement après l'avoir fait tourner un instant dans sa tête. Après tout comme cela il trouverait peut-être quelque chose de plus que de la bonne bière par ici. C'est donc en empoignant son verre suivant et en le faisant un peu tourner dans sa main qu'il exprima sa pensée, tournant alors ses réticules de vision bleutés d'un air pensif droit devant lui, par dessus le comptoir.


"Et du coup, il y a du criminel intéressant par ici en ce moment, du genre qui donne du fil à retordre? Sait-on jamais tant que je suis dans le coin, si je peux aller m'en faire un qui vaille le coup..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand y-en a plus, y-en a encore? [pv Vi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: North East :: Piltover :: Quartier Commercial-