lienlien
› Musiques Riot Games



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mar 31 Mar - 2:59


Les destins perdus
L’abyme vous regarde aussi.
Town-Dungeon by Paul Romero on Grooveshark

La cité-état de Noxus est un lieu bien particulier. Un lieu où plus l’on s’enfonce dans ses méandres, plus ses intérieurs deviennent nocifs. Chaque artère de la ville peut se trouver le lieu d’un coupe-gorge. Dans ses lieux les plus malfamés, l’ont pouvait trouver la mort pour quelques monnaies, ou trouver quelqu’un pour la dispenser…

Pourtant, elle possédait également ses charmes et ses lieux des plus exotiques et atypiques. Le quartier de Tyrn en faisait parti, même si il s’agissait sans doute d’un des moins peuplé de la cité de par sa configuration étrange. Situé dans les souterrains de la ville, là où les autres rues étaient creusés à même la roche, celles de ce lieu se trouvaient pour ainsi dire « suspendue » au dessus du vide. Tyrn était en réalité ainsi suspendue tout en haut d’une immense cavité rocheuse dont le sol n’était pas visible depuis même les plus basses ruelles. Les murmures racontent que l’endroit serait le repaire de la Maison Dimir, une petite communauté fanatique et matriarcale attendant son heure.

Bien sur, cette « Maison » eut bien existé, fusse une époque, mais désormais elle n’est qu’un masque pour masquer ses véritables instigateurs. Après tout, cela faisait des décennies désormais que la Rose Noire en avait finie avec la Maison Dimir. Mais cela, seule une poignée d’élus en était encore au courant, et dans le quartier, il se murmurait encore des histoires de sombres trahisons et de personnes tombant par-dessus les balustrades par d’heureux « hasards ». Bien entendu, la matrone de la Rose faisait parti de ses rares « connaisseurs » ; après tout, même si une pétale ne connaissait pas toutes les autres, LeBlanc les connaissait toutes.

Cependant, ce quartier était encore le témoin silencieux de l’ancienne gloire de cette maison disparue. Les gigantesques cristaux magiques qui éclairaient les lieux de leurs lumières violette révélaient la somptuosité du travail effectué en ces lieux. D’immenses sculptures trônaient de ça et de là dans l’endroit, certaines dépassant la tailles de bâtiments, s’enroulant autours des stalagmites qui servaient de supports aux structures constituant le cœur du lieu. Plusieurs femmes étaient ainsi représentées dans toute leur splendeur, servies par diverses créatures de légendes telles que dragons, hydres et minotaures. Mais mêmes les choses les plus insignifiantes se révélaient déroutante : ici la moindre rambarde se trouvait gravées de motifs complexes aux dessins fractals, transpirant d’une richesse et d’un art éteint, usé.

LeBlanc aimait cet endroit et l’ambiance qui s’en dégageait. Pourtant, elle n’était pas ici pour le plaisir et se trouvait à attendre devant l’entrée d’une porte aux motifs complexe, une parmi tant d’autres dans cet étrange endroit des profondeurs Noxiennes. Derrière elle se trouvait une demeure dont il était difficile de déterminer la grandeur, à moitié murée dans la roche qu’elle n’était. Ici, personne ne semblait porter vraiment d’attention à cette jeune femme qui attendait patiemment devant une porte, un étrange sceptre magique à la main. Parfois, un ou autre des habitants des lieux s’arrêter pour la regarder, elle les congédiait d’un geste de son bâton.

Aucun ne se souviendrait d’elle. Il n’y avait là qu’une vieille femme attendant probablement l’arrivée d’un quelconque petit-fils.

Mentalement, elle se dit que l’heure approchait.

Plus tôt, elle avait fait envoyer une missive à la maison Du Couteau. D’intermédiaires en intermédiaires, la lettre cachetée avait dut finir par arriver dans les mains de sa destinataire. Il s’agissait là d’un plan crypté dont l’astuce se trouvait dans la superposition des différentes feuilles devant une source de lumière vive, révélant alors un tracé constant. Le genre de petit tour de passe-passe qu’aucune magie ne pouvait déchiffrer. Néanmoins, elle avait confiance dans les capacités de déductions innées de sa destinataire à la mention de l’indice présent sur la première feuille : « La Lumière montre le chemin au travers des Ombres ». Après tout, n’avait-elle pas travaillé pour les services de renseignements Noxiens ? Une fois décrypté, outre le chemin d’accès, on pouvait voir également apparaitre un horaire ainsi que le nom de la personne à qui cette missive était destinée : Katarina du Couteau.

Quelques minutes passèrent encore avant qu’au coin de la rue n’apparaisse une silhouette dont l’allure était reconnaissable entre toute pour un œil avertit. Et elle avait eu tout le temps d’exercer le sien quand elle se trouvait dans la ligue, et maintenant elle pouvait deviner que la personne qu’elle attendait approchait à pas de velours. D’un geste, elle fit en sorte que son illusion n’affecte pas cette dernière, lui laissant ainsi tout le loisir de la reconnaitre si elle ne se trouvait pas être réellement amnésique. Un sourire fugace apparue au coin de son visage, avant de se résorber aussitôt : finalement elle ne s’était pas faite tuer en chemin, elle n’avait donc sans doute pas tout oublié… ou avait eu beaucoup de chance dans la ville basse.

« Bonsoir, dame Du Couteau, comment se porte votre sœur ? articula-t-elle à l’attention de cette dernière, juste assez fort pour qu’elle seule l’entende, l'invitant d'un geste à entrer dans la maison derrière elle...



Dernière édition par Emilia LeBlanc le Mer 1 Avr - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mer 1 Avr - 12:45

Voilà maintenant trois jours et deux nuits que Katarina foulait de nouveau du pied sa terre natale, qu’elle redécouvrait, pas à pas. Depuis son arrivée, elle résidait au Haut Commandement, n’ayant pas remis les pieds dans le chez elle dont elle avait tout oublié. La raison qu’on lui avait fournie, était de lui éviter un trop brutal retour qui risquerait de lui soulever trop de questions, trop de perte, mais d’au contraire, la réintégrer petit à petit, afin de lui éviter de paniquer face à l’immensité du vide qui l’habitait. Si son premier reflexe, face à sa sensation de vide et de folie qui s’emparait d’elle, avait été de s’accrocher à ces recommandations comme parole d’évangile, plus le temps passait, plus une sensation étrange l’habitait. Une sorte d’instinct, qui la mettait en garde. N’essayerait-on pas de lui cacher des choses sur sa propre vie, qu’elle risquerait de découvrir chez elle ?
Pour le moment, elle préférait écarter la question, et se montrer plus ou moins docile. Et puis, de toute façon, elle n’avait pas la moindre idée d’où elle habitait.

Errer dans la ville qui lui était inconnue lui avait été, à défaut d’être formellement interdit, vivement déconseillé. Mais même si elle avait perdu la mémoire, la Noxienne n’avait en rien perdu son caractère indépendant, et sa tendance à n’en faire qu’à sa tête. Aussi, elle ne manquait pas une occasion de s’éclipser discrètement, et d’aller redécouvrir ces lieux où elle avait grandi.
Par instant, il lui semblait, fugacement, capter une bribe de quelque chose. Une sensation de déjà vu, reste d’un passé pas si lointain, mais qui lui paraissait dater d’une autre vie, et qui s’estompait bien souvent dès qu’elle déportait son attention sur l’origine de ce sentiment. Et parfois, une maigre sensation de se retrouver lui redonnait courage et la rassurait. Par exemple, ses propres goûts n’étaient pas perdus. En entrant par pur hasard dans une pâtisserie, au nom de Sinful Succulence, sans se souvenir qu’elle y était en temps normal une cliente fidèle, elle n’eut pas la moindre seconde d’hésitation pour choisir un met, ce qui la surprit elle-même. Et s’entendre répondre un « comme d’habitude », la fit sourire, presque autant qu’en mordant dans la pâtisserie, qui lui éveillait une agréable sensation de délicieuse familiarité aux papilles. Tout n’avait peut-être pas disparu, finalement.
Pour sa propre sécurité, elle avait bien vite compris qu’elle devait taire sa perte de mémoire, en dehors de ceux déjà au courant. Méfiante de nature, elle l’était d’autant plus en se sentant vulnérable, et craignait beaucoup que des personnes mal intentionnées profitent de sa faiblesse à ses dépens. Ne jamais monter de faiblesse, voilà un réflexe qu’elle n’avait pas perdu non plus. Et tant pis si elle ne répondait pas aux gens la saluant, quitte à rabrouer des amis. Mieux valait passer pour quelqu’un d’odieux que quelqu’un de vulnérable.
Elle déambulait au détour d’un quartier riche, lorsqu’un inconnu – pensait elle – l’aborda. Immédiatement, elle dégaina l’une des lames accrochée à sa ceinture, par simple avertissement. L’homme recula légèrement, et s’inclina, en lui tendant une épaisse enveloppe cachetée, lui précisant qu’elle était supposée parvenir au manoir Du Couteau, mais qu’en la nouvelle de l’absence de l’ainée des Du Couteau chez elle depuis son retour à Noxus, elle avait été transmise de façon à ce qu’elle lui parvienne. Un peu perdue, l’assassin accepta la lettre, et regarda l’homme s’éloigner. Lorsqu’elle réagit, voulant lui demander de la conduire jusqu’au dit manoir, il avait déjà disparu à travers les ruelles.

« L’ainée » ?

Elle s’assit sur un banc, pour décacheter la lettre. A l’intérieur de nombreuses feuilles, sans aucun message apparent, simplement des symboles, des traits, semblant placés là aléatoirement. Et une consigne.
En parcourant les feuilles néanmoins, elle pouvait percevoir que les traits se regroupaient plus ou moins à des endroits similaires, comme s’ils avaient à se superposer. Katarina souffla avec agacement. Comme si elle avait le temps et l’envie de jouer aux devinettes, avec tout ce à quoi elle devait déjà réfléchir en ce moment.

« Tu vas voir ou tu peux te la carrer, ta lumière », gromella-t-elle entre ses dents. Elle avait horreur de ce genre de petit jeu. Si quelqu’un voulait lui faire passer un message, il n’avait qu’à le faire directement.
Elle s’apprêtait à jeter les feuilles dans la première poubelle venue sans autre forme de procès, lorsqu’une phrase prononcée par le responsable de sa perte de mémoire, après son réveil, lui revint en mémoire. Beaucoup de choses se jouaient, et certaines personnes pourraient tenter de lui nuire. Allons bon, pouvait-il réellement y avoir une raison pour qu’on tente de la contacter ainsi de façon codée ?
Elle soupira, et repris les feuilles. Dans son esprit libre de tous souvenirs, sensations, ou ancrage, la logique derrière ce code lui paraissait d’une simplicité enfantine, tandis qu’elle plaçait les feuilles devant le soleil. Comme prévu, quelque chose de plus clair et cohérent apparut dans son champ de vision. A savoir si elle comptait réellement suivre ces indications. Pourquoi voulait-on encore lui dicter sa conduite ?
Elle réfléchirait d’ici que le moment soit arrivé. Pour le moment, elle voulait continuer à s’imprégner de ces lieux.
Finalement, ce fut la curiosité qui l’emporta. Difficile de trouver son chemin dans une ville dont on a tout oublié, mais ses pas finirent par la guider jusqu’au quartier ou le rendez-vous avait été donné, plus ou moins à l’heure. Avançant à pas prudent, attentive à ce qui l’entourait, Katarina se présenta sur les lieux, sur ses gardes. Là, une femme à l’apparence étrange l’attendait. De stature noble, sûre d’elle, et d’une grande beauté, son visage impassible semblait regarder bien plus loin que quiconque. Etait-ce elle qui lui avait fixé ce rendez-vous ?
Comme pour répondre à sa question muette, la femme la salua, par son nom de famille, qu’elle avait réappris à reconnaitre, en l’invitant à rentrer. Katarina plissa les yeux à la question de la femme.

« En général, n’est-il pas d’usage de demander d’abord à la personne que l’on rencontre comment elle se porte, avant de demander des nouvelles de sa famille ? » demanda-t-elle en croisant les bras, les yeux légèrement plissés, en choisissant toutefois d'accepter l’invitation à entrer.

Une fois de plus, son esprit vide des bouillonnements émotionnels que procuraient la présence de souvenirs, travaillait avec liberté, finesse et logique, bien plus qu’en temps normal. Plus tôt, l’idée qu’elle avait une jeune sœur avait été évoquée, chose dont personne ne lui avait parlé depuis son retour. Ce n’est pas le genre de renseignement qu’on oublie de donner à quelqu’un venant de subir un accident tel que le sien, sa famille aurait dû être la première au courant. On lui avait donc volontairement caché.

Et si cette femme lui posait cette question d’entrée de jeu, c’était sans doute pour lui donner cette impression d’en savoir plus, de maitriser la situation dans laquelle elle-même était perdue. Elle voulait jouer ? Tant mieux, l’assassin adorait le jeu.


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mer 1 Avr - 21:20


Le chemin des Ombres
Là où convergent réalité et mensonges…


La femme aux milles visages eut un léger sourire alors que Katarina pénétrait dans le lieu, et un peu de surprise également de la voir autant sur la défensive. Entrant à sa suite, le tintement de son bâton contre le sol allumait les flammes magiques ornant les murs sur son chemin. S’ornant de simples gravures murales, les lieux faisaient contrastes avec l’extérieur pompeux du quartier, même si les lueurs semblaient toujours aussi pâles et vacillantes, jouant avec les ombres comme avec autant de monstres imaginaires. Prenant la tête dans la maison, LeBlanc guidait son invitée au travers des couloirs tout en prenant le temps de répondre calmement à sa question.

« C’est en effet comme cela que les mœurs sont, néanmoins je n’aurais pas voulut vous indisposer, dût à votre rang, en vous posant une question à laquelle vous ne sauriez peut-être pas répondre. Je m’excuse si cela vous a mis dans l’embarras.

Disant cela, elle finit par ouvrir la porte sur une pièce au contour circulaire assez particulière. Ici, le sol, les murs comme le plafond se trouvaient gravés de fresques aux motifs abscons dont le sens échappait sans doute à toute personne les regardant. Au centre de la pièce se trouvait un grand miroir d’eau dont la hauteur ne dépassait pas celle du sol et qu’aucune bordure ne venait délimiter si ce n’est le trou de ce dernier. Collés aux murs se trouvaient déposés quatre chaise d’un bois sans doute rare et finement travaillés, seuls meubles et ornementation de la pièce. Invitant d’un geste Katarina à prendre place dans un des sièges, la jeune femme s’installa également de son coté, faisant certes quelque peu fit des protocoles et des procédures.

- Du coup, je vous le demande maintenant, allez vous bien Katarina du Couteau ?

Disant cela, la personne en face de Kata eut un léger sourire dont il était difficile de discerner les intentions : amusée, intéressé ou simplement avenant, nul ne pouvait le dire avec certitude. Toujours est-il que LeBlanc laissa reposer son bâton contre un mur, les cristaux flottant semblant maintenir l’ensemble en place sans qu’aucune logique d’origine non magique ne puisse l’expliquer. Quand à d’autres éventuelles armes, il était évident que LeBlanc n’en avait pas, mais en avait-elle vraiment besoin, ici ?

- Je vous remercie d’être venue à cette rencontre des plus… discrètes. Je ne sais pas si vous vous rappelez de moi, mais moi je vous connais. On m’appelle LeBlanc, et je pense qu’il vaut mieux que cette petite réunion reste entre nos quatre oreilles. Je suppose que bien des questions vous brûlent les lèvres, et si possible, je tâcherais d’y répondre.

La main était apparemment laissée à l’invité. La matrone de la rose noire ne semblait pas vouloir prendre les devants ou brusquer les choses du point de vue de son invité.



Dernière édition par Emilia LeBlanc le Mer 1 Avr - 22:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mer 1 Avr - 22:04

Les yeux de la Noxienne se déplaçaient rapidement, par petits mouvements saccadés, sur l'environnement l'entourant. L'habitude d'être très pointue dans l'observation, particulièrement lorsqu'elle visitait un lieu nouveau ou elle ne se sentait pas en pleine maîtrise de la situation, ne l'avait pas quittée, et depuis son accident, c'en était devenu un véritable réflexe.
Un sentiment d'irritation et de mal-être dans sa poitrine montait en elle, sans qu'elle ne sache l’interpréter, tandis que l'écho de ses pas sur le sol venait accompagner le frappement régulier du bâton de la femme qui la guidait, et ne fit qu'empirer lorsqu'elles pénétrèrent dans cette grande pièce parfaitement circulaire. Les yeux plissés avec attention, détaillant chaque point de la pièce, elle accepta l'invitation à s'asseoir, avec des gestes retenus.

Quelque chose était étrange, ici. Ces lieux lui procuraient une sensation qu'elle ne savait plus traduire. Etait-ce simplement ces grandes ombres dansant, sinuant autour, comme habitées par leur propre volonté ? Ou ces symboles étranges, ornant les murs et le sol, qu'elle ne savait interpréter ? Ou bien y avait-il autre chose que le simple décor de ces lieux, qui la mettait mal à l'aise ?

Si elle avait gardé la mémoire, sans doute aurait-elle compris que l'air vibrait et entrait en résonance avec sa propre magie, puisqu'elle-même possédait de naissance des talents de mage, bien particuliers cela dit. Mais à ce moment-là, elle ne pouvait que penser que son imagination lui jouait des tours. Il fallait agir avec prudence, néanmoins.

" Je vais bien, autant qu'on peut l'être en n'ayant aucun souvenir de sa vie. ", répondit-elle à la question de son interlocutrice. " Je commence à me faire à l'idée de devoir repartir de zéro et tout reconstruire, s'il le faut. "

Tout en parlant, Katarina contempla un instant le bâton de LeBlanc, aussi magique et mystérieux que le reste de ces lieux. Katarina avait cette légère impression de flotter en plein rêve. Mais savoir différencier le rêve de la réalité était important pour qui voulait se maîtriser, et même si la leçon n’était plus dans sa mémoire, les acquis restaient. Elle ne rêvait pas.

" Je ne me souviens pas de vous. Je ne me souviens de personne. ", ajouta Katarina après avoir écouté le discours de la femme en face d'elle. Sans être agressive, sa voix était plutôt froide. Elle en avait assez de devoir répondre aux mêmes questions sur son amnésie, et aurait aimé se le graver sur le front.
Des questions qui lui brûlaient les lèvres ? Elle ne faisait qu'en avoir de plus en plus au fur et à mesure qu'elle s'était aventurée plus profondément dans les souterrains et dans l'obscurité qui entourait les raisons de cette rencontre. L'une d'elle, celà dit, était la première à lui être venue en recevant cette lettre, et toujours en tête de ses priorités.

" Qu'est ce que vous me voulez ? "


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mer 1 Avr - 23:15


L’honnêteté :
Un excellent moyen d’obtenir ce que l’on veut parfois.

Toujours aussi directe, pas vrai ? Cela n’était pas désagréable vous me direz, et avait le mérite de changer de tout ce jeu qu’utilisaient toutes les personnes entourant le pouvoir. En fait, le mensonge et la calomnie étaient des choses tellement courante dans les sphères où évoluaient LeBlanc que ça en devenait presque monotone. Autant dire qu’une question aussi franche et directe avait au moins le mérite d’apporter un certains vent de fraicheur à une femme qui tirait bien souvent les ficelles. Cependant, de cette appréciation, elle ne laissa rien paraitre de particulier, se contentant d’un sourire de circonstance des plus austères.

« Au moins l’amnésie ne t’a pas changée. Quand à ce que je veux… et bien peut-être un peu comme toi en fait, un nouveau départ.

Les bouts des doigts de LeBlanc se touchèrent, signe de réflexion alors qu’elle pesait les mots qu’elle allait dire. Son rythme de parole était relativement lent et son articulation parfaite : si il y a une chose qu’elle ne voulait de toute évidence pas, c’était qu’on se méprenne sur ces dires en cet instant. Même le ton de sa voie semblait vouloir indiquer cela : bas et profond pour son timbre habituel, il ne s’adressait strictement qu’à Katarina, même les murs devaient se sentir rejeté de la conversation. Néanmoins le plus troublant restait sans doute le regard de Leblanc qui venait se poser droit sur celui de Katarina, sans qu’on puisse y déceler le moindre cillement, le moindre battement de paupière. S’il n’était pas agressif, il était évident que la femme étudiait attentivement les réactions de son invitée…

- Autant jouer carte sur table, du moment où tu avais encore toute ta mémoire, tu ne m’aimais pas vraiment. Certaines affaires nous ont éloignés et nos méthodes sont totalement différentes à toi et à moi. Je pense même pouvoir dire que tu as quelques griefs contre moi, même si à contrario je n’ai rien de particulier envers toi.

Elle marqua une pause dans son élocution, avant de s’enfoncer dans sa chaise, adoptant une attitude plus décontracté maintenant que le plus « dur » était dit. Elle n’avait pas menti pour une fois, il était vrai que ses relations passées avec la dame aux couteaux avait étaient des plus houleuses, et que quelques différents notables les séparaient. Elle n’avait certes pas mentionnées que certains de ces faits étaient sans doute encore aujourd’hui d’une extrême importance pour la Katarina qu’elle était avant, mais elle n’avait pas menti pour autant. Après tout, si elle voulait d’un « nouveau départ », il fallait poser des bases solides que les gens ne pourraient démentir… ou que sa mémoire, si elle revenait, ne pourrait contredire.

- Actuellement, je ne veux et ne te demanderais rien de particulier. Tu n’es et n’était ni une de mes hommes, ni une assassin à mon service. Néanmoins, j’ai bien mes raisons de vouloir changer cette relation qu’il y à entre nous. De part ton statut et tes talents, de même que de part les miens, je pense que nous pourrions nous entraider mutuellement à l’avenir. Aussi, il m’a semblé normal de ‘profiter’, si tu me permets l’expression, de ton amnésie pour me représenter à toi avant que nos différents ne nous rattrapent.

Bien que se montrant persuasive, LeBlanc était pour l’instant tout à fait honnête dans ses propos. Si le but recherché n’était pas particulièrement d’être dérangeant, elle espérait cependant ne pas laisser son interlocutrice d’un marbre absolu, dans le cas contraire, il lui faudrait se méfier de savoir si sa perte de mémoire n’était pas simplement simulée. Quand à tout le passage sur leurs talents mutuels et bien… ça pouvait en couter à LeBlanc de l’admettre, mais Katarina était une tueuse de tout premier ordre dont la noblesse de sang n’était inconnue à personne aux travers de Noxus. Après tout, son père si il avait été toujours dans la politique, aurait sans doute succédé à Darkwill en lieu et place de Jericho Swain.

- Puisque tu ne te souviens plus de moi, laisse moi quand même me présenter un peu plus avant. On m’appelle Emilia LeBlanc, et je suis membre d’une, disons, ‘organisation politique’ appelée la Rose Noire rassemblant un certains nombre de mages de Noxus et d’ailleurs. Je sais qu’aux vues de mes dires il doit t’être difficile de me faire confiance, et je le comprends, aussi je ne te demande juste que de me croire pour l’instant. Tu pourras interroger ta sœur Cassiopeia ou Talon à mon sujet quand tu la reverras, elle devrait pouvoir confirmer mes dires à ce sujet.

Elle marqua à nouveau une pause dans son élocution. Très brève cette fois-ci, avant de reprendre, un air intriguée sur son visage…

- Mais avant que je ne répondes à tes autres questions, rassures-moi, tu as d’ailleurs bien revu ta sœur depuis que tu es revenue à Noxus ?

Cette question avait beau l’air anodine, LeBlanc semblait y attacher un intérêt certains, comme si toute la tournure de la discussion pouvait en dépendre…

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 0:16

Elle nota en premier que la femme, cette LeBlanc, la tutoyait. Soit elle était familière, soit elle la traitait comme une enfant, et se sentait particulièrement sûre d'elle. Elle ne réagit pas, cependant, mis à part en croisant les bras, le regard fixe. Cette femme lui semblait la sonder, la mettre à nue jusqu'au plus profond de son âme, pour décortiquer toutes les émotions qu'elle pourrait laisser paraître, et lire en elle comme dans un livre entièrement ouvert, à défaut d'être rempli de longues histoires. Et Katarina n'avait pas l'intention de lui faciliter la tâche.

" Je n'ai jamais dis vouloir un nouveau départ. J'ai dis que je me faisais à l'idée de l'accepter s'il le faut. Evidemment qu'à choisir, je préférerai retrouver la mémoire. "


Il aurait été si tentant de se laisser charmer par cette voix suave, ce ton choisi pour être plaisant et sonner vrai à l'oreille. Mais son instinct la mettait en garde, contre cette enjôleuse fleur, trop épanouie pour que ce ne soit à travers le mensonge. Tous ceux qui lui avaient paru lui tendre la main depuis son réveil l'avaient mise en garde contre ceux qui pourraient tenter de la manipuler, et tous semblaient s'accuser entre eux. Et tous cherchaient à gagner sa confiance, que malgré les apparences, elle était fermement décidée à n'accorder à personne. Simplement savoir écouter, et tenter de prêcher le vrai du faux, tandis que l'on tentait de profiter de sa naïveté. Lui avouer qu'elles ne s'appréciaient guère ? Il n'y avait à priori pas de raison d'inventer une telle information si elle n'était pas vraie. Attentives, les doigts tapotant machinalement les accoudoirs du siège ou elle était installée, Katarina continua d'écouter, en silence, ce que la femme lui disait.

Ses mots lui paraissaient à la fois honnêtes et malsains. Elle lui avouait ouvertement vouloir profiter de ce qui la gênait. Sans nul doute qu'en temps normal, vu ce qu'elle lui disait, Katarina ne l'aurait jamais laissée l'approcher. Néanmoins, si ça avait été le cas, sans doute devait-elle avoir une excellente raison qu'il en soit ainsi. Cela dit, tant qu'elle ne lui demandait rien, et ne l'engageait à rien, il n'y avait pas de mal à écouter. Si son interlocutrice avait voulu l'attirer dans un piège pour la faire tuer, elle n'aurait pas pris la peine de cette discussion, ou lui emplir la gorge de miel comme elle le faisait. C'était un petit numéro de charme, qu'on lui faisait là, et qui commençait à avoir son petit effet, puisque l'assassin commençait à baisser sa garde.

Elle changea de sujet, se présentant enfin, et évoquant toujours cette même soeur dont Katarina n'avait aucune idée de l'existence, ainsi qu'une autre personne, dont le nom ne lui disait rien de plus. A ces mots, Katarina tiqua légèrement.

" Vous avez l'art et la manière de détourner les questions, Emilia LeBlanc. Vous m'avez dit ce que vous ne me vouliez pas, mais toujours pas ce que, au final, vous me voulez, ici et aujourd'hui. Mais je suppose que la réponse viendra au moment voulu, quand vous m'aurez suffisamment flatté l'encolure pour me rendre docile. "

Elle avait parlé avec un ton mi sarcastique, mi amusé, un large sourire carnassier dévoilant ses canines anormalement pointues, par rapport à la normale. Amnesique ou non, son caractère provocateur et la tendance à l'opposition par simple principe ne l'avait pas quitté. Si elle s'était souvenue de LeBlanc, sans aucun doute aurait-elle réagit avec beaucoup moins d'honnêteté dans son ressenti de la situation, en simulant d'entrer dans son jeu bien trop facilement, ou au contraire, en se braquant totalement. Au contrairement, à ce moment, elle lui signifiait simplement qu'elle acceptait de se livrer au petit défi qui venait de s'installer entre les deux femmes. Tente de me dresser et à me guider dans le sens que tu as choisi. Voyons si tu peux me faire plier sans tenter de me briser. J'ai hâte de voir tes talents.

" Avant que vous n'en parliez, je ne savais même pas que j'avais une soeur. Je suppose qu'elle ne doit pas être ici, ou bien pas au courant de mon retour, si elle n'a pas tenté de me voir, mais je n'en sais rien. Je n'ai pas encore pu rentrer chez moi. "


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 3:12


Intrigues & Complots
Le plus dur n’est pas de les voir, mais de les comprendre.


Elle n’avait pas non plus perdu son sens critique. D’un coté ça restait une bonne nouvelle : il n’y a rien de pire que d’avoir des imbéciles avec qui l’on doit traiter de choses importantes. Néanmoins, LeBlanc avait l’air des plus perplexes lorsque Katarina lui annonça qu’elle n’était pas encore rentrée chez elle, non pas parce qu’elle avait quand même reçu la lettre, mais plus parce qu’elle s’attendait à ce que cela soit l’une des premières actions d’une personne ayant perdu la mémoire que de retourner là où il y avait le plus de chance de voir ses souvenirs ressurgir. Cela devait sans doute être l’œuvre de Swain, après tout il l’avait bien convoqué juste à son retour, si il avait prévu quelque chose pour elle, il était logique qu’il cherche à l’éloigner de ses proches. Néanmoins, cela veut dire qu’il n’a pas de plans à long termes la concernant ou qu’il pense que la situation dans laquelle il va la mettre l’empêchera d’agir à son encontre.

« Bien, je suppose que tu sais ce que tu fais…

Alors, Swain, que prépares-tu ? Tel était la question qui trottait dans la tête de LeBlanc. La ligue avait été détruite il n’y avait pas si longtemps que cela, et pourtant il semblait déjà prêt à repartir sur quelque chose d’encore plus gros, et potentiellement de plus dangereux. Néanmoins, il n’était pas le moment d’en parler à une Katarina amnésique, cela risquait juste de la monter contre elle dans le pire des cas, il n’y avait pas tant d’intérêt que cela à procéder ainsi. Le temps aurait sans doute la réponse à ses interrogations, il lui fallait juste être patiente. De toute façon, aucun plan ne se déroulait jamais sans accrocs, si Swain était en train de prendre trop de libertés, il lui suffirait juste d’utiliser ces ‘accrocs’ contre lui.

- Et pour mes véritables intentions, libre à toi de ne pas me croire quand je dis que je mon but premier est de permettre à ce qu’à l’avenir nous puissions travailler ensemble et non l’un contre l’autre.

S’enfonçant dans son siège, la Manipulatrice regardait Katarina dans les yeux. Il y avait à la fois beaucoup à dire et très peu d’occasions. Le plus simple n’était-il donc toujours pas de la laisser demander ce qui l’intéressait plutôt que d’avancer toute seule. De son point de vue, il y avait sans doute énormément de possibilités pour une Katarina amnésique, néanmoins, c’était le genre de produit à manier avec une extrême précaution. Même la matronne de la Rose Noire préférerait éviter si cela était possible de se retrouver en face à face avec Katarina dans une pièce close si cette dernière venait à dégainer ses dagues…

-Bref, je suppose que tu as des tonnes de questions sur Noxus, le monde dans lequel tu évolue ou même toi-même.

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 8:05

Katarina ne put retenir un léger sourire amusé lorsque LeBlanc prétendit qu'elle savait ce qu'elle faisait. Oh, voyons. Même si elle essayait de ne pas montrer à quel point elle était perdue et errait au hasard, à tâtons dans un monde ou elle était aveugle, ça n'était que pour garder une certaine fierté, au final. Personne ne pouvait réellement croire qu'elle maîtrisait la situation dans laquelle elle était.

" Sans vouloir vous offenser, Emilia Leblanc " susurra-t-elle d'une voix calme. " Je préfère l'honnêteté aux bonnes manières, si elles impliquent un mensonge. Ce n'est pas avec du miel que vous m'attirerez, et je n'ai pas oublié comment on tranche des gorges. "

Elle avait beau faire partie de la noblesse, Katarina avait toujours été quelqu'un de très franche, et bien loin des manières des mondains, qui se dressaient des statues en l'honneur des uns de autres, pour mieux se poignarder dans le dos. En ça, elle était à l'extrême opposition avec sa soeur, une fois de plus. Et dans la situation actuelle, elle avait bien trop à redécouvrir pour pouvoir se permettre de perdre du temps à prêcher le faux du vrai, surtout pour des choses aussi futiles que des politesses. Sentant que sa menace avait légèrement refroidi l'atmosphère, elle ajouta :

" Vous ne m'avez pas l'air d'être une idiote, donc vous devez très bien savoir que je n'ai aucune idée de ce que je fais. Je me contente de me raccrocher aux fils qui me sont tendus, et de les suivre, puisque j'ai perdu toute ligne conductrice à ma vie. Si vous voulez que je suive le votre, convainquez moi. "

Bien calée en face d'elle, la femme la regardait dans les yeux, de son regard pénétrant. Mais c'était, pour une fois, un jeu auquel Katarina était une adversaire redoutable, ses yeux de jades brillant légèrement dans la pénombre à la manière de ceux d'un chat, bien ancré dans ceux de son interlocutrice, sans les lâcher une seconde. Elle n'avait pas peur, même si cette situation étrange l'intriguait, et qu'elle se sentait encore plus privée de compréhension que d'habitude. Mais son esprit était bien trop bravache pour se laisser intimider. A son sens, LeBlanc n'avait toujours pas répondu à sa question première. Elle la croyait, lorsqu'elle prétendait vouloir s'associer avec elle, même si cette idée lui hérissait le poil, mais elle ne savait toujours pas, concrètement, pourquoi, comment, ni la raison exacte de sa présence ici. La patience n'était pas son fort, mais elle prit sur elle.

" J'ai déjà posé des questions, et on m'a donné des réponses. Pour le moment, ce qui m'intéresse, et de servir les intérêts de la ville, comme je l'ai toujours fait de ce que j'ai compris. En ça, j'obéis aux ordres que l'on me donne. J'aimerai simplement en savoir plus sur les gens que je suis supposée connaître, puisqu'on ne m'autorise pas à rentrer chez moi "

Entendant des chuchotements traverser la pièce, Katarina sursauta légèrement, et en chercha l'origine des yeux. Il n'y avait rien autour, personne d'autre que LeBlanc, et elle n'était visiblement pas celle qui avait parlé.

"...joins.... cathia....."

Katarina plissa les yeux, en se levant de son fauteuil, l'air farouche. Sa main gauche dégaina l'une de ses lames jumelles.

" Nous sommes écoutés ? " demanda-t-elle d'une voix mauvaise. Elle avait horreur de ce genre de surprises. Non pas qu'elle ai dit quoi que ce soit de compromettant, ni même qu'elle ait des choses à cacher, mais personne ne l'espionnait sans prendre le risque de goûter à ses lames. Surtout que LeBlanc avait prétendu vouloir garder cette conversation privée.

Si son regard s'était posé une seconde sur le miroir d'eau au centre de la pièce, sans doute aurait-elle été frappée par la légère lueur violacée s'étant allumée dans ses yeux quelques instants, avant de disparaître. Mais ces derniers n'aaient pas quitté celui de la femme qui lui faisait face, qu'elle fixait avec agressivité.


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 17:04


Passe-passe
Vous préférez croire que ce n’est pas de la magie.

Liberi Fatali by Nobuo Uematsu, Shiro Hamaguchi on Grooveshark


LeBlanc écoutait toujours avec une attention renouvelée les propos de l’ainée des Du Couteau. Les deux personnes se regardant dans les yeux tels deux chiens de faïence, il ne fut pas difficile à LeBlanc de remarquer la lueur couleur améthyste qui passa dans les yeux de Katarina. Etrange, d’autant plus quand cette dernière demanda si on les écoutait alors qu’il régnait dans la pièce un silence de mort quand aucune des deux femmes ne prenait la parole. Ce genre de petits éléments perturbateurs avaient le don d’en sous-entendre bien plus qu’ils ne voulaient le faire croire d’après ce qu’en savait LeBlanc. Se levant, elle attrapa son bâton.

« J’espère bien que personne n’aurait l’audace de nous écouter, néanmoins…

Donnant un coup de bâton sur le sol, toute la pièce entra en résonnance avec sa magie. Dans la marre, l’eau calme s’agita soudainement, bien plus que ce coup de bâton n’aurait dut le permettre. Débordant, elle s’infiltra dans les interstices, les gravures dans les murs, les suivants tels autant de serpents fouillant un terrier. Un bruit de torrent emplissait la salle, résonnant en multiples échos telle une cascade rugissant sa puissance. Par endroit, des symboles s’activaient sur les murs, luisants l’espace d’un instant d’une lumière jaune alors que l’eau venait les remplir pour s’éteindre l’instant d’après, laissant place aux suivants.

Alors que le spectacle son et lumière se poursuivait, LeBlanc réfléchissait à toute allure. Cette lueur dans les yeux de Katarina, elle ne connaissait qu’une seule autre personne qui disposait d’un tel trait distinctif, mais ce dernier était permanent chez lui. Et elle espérait honnêtement que Jericho n’avait pas été assez fou pour laisser Malzahar faire quoi que ce soit d’un peu trop soudain avec Katarina : elle avait beau avoir été parfois une épine dans le pied, elle n’en restait pas moins un élément important. LeBlanc espérait honnêtement que pour une fois son intuition était complètement dans le faux, mais hélas, elle n’avait rien de concret pour vérifier cela…

- Bien, l’endroit est maintenant isolée du monde, autant physiquement que magiquement. Toute magie ayant un contact avec le reste de Runeterra est coupée et toute magie lancée ici ne pourra en sortir. Cela devrait nous assurer une certaine intimité…

Certaine, mais certainement pas parfaite, et ça elle se garda bien de le dire : les magies déjà présentent dans la pièce ne seraient pas annulées tant qu’il n’y avait pas de contact avec l’extérieur de cette dernière. Quand à un contact interplan, LeBlanc doutait énormément que cette ancienne magie soit suffisamment puissante pour contrer des passages méta-planaires, même si ils ne servaient qu’à transmettre des informations. Il lui fallait être tout particulièrement prudent sur ce qu’elle allait dire désormais, plus encore qu’avant car il n’y avait peut-être pas que Katarina dans la pièce…

- Pour répondre à ta question, je pense que l’ancienne Katarina te dirais de ne faire confiance qu’à toi-même et à ceux que tu en jugeras digne. Nous sommes à Noxus, la cité où la puissance est tout. Ici, chaque organisation, chaque personne sait que la force n’est pas qu’une histoire de muscle et que seuls ceux qui savent jouer le mieux les cartes qu’ils ont en main ont leurs place ici.
- Dans les personnes à connaitre, il y a forcément le Grand Général, Jericho Swain, ton ancienne toi ne l’aimait pas plus qu’elle ne m’aimait, si ce n’est moins. Il est arrivé au pouvoir relativement récemment suite à des jeux politiques et diverses machinations. C’est un grand esprit, et il est un expert dans ce qui est de prévoir les choses à l’avance et d’utiliser ses pions pour avancer, quitte à devoir faire des sacrifices. Je le connais bien, nous avons plus d’une fois dut travailler ensemble, lui et moi.
- Cassiopeia du Couteau est ta sœur cadette, tu la reconnaitra facilement : son corps a été à moitié transformer en serpent suite à une puissante malédiction à ce que j’en ai compris. Avant cela elle était cependant une courtisane très renommée et une personne d’influence, elle pourra t’en dire énormément sur la ville et ses mœurs. Je pense que ton passé lui faisait confiance, de même qu’à Talon, l’homme de confiance de ta famille et un assassin hors pair, comme toi.
- Ensuite, il y a moi effectivement, je suis l’une des personnes qui vivent dans l’ombre de cette ville et qui n’apparaissent que rarement au premier plan. Cela ne veut pas dire que je n’ai aucun pouvoir ni aucune capacités, loin de là.
- Et enfin… Leblanc marqua une pause, un sourire léger aux lèvres, il y a toi, une personne jouissant d’une certaine influence, aux capacités maintes fois prouvées par le passé, loyale à la ville et à son idéal mais dont toute la mémoire a été perdue. Toute personne au courant de cela a dut déjà t’approcher pour essayer d’en tirer le meilleur d’une façon ou d’une autre , que ce soit dans l’instant ou pour changer quelques détails du passé.

Elle marqua une pause, elle en avait peut-être révéler trop d’un seul coup, néanmoins, c’était sans doute quelque chose de nécessaire et il faudrait que Katarina mémorise cela le plus tôt possible. De toute façon, si ce n’est pas elle qui lui donnait ces renseignements, ce serait de toute façon sa sœur ou Talon qui s’en chargeraient. Ces informations n’avaient pas grande valeur, quand à un éventuel espion en elle, elle n’avait rien révéler de plus sur elle-même ou ce qu’elle pensait des dites personnes et ne s’était donc pas trahit un instant sur ses intentions.

- Je pense que cela couvre les personnalités Noxienne les plus importantes pour toi actuellement, maintenant si tu as un autre nom à me soumettre, je suis toute ouïe…

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 19:04

Un instant, Katarina cru que la réaction de LeBlanc était une réponse à la menace qu'elle venait de lui montrer en sortant les armes. Cette façon de frapper son bâton sur le sol, et d'agiter les remous de l'eau au centre de la pièce... Katarina ne lachait pas la femme des yeux, tout en regardant rapidement autour d'elle ce qu'il se déroulait, se décalant rapidement sur le col pour ne pas être sur le chemin de ce serpentement d'eau.
Cependant, la femme ne semblait pas faire particulièrement attention à elle, et la phrase qu'elle avait prononcé semblait indiquer que cette magie n'était pas dirigée contre la jeune femme aux cheveux rouges. Ce qui ne l'empêchait pas de rester sur ses gardes, et de porter sa main droite à sa poitrine au moment au les symboles de la pièce se mirent à s'illuminer. La sensation de gêne, d'irritation, se faisait plus forte encore.

Puis, soudainement, tous ces effets visuels retombèrent, en même temps que la sensation d'étau dans la poitrine qui la comprimait. LeBlanc, parfaitement calme, était de nouveau assise, expliquant qu'elles étaient désormais coupées du monde. C'était en effet l'impression qu'en avait Katarina : l'endroit respirait le calme, le silence, comme si le monde ne se résumait plus qu'à cette pièce circulaire, et que rien d'autre n'existait. Hors de l'espace, hors du temps. Lentement, elle l'imita, et reprit place sur son fauteuil, tout en écoutant d'une oreille attentive le flot d'informations que la femme lui déversait désormais. Même si le choc de l'accident était passé depuis quelques jours désormais, il lui restait difficile d'enregistrer trop d'informations aussi vite, et elle dû demander deux fois à son interlocutrice de ralentir le rythme, pour lui laisser intégrer tout ça. Depuis le choc qu'elle avait reçu, les migraines lui étaient fréquentes, et arrivaient vite.

Elle restait songeuse face à ce qu'on lui disait. Il lui semblait qu'il s'agissait de propos honnêtes, mais elle n'avait aucun moyen de le vérifier. Néanmoins, elle ne voyait pas de raison de mentir sur ce genre de choses, à moins de vouloir entièrement lui réinventer une vie. Ce qui paraissait tout de même difficile, car même si Katarina avait perdu ses souvenirs, les sensations de familiarité étaient toujours présente, et elle était persuadée de pouvoir effectivement reconnaître un véritable membre de sa famille si on lui indiquait qu'il en était un. Du moins, elle l'espérait.

" Et vous faites partie de ces personnes. Au moins, vous ne le niez pas. "

Elle prit quelques instants de réflexion, une fois que LeBlanc eut terminé son récit. D'autres personnes, hein ? Les images, et les sons défilaient dans son esprit.

" Deux personnes. Garen Crownguard, et Malzahar. Que pouvez vous me dire de ces deux là ? "

Pour le moment, elle ne savait pas vers qui tourner sa confiance, et ne préférait pas révéler le rituel qu'elle avait tenu avec le prophète. Après tout, elle avait promis de se taire sur ce sujet. Non pas qu'elle accorde une confiance démesurée aux promesses, mais tant qu'elle ne saurait à qui se fier, mieux valait ne pas en dire trop. Il est toujours plus simple de réveler de nouvelles informations si besoin, que de tenter de faire oublier ce que l'on n'aurait pas dû dire.


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 22:56


Réalités
Pourquoi il faut toujours que vos pires hypothèses se confirment ?


« Pourquoi nier ce que n’importe lequel de tes proches t’apprendra un jour ?

Elle avait un petit sourire en disant cela, écartant légèrement les mains, montrant l’évidence. Elle retrouva cependant rapidement son sérieux quand à la situation actuelle. Son regard continuait de sonder katarina, comme si elle cherchait à percer quelque chose à jour, quelque chose que Katarina elle-même semblait ignorer. Ce fut lorsque cette dernière évoqua Malzahar que LeBlanc ferma les yeux un instant, dans sa tête elle venait de proférer un nombre impressionnant de malédictions à l’encontre du Grand Général qui semblait en train de se prendre à un jeu dangereux, trop dangereux en tout cas pour être pris à la légère. De ce que la Manipulatrice en savait, on ne négocie pas avec le Void.

- Pour Garen Crownguard, il s’agit du parangon Demacien. Capitaine de la Garde Royale, il représente tout ce que Demacia prétend être. Quand à ta relation avec lui, à ce que j’en sais vous êtes rivaux : vos styles de combats sont diamétralement différents et pourtant équivalents. C’est ton opposé en somme.
- Quand à Malzahar, on l’appelle le prophète du Voïd, on sait qu’il vient de Shurima et que son but est de permettre au Voïd de se répandre dans notre monde. Quand à ce qu’est le Voïd, c’est l’espace entre les dimensions, un lieu qu’on dit sans temps, sans lumière, juste un froid mortel et des monstres de toutes formes…

Elle continuait de scruter Katarina après avoir répondu à sa question, attendant une réaction… ou une autre question.

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Jeu 2 Avr - 23:41

" C'est à cause de ce fils de chèvre que j'ai reçu ce choc à la tête ", maugréat Katarina avec un air bougon quand LeBlanc lui expliqua plus en détail qui était Crowguard. Il était si ironique de voir que l'homme qui faisant tant parti de son passé, qui y était si ancré depuis longtemps à ce qu'on lui disait, était responsable de sa perte de mémoire.

Quand à ce qu'elle lui disait sur Malzahar, il n'y avait rien de nouveau par rapport à ce que lui-même lui avait révélé directement. Mais pour le moment, elle préférait taire la raison pour laquelle elle avait posé la question. Ce n'était pas pour lui faire poser des questions sur cette femme l'avait fait venir ici, quand-même ?

" Merci. J'attends toujours la raison de ma présence ici, à moins que vous n'ailliez plus rien d'autre à me dire ? "

Je croisais les jambes, et les bras aussi, attendant qu'elle se décide à rentrer dans le vif du sujet un jour. Parce qu'au final, à part me faire poser des questions, elle ne m'avait encore pas révélé grand chose.


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Ven 3 Avr - 2:55


Présents
Certains sont des bénédictions, d’autres empoisonnés, et les derniers restent à définir.


Leblanc hoche la tête négativement aux propos de sa compagne de soirée. Effectivement, elle n’avait rien de plus à lui dire de spécial, et de son coté elle avait eu toutes les réponses qu’elle voulait et même plus que cela. Elle était intrigué et potentiellement inquiète du tour que prenaient les machinations de Swain mais elle ne pouvait pas encore agir, il était trop tôt pour cela, beaucoup trop tôt. Elle devait donc attendre et observer, puis choisir le moment idéal pour bouger et agir ouvertement. Néanmoins, pour cela cet entretient avait été plus que utile, puisque désormais pour ce jour là, LeBlanc serait prête… Se levant de son siège, elle prit son bâton, s’approchant doucement de Katarina.

«  Je n’ai plus grand-chose à te dire en effet, si ce n’est d’apprendre à te méfier à l’avenir. Je suis prêt à parier que tu as déjà fait au moins une ou deux erreurs qui pourraient t’être fatale. Aussi j’ai quelque chose pour toi…

Passant sa main dans sa manche droite, elle finit par en retirer une petite broche, pas plus grande qu’un ongle, sur laquelle un rubis était incrusté dans une chasse d’un noir mat. L’attache permettait de la mettre dans n’importe quel vêtement de manière discrète tout comme de s’en servir comme d’un ornement ostentatoire de part la qualité du bijou. Le prenant en main, elle le leva en l’air pour l’examiner à la faible lumière de la pièce, en face de Katarina. Après un instant, elle eut un sourire satisfait et alla tapoter le bijou contre l’un des cristaux de son bâton. Les deux se mirent alors à briller l’espace d’un faible instant, entrant en résonnance.

- Je me disais bien que les rubis s’assortiraient mieux à ta couleur de cheveux. Je l’ai fait faire sur mesure pour toi, j’espère qu’il te plaira. Quand à ce que je viens de faire, et bien disons que si tu le prends en main en pensant à moi, la gemme à laquelle je l’ai associé se mettra à briller légèrement. Une manœuvre simple pour savoir si tu as besoin de me revoir. Rappelles-toi simplement que cela ne marchera pas dans un lieu de silence magique ou divinatoire comme celui où nous sommes en ce moment…

Disant cela, la femme à la peau d’ivoire tandis sa main paume ouverte dans laquelle reposait la petite pierre. De toute évidence LeBlanc attendait que Katarina s'en saisisse. Quand à la pierre, elle semblait attendre sa nouvelle maitresse, reposant calmement dans cette paume, attendant d’être saisie et revêtue…

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Ven 3 Avr - 10:07

Se méfier, hein ? Katarina avait l'impression de déjà le faire en permanence. Et c'était parfaitement épuisant. N'avoir aucune personne en tête, même sans sa présence physique, juste simple idée et représentation, à qui on pouvait se fier, et sur qui prendre exemple... Exténuant. Sans doute la chose la plus difficile à gérer avec sa perte de mémoire. Elle aurait aimé avoir quelqu'un sur qui se reposer.

Si la femme disait vrai, elle avait une sœur cadette. Il fallait qu'elle la retrouve, pour avoir au moins un véritable allié sûr. Pourquoi lui avait-on caché son existence jusque là ? Trop de questions sans réponses. Peut-être que sa soeur pourrait lui répondre. Peut-être lui redonnerait-elle une sensation de familiarité reposante. Elle l'espérait.

Pendant ce temps, LeBlanc semblait occupée à s'amuser avec deux petites pierres. Des rubis, visiblement. Katarina se mordit la langue en soufflant d'agacement. Pourquoi fallait-il qu'elle se souvienne de ce genre de futilité, de reconnaître des pierres, de bien connaître ses leçons d'écoles, mais n'avait aucun souvenir de sa propre vie ? Horriblement frustrant.
Des pierres remplies de magie, hein ? Pour pouvoir la recontacter ? Ca pouvait être intéressant. Non pas qu'elle ait d'idée de ce à quoi LeBlanc pourrait lui être utile, mais elle n'avait visiblement pas d'intentions néfastes envers elle elle, du moins, pas dans l'immédiat. Elle se saisit de la pierre, et l'observa, la faisant tourner entre ses doigts experts. Pourquoi étaient-ils experts dans l'étude de ce genre de joyaux ? Elle n'en avait plus la moindre idée, mais tout ce qu'elle savait, c'est que son oeil n'avait aucune difficulté à reconnaitre les moindre imperfections, et la qualité de la pierre. Puis, tentant de vérifier ce que la femme venait de dire, elle la serra dans son poing en se visualisant l'image de LeBlanc.

Puis, elle la remercia, et rangea la pierre dans une petite poche d'une de ses nombreuses ceintures.
L'heure de prendre congé était venue, visiblement. Mais finalement, une dernière question, d'une banalité affligeante mais pourtant d'une importance capitale pour elle, lui vint à l'esprit.

" Hum... Comment est ce que je rentre chez moi ? "


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Emilia LeBlanc
› THE DECEIVER
› THE DECEIVER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 28
Messages : 76

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t349-fumee-et-miroirs-feu-et-sang-encre-et-ombres#2439

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Ven 3 Avr - 22:10


Tout chose à une fin...
... et chaque chose a un commencement.


Leblanc haussa les sourcil à cette mention. Un plan ? Mais Katarina en avait déjà un ! Elle ne le réalisait pas encore, aussi la Manipulatrice eut un petit sourire en coin des lèvres, la regardant pendant un petit moment, amusée, sans rien dire, tête reposée sur les mains. La situation était plutôt amusante de son point de vue : pour une fois elle avait une réponse à une question qui ne nécessitait strictement aucune révélation de sa part, alors pourquoi se fatiguer ?

« Comment es-tu venu jusqu'ici ? Le plan que je t'ai fait parvenir n'était-il pas sensé partir de la demeure des Du Couteau à l'origine ? Il te suffira juste de le remonter en sens inverse pour t'y repérer et retrouver ton manoir.
- Bref, je crois que tout a été dit, pour l'instant. Quand tu voudras me revoir, tu sais comment me contacter. Oh, et bien entendu, cette petite entrevue et ce qui s'y est dit reste entre nous, n'est-ce pas ?

Elle avait un léger sourire en disant cela. Faisait-elle confiance à Katarina ? Disons a moitié, mais qui lui en voudrait de ne pas faire une confiance aveugle en quelqu'un qui a perdu la mémoire et ne sait pas à qui il doit préter allégence. Néanmoins, LeBlanc pensait avoir bien progresser dans ses intention par cette simple entrevue... Et elle reverrait Katarina, sans doute bien plus tôt que cette dernière ne le pensait, elle en était persuadée.

Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
› THE SINISTER BLADE
› THE SINISTER BLADE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 226
Localisation : Noxus

Feuille de Jeu
Réputation :: 7

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   Mar 14 Avr - 14:03

- ... Bien entendu

Katarina contempla le plan un instant. Effectivement, elle n'avait pas vraiment fait attention au chemin tracé, se contentant d'aller à l'essentiel pour regarder la destination. Elle allait donc pouvoir...

L'assassin se mordit la lèvre un instant. Elle allait pouvoir suivre les directives de cette femme, et désobéir au haut commandeur. Pourtant, si sa loyauté allait envers Noxus, elle était supposée aller à celui qui y faisait autorité. Peut-être avait-il une vraie bonne raison de la garder éloignée de son domicile. Savoir quelle ligne directrice tenir était si complexe, sans une mémoire pour s'appuyer derrière. Deux logiques parfaitement différentes se dessinaient en elle. La première, était de suivre sa loyauté envers les hautes sphères de Noxus. La deuxième, de suivre les dires apparaissant plus honnêtes, et cherchant moins à lui dissimuler de choses, de cette femme. Et quand elle interrogeait son instinct, il lui hurlait de se méfier autant de l'un que de l'autre.

Il n'y avait pas de mal à aller trainer dans la bonne direction pour se rendre chez elle, après tout, songea-t-elle en prenant congé. Elle aviserait bien en route... Et la curiosité était forte. Après tout, peut-être que revoir son chez elle lui remémorerait des souvenirs. Ou bien la perturberait, car lui ferait se rendre compte d'à quel point elle avait tout oublié. Qui sait ? Il fallait y aller pour le découvrir.

Elle n'en eut pas le temps.

Sur le chemin menant à son manoir, soudainement, un vrombissement suraigu lui brula les tympans, de l'intérieur. Se portant les mains aux tempes, elle perdit immédiatement l'équilibre, se rattrapant sur un mur, tentant désespérément de faire taire ce bruit. Des chuchotements... de plus en plus oppressants. Ils ne voulaient disparaitre. Dissocié d'elle, mais venant du plus profond d'elle-même... Comme si la folie s'était emparée de son esprit en état de stupeur. La voix... Cette voix dont ce prophète parlait, était-ce elle ? Fermant les yeux, cessant de la fuir, elle écouta

Se laisser guider. Une faille. Ir'Zurra.

Katarina resta quelques minutes, ainsi, à écouter ce que cette voix lui révélait. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, ils étaient empreints d'une légère lueur violette, et était fixe, et détermina. Faisant volte-face, elle prit la direction de la sortie de la ville, sans un regard en arrière. Elle savait ou elle devait aller.


Marche bien droit sur les lames, sans pouvoir verser une larme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre Ombre et Sang [pv. Katarina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» entre buveuses de sang, on partage. ☁ ft. elenwë
» Entre Ombre et Lumière.
» Timotheï Jovanovic √ « Entre l'idée et la réalité, entre le mouvement et l'acte, tombe l'ombre. »
» L'ombre de la mort entre en scène
» Amaryllis { Entre la vie et la mort, il n'y a qu'un pas, entre la tristesse et le bonheur, il y a une route infinie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: North East :: Noxus :: Souterrains :: Lieux interdits-