lienlien
› Musiques Riot Games
> http://pathofvaloran.forumactif.org/ < Le forum a déménagé ! Retrouvez-nous sur Path of Valoran



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Ven 30 Jan - 22:49


Un soupçon de vie



Un chemin boueux, dans ces marais puants, plongés dans un silence de mort. A pas furtifs, pour ne pas déranger les créatures tentant de trouver le sommeil dans cette nuit froide, j’avançais, les yeux bas, les semelles de mes bottes couvertes d’une boue épaisse et collante, s’enlisant à chaque fois que je posais le pied. Pas un souffle de vent, pas un murmure de grillon, dans ce silence, le simple bruit de mon souffle me paraissait être un véritable vacarme.

Je suis désolée d’être en vie. Voilà ce qui me trottait, une fois de plus, dans la tête, tandis que je marchais sans réelle destination, éclairée par un maigre croissant d’une lune en déclin, qui se reflétait sur mes cheveux argentés, trainant mon existence dénuée de sens aux quatre coins du continent.  Tout cela n’a aucun sens. Vivre seul, sur les routes, errer au grès des rencontres, ça n’a rien d’amusant, mais ai-je déjà vraiment connu l’amusement ? Ni ça, ni la chaleur humaine de quelqu’un qui tienne à soi. J’aimerai tant le trouver, trouver celui que je cherche enfin, et pour la toute première fois, avoir un ami.
« Salut, enchantée. Au revoir, bonne journée. C’est un plaisir de discuter… ».
Voilà à quoi se résumaient mes interactions avec ce monde. Je m’adressai à tout le monde, je cherchais à rencontrer le monde entier, mais sans jamais réellement parler ou me lier.
Mais je le trouverai un jour, et ma vie prendra un sens. Le simple poids de l’air sur mes épaules, cessera alors enfin d’être une torture. Il est quelque part, et peu importe le nombre d’années d’errance, un jour nous serons réunis, pour que j’honore ma dette. Je suis désolée d’être en vie, sans que ce soit pour te protéger et te servir. Et d’honorer la mémoire, de ce héro dont personne ne se souviendra, si ce n’est moi.

Quelque chose attira soudainement mon regard, me sortant de mes pensées mécaniques, habituelles. Une forme se dressait devant moi. Pâle, presque fantomatique, vêtu de lambeaux gris et noirs, et entouré d’un halo lumineux aussi argenté que mes cheveux, il me regardait. Dans son dos, une large paire d’ailes s’agitait légèrement avec la brise, attirant mon attention, dans un sentiment de… familiarité ? Cette vision dessina un sourire sur mes lèvres. Il ne semblait pas agressif, et je vis une main squelettique se tendre vers moi et effleurer ma joue et mes cheveux, dans un léger cliquetis d’os.

« Bonjour », je lâchai, en toute innocence.

Il ne répondit pas, mais son cou craqua légèrement alors qu’il penchait la tête pour mieux me voir. Puis, soudainement, quelque chose parut lui faire peur, et il bondit hors du chemin. Durant un instant, je cru qu’il allait s’enfoncer dans les mares de vases profondes et visqueuses qui s’étendaient aux alentours, mais des battements d’aile le préservèrent, et il s’éloigna, jusqu’à disparaitre, sans laisser aucune trace.

Je clignai des yeux, me demandant un instant si je n’avais pas rêvé, avant de reprendre ma route.
Après tout, ces marais étaient réputés pour habiter toutes sortes de créatures étranges, et si toutes étaient aussi pacifiques que celle-ci, je n’avais pas vraiment de souci à me faire. Pataugeant dans la boue, je continuai à avancer, renvoyant de légers reflets lumineux autour de moi, qui me plaisaient. J’aurais pu changer mon apparence, et me fondre dans le noir de la nuit pour avancer furtivement, mais c’est ce que faisaient les prédateurs ou les proies, et je n'étais ni l'un ni l'autre. Une créature en repérant une autre qui tenterait de se cacher se sentirait menacée. En laissant cette couleur argentée me faire voir de loin, je les avertissais de ma présence sans me cacher, en leur montrant que je ne faisais que passer.

Au loin, je pouvais apercevoir une colline, qui se démarquait dans ce paysage plat, et me déplaçait dans cette direction. L’endroit serait sans doute moins boueux, et peut-être pourrais-je m’y arrêter pour me reposer. Mais à mesure que j’avançais, une désagréable sensation me parcourait. J’avais l’impression d’être suivie… Non, pire. D’être traquée. Par une créature qui me voulait du mal, cette fois.
Je me hâtais jusqu’en haut de la colline, dans les hauteurs me permettant de guetter autour de moi. Rien n’était visible, aux alentours. Peut-être avais-je rêvé ? Marcher ainsi dans un endroit aussi sordide avait de quoi rendre paranoïaque.

Finalement, j’oubliais l’idée de rester me reposer ici. J’avais hâte de sortir de ces marais, et le plus tôt serait le mieux. Mais la terre plus ferme, et abrupte de cette colline, aux alentours déserts, était aussi l’endroit idéal pour entrainer un peu mes ailes encore trop faibles pour me porter, loin de la vue des hommes, et de leur mépris pour ma condition d’hybride.

Je permis, avec un soupçon de plaisir, à mes ailes se déployer autour de moi, l’air frais caressant mes plumes couleur d’argent. Bondissait, je tentai de prendre mon envol, luttant à grands coups d’ailes, envoyant des bourrasques autour de moi. Oui, j’étais soulevée, mes pieds ne touchaient plus terre ! Profitant de la pente, je pus avancer sur quelques mètres, avant de retomber, puis de recommencer, deux fois, trois fois. Résultat, en arrivant de l’autre côté de la colline, j’étais épuisée. Je rétractai mes ailes, les faisant disparaitre, pour éviter d’alourdir le poids de mon corps et de l’enfoncer plus profondément dans la boue en marchant, puis continua ma route, plus lentement, haletant légèrement sous la fatigue.

Et avec toujours cette désagréable sensation qu’on me suivait.




Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 3 Fév - 22:04



Un soupçon de vie


Voilà deux jours que je chasse sans relâche un être maléfique, deux jours que je cours, que je ne dors pas, que je ne mange pas. Demacia m'a chargée de traquer une liche récemment éveillée qui pourrait, selon les généraux, posé problème. La trouvée n'a pas était bien bien compliqué, elle se terrait dans une grotte non loin de la cité. Par contre, j'avoue que je suis impressionné de sa vélocité et de son endurance. Cela fait maintenant deux heures que je traque cette liche à l'aveuglette dans ces marais putrides qui ralentissent beaucoup ma progression, plus j'avance plus de je m'enfonce dans cette espèce de boue nauséabonde. A vrai dire ce bouleau me tape sur les nerfs, j'ai l'impression de retourner à mes débuts, quand j'étais un débutant et que j'étais encore seul. Soudain, Senna refit surface dans mon esprit, son visage, sa voix, je me souvenais de tout. Quand ce genre de choses arrivait j'avais un petit rituel pour que ces souvenirs ne soient pas douloureux. Je m'arrête et attrape une petite chaîne que j'ai autour du cou sur laquelle est accrochée une croix. Je serre cette dernière dans mes mains et je regarde le ciel. J'apprécie ce petit rituel, je repense à tous les bons moments passés avec Senna avant l'accident. Je ferme les yeux une seconde et reprends la route.

J'arrive à une intersection, j'ai donc une chance sur deux de prendre le bon chemin, sans vraiment réfléchir j'en emprunte un et marche quelques minutes. Je ressens une énergie, serait-ce ma proie ? Je l'espère. J'arrive aux abords d'une colline et je gravis lentement dû à la fatigue. Il faut dire que depuis mon entrée à la Ligue je n'ai pas vécu des jours de traques comme ceux que je vivais sur les îles obscures lors des purifications. Une fois en haut de cette colline, je vois quelqu'un en contrebas, j'ai l'impression que c'est ma cible, mais elle semble bien humaine que dans mes souvenirs, elle a dû donc entré dans sa forme finale et donc devenir un ennemi coriace, très coriace. Elle déploie des ailes et tentes à s'envoler, mais elle n'y arrive pas. Elle réessaye plusieurs fois avant d'abandonner. La liche semble se douter de quelque chose, elle regarde souvent derrière elle comme si elle se pense suivie. Je décide de suivre cette liche discrètement histoire d'attendre le bon moment pour passer à l'attaque. Ce démon était vraiment différent des autres, aussi bizarre que cela puisse paraître elle a une apparence d'une femme normale mais elle a des ailes semblables à celles des oiseaux. Elle est petite, à des cheveux argentés et un habit extrêmement lumineux ce qui me fait pensait que c'est la personne que je cherche. Après quelques minutes, la liche s'arrête, c'est le moment de passer à l'action. Je prends en main mes deux reliques et fonce sur la liche. Je lui mets un gros coup de pied à l'arrière du genou pour la mettre à terre. Je m'arrête brusquement et pointe une relique vers le démon. Je m'apprête à tirer mais comme à mon habitude je rends un dernier hommage à ce démon.

 Puisse ton âme reposer en paix

Mais avant de tirer...

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 3 Fév - 23:46


Un soupçon de vie




Je voulais sortir de ces lieux sinistres et lugubres au plus vite, peu importe la fatigue. Mettre un pied devant l'autre, rien de compliqué là dedans, jusqu'à ce que mes pas se retrouvent sur du sol plus ferme. J'étais toujours suivie, je pouvais le sentir, la seule chose dont je n'étais pas certaine, c'était les intentions de mon traqueur. Peut-être de la simple curiosité ? Peut-être une créature perdue, qui suivait comme une balise, les reflets argentés et brillants qui se dégageaient de mes cheveux ? J'imaginais soudainement une petite chose perdue dans le noir, qui se contentait de suivre cette lumière comme seule source d'espoir, au milieu de ces marais lugubres... Peut-être que ce n'était pas du tout le cas. Mais peut-être que oui, et dans le doute, je n'avais pas le coeur à prendre une apparence plus furtive, et à priver cette chose de cette petite lueur dans le noir.

Un baillement s'échappa de mes lèvres. Je ne pouvais plus me mentir, j'étais épuisée, ma gorge me brulait, mes bronches étaient douloureuses, à force de respirer l'air froid et putride de ces lieux. Je devais m'accorder une pause, car si je venais à trébucher sous la fatigue, et tomber dans ces marécages, je prenais le risque de m'y enfoncer et de ne plus pouvoir en sortir. Après avoir vérifié que le sol autour de moi était suffisamment stable, je poussai un long soupir, et m'arrêtai dans ma longue marche, en fermant les yeux. Cinq minutes de repos.

Je n'eut pas le temps de me reposer. Quelques instants à peine après que je me sois arrêtée, un bruit dans mon dos me fit sursauter, mais trop tard. Un violent coup porté derrière mes genoux me fit perdre l'équilibre et tomber sur le sol, me rattrapant sur mes avants bras qui s'enfoncèrent dans la vase. Si l'odeur de ces marais était déjà difficile à supporter debout, le visage ainsi près du sol, c'était un véritable supplice, et je fut soulevée d'un haut-le-coeur. Mon agresseur en profita, d'un deuxième coup, pour me faire basculer allongée à plat ventre sur le sol répugnant.

"Puisse ton âme reposer en paix"

Mon âme ? Non, ce n'était pas encore l'heure. Mon âme était enchainée en ce monde, par un contrat, une dette que je me devais d'honorer. Instinctivement, mes ailes se déployèrent, et je m'en servi pour bondir sur mes pieds, d'un battement puissant. Elles heurtèrent violemment quelque chose, ou plutôt, quelqu'un, assez fort pour l'envoyer valser à un bon mètre de moi, avant que je ne les replie autour de mon buste pour me protéger. Même si elles manquaient d'endurances, elles avaient toutes la vigueur nécessaires pour créer des bourrasques suffisamment violentes pour renverser un homme, ou du moins, le garder à bonne distance.
Dans le noir, il m'était difficile de distinguer mon assaillant. Mais contrairement à ce que j'aurais pu croire en ces lieux, il ne semblait pas s'agir d'une créature démoniaque, mais d'un humain, bien que j'avais du mal à le distinguer. Visiblement, il en voulait à ma vie, et ne semblait pas avoir prévu la force de mes ailes. Il se faisait plus menaçant que jamais, pointant vers moi quelque chose que je ne pouvais distinguer.

J'étais couverte de boue putride et collante, qui pénétrait ma robe, me gelant la peau, dans cette nuit froide, perdue au milieu d'une immensité marécageuse. Et on me voulait du mal. Pourquoi suis-je en vie ? Pourquoi suis-je si seule...

" Laissez moi tranquille !"

J'avais voulu crier ces mots, mais ma voix se brisa, en un simple chuchotement. Ce sentiment de me sentir si vulnérable, couplé aux pensées sombres qui accompagnaient ma soirée, me noua la gorge. J'avais envie de pleurer... Mais le moment n'était pas le mieux choisi. Toujours cachée derrière mes ailes, je me mis à incanter rapidement, à voix basse, une serie de mots en langue des mages, sur un ton monocorde.

" elafria aspida apothei to kako to skotadi prostasiavei apo chtypimata kai travmatismous"

Je répétai ces mot, de plus en plus rapidement, tandis que mon pendentif s'illuminait et que mon corps s'entourait d'un voile lumineux, qui me protégerait et encaisserait les chocs. Du moins, tant que j'aurais en moi l'énergie de le maintenir, ce qui risquait de s'avérer difficile s'il encaissait des coups trop violents. Mais il me laisserait quelques secondes de répis à mes ailes.




Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Lun 9 Fév - 23:25



Un soupçon de vie

... Ma cible déploya ses ailes et effectua un battement. Je fut repoussé violemment sur un quelques mètres. Tu veux donc te battre c'est ça ? Soit mais je n'irais pas de main morte. J'ai toujours mes reliques en main et tout en étant encore en l'air je remarque que les jambes de ce démon de sont pas protégée, je me retourne et juste avant d'atteindre le sol je tire un projectile de lumière dans le genoux déjà affaiblis de ma cible. Le seul soucis c'est que la moitié de mon corps trempe dans cette boue visqueuse et que j'apprécie guère ça. Mes vêtements habituellement blanc dégoulinent de cette boue grisâtre, elle empeste c'est carrément insupportable. Ma cible est normalement immobilisée et se protège à l'aide de ses ailes, je ne crains rien pour l'instant, je rengaine donc une une relique pour mettre une main sur mon visage pour arrêter de respirer cet air putride et nauséabond. Je prend quelques secondes pour analyser la situation. Si cette liche se protège de la sorte c'est qu'elle doit avoir peur et être considérablement affaiblie, le risque que sois blesser est extrêmement faible. Pourquoi ne pas s'amuser un peu ? Pourquoi ne pas faire souffrir ce démon avant de le Purifier ? C'est quelque chose que Senna m'aurait probablement interdit de faire mais bon, elle n'est plus là maintenant. Je reprend ma seconde relique et forme un rayon de lumière vers ma cible, ce dernier est encaissé et ne semble pas avoir égratigner la liche. Je tire deux coups rapides qui eux, ricochent carrément. Voilà une liche vraiment spéciale, elle est d'une résistance incomparable à celle que j'ai déjà rencontrées, me serais-je trompé ? Non, je ne me trompe jamais quand je suis face à un mort-vivant.

 Bon, cette liche est vraiment spéciale mais elle n'échappera pas à la mort. Je fonce sur la cette dernière qui toujours protégée par ses ailes n'assiste pas vraiment à la scène. Je donne un violent coup de pied qui la déstabilise. Elle comment peu à peu à me gonfler, je décide donc d'en finir de ces ailes qui empêche tout forme d'amusement. Je pointe mes reliques vers la liche et canalise mon énergie. C'est la fin. Je tire une bonne centaines de projectiles sur ces ailes qui peu à peu perdent des plumes. J'arrête après cinq bonnes minutes de tirs sans interruption. Les ailes sont légèrement calcinées mais j'ai la forte impression d'avoir tirer dans le vide. Je suis essoufflé, mais j'ai pas le temps de reprendre mon souffle, je veux rentrer à Demacia le plus tôt possible. Je continu donc pendant un bonne demi-heure à tirer et effectuer tout un panel de d'attaques avec les reliques. Bon sang qu'elle est résistante, je respire fort, je suis complètement exténué. Je regarde les ailes, elle sont calcinées et semble très fragiles, je perçois à travers ces dernières ma cible. J'approche me relique qui émet une vive lumière vers cette dernière qui tient sa tête dans es bras et dit quelque chose à voix basse que je n'arrive pas à entendre, j'approche ma relique pour la collée à sa tête mais quelque m'en empêche. Une sorte de voile entoure la liche, je soupire et recule. C'est pas possible, on m'a envoyé chassé la seule liche qui ne peut être tuée parce que se protège derrière d'innombrables boucliers et qui tue finalement ses cible par la fatigue. Je me retourne et tire une dernière fois sur la liche. Mais ce bouclier semble bien moins résistant que les ailes. Je repointe donc mes reliques sur la liche et tire deux coups rapides qui font presque céder, mais c'est à ce moment là que ma cible commence à bougée

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 10 Fév - 0:34


Un soupçon de vie


A peine eu-je commencé à psalmodier, qu’un choc violent m’atteignit à la jambe, me faisant hoqueter de douleur, et réduisant à néant mon incantation. Une sensation de brulure, élançant de mon genou droit, la douleur se répercutant jusqu’à ma cheville et mes hanches… J’avais l’impression d’avoir plongé la jambe dans de la lave en fusion, et je senti mon cœur tambouriner dans ma poitrine. Bien plus vite que celui d’un humain normal, d’ailleurs. Comme un cœur d’oiseau. Il ne fallait pas céder à la douleur, ou elle empirerait.

Serrant les dents, je repris mon incantation. Faible, au début, mais elle me permit de repousser les premiers coups qui m’atteignaient. De nouveau, un coup porté au corps à corps m’atteignit, à la même jambe qu'il m'avait déjà blessée. Ecarquillant les yeux, j'entendit un craquement sinistre résonner dans la nuit, tandis que mes os fragiles, plus creux que ceux des humains, se brisaient dans mon corps, et que je tombais à genoux dans le marécage. La douleur me coupa le souffle, et je senti la bile de mon estomac vide emplir ma bouche, sous la nausée. Etrangement, après ça, la boue des marais apaisa légèrement la douleur, comme anesthésiée… Mais je n’avais pas de répit pour autant. Le débit de coups de ces balles lumineuses reprit contre mes ailes, se faisant soudainement bien plus rapide et agressif, et rendant toute incantation était inutile.
Mes ailes devraient encaisser, et j’espérais que tout ça ne durerait pas longtemps… J’étais fatiguée. Affamée. Dégoulinante de boue. Mon seul rêve était de trouver un coin au sec pour m’allonger, et me laisser aller au sommeil qui me happait, à la faiblesse qui m’engourdissait. J’avais le tournis, et la pluie de balle sur mes ailes m’envahissait d’une écœurante sensation de brulure douloureuse, j’avais envie de vomir, et de pleurer. Ces coups produisaient un vacarme assourdissant, au point que je n’entendais même pas mes propres gémissements de douleur, sous la calcination, la combustion, que subissaient mes ailes. Quand cela s’arrêterait-il ? Le débit semblait interminable, résonnant en écho dans mes tympans. Une éternité semblait s’écouler, la douleur ne faisant qu’empirer. Mes ailes étaient fortes, et je leur faisais confiance, mais combien de temps tiendraient-elles ? Si ces balles m’atteignaient, elles me tueraient.

A force de calcination, mes ailes commençaient à perdre de leur épaisseur, et à se trouer par endroit. Je portais mon bras devant les yeux, éblouie par les rayons lumineux que je pouvais commencer à apercevoir,  tirés en permanence dans ma direction. Fermant les yeux, je me concentrais sur cette sensation que j’avais toujours eue, cette fourchette m’indiquant approximativement quand ma mort aurait lieux. Non, elle ne s’était pas rapprochée. Elle m’indiquait toujours plusieurs années de vie, encore. Je ne mourrais pas ce soir. Cette pensée me donna le courage de surmonter la douleur, et reprendre mes incantations. Je devais me protéger, et rester de marbre en psalmodiant, sans hausser le ton, sans me laisser déstabiliser. Agitant les lèvres aussi vite que je pouvais, je débitais les mots en langue des mages à toute vitesse. Je n’avais plus le temps, ses armes s’approchaient de moi, mes ailes percées ne pouvant plus me protéger.

Juste à temps. Au moment où il s’apprêtait à tirer directement dans ma tempe, le bouclier se forma autour de moi, et repoussa l’impact. Avec un léger soupir, j’arrêtai un instant mon incantation, le temps de reprendre mon souffle, en voyant mon assaillant reculer. Le bouclier pouvait me protéger un peu, me donner quelques secondes de répit. Il se retourna et tira de nouveau, ébranlant mon énergie, mais je parvins à le maintenir. Je n’avais pas le temps de me reposer, cela dit. Encore quelques coups comme celui-ci, et il céderait. Et je ne pouvais tenir longtemps simplement en incantation, sans mes ailes, qui n’étaient désormais plus que des poids morts m’alourdissant, pour me protéger.

Lentement, je me redressai, pour me remettre debout. La douleur me secoua vivement… J’avais presque oublié mon genou blessé, qui se déroba sous mon corps, me forçant à rester à genoux, appuyée sur mes mains, mes doigts s'enfonçant, s'enfouissant dans la boue. Je rétractai mes ailes, qui disparurent dans mon dos. Même si elles étaient dissimulées, la douleur était toujours présente, et mon corps tremblait. J’avais peur, non pas de la mort, mais de cette douleur, du noir de cette nuit dans ces lieux lugubres et inquiétants, et de l’homme à qui je faisais face. Faisant tout mon possible pour ne pas laisser ma voix trembler, et ne pas laisser échapper l’eau qui emplissait mes yeux, j’inspirai profondément, en le fixant, profitant des quelques secondes ou mon bouclier me le permettrait.

« Pourquoi vous me faites ça ? Qu’est-ce que je vous ai fait ? »

Mon cœur tambourinait toujours, si fort que je pouvais l’entendre, dans le silence sinistre qui s’était soudainement abattu. Après la vive lumière que mes yeux avaient encaissés, je ne voyais quasiment plus rien dans le noir de cette nuit, si ce n’était la faible lumière que diffusait mon pendentif, qui éclairait mon visage.

« Tout ce que je veux c’est passer, et partir… Je ne veux de mal à personne… »

Je ne pus me retenir plus longtemps. J’avais mal.
Entourant mes épaules de mes mains, j’éclatai en sanglots.



Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 10 Fév - 11:39



Un soupçon de vie


Est-ce que j'en viendrais à bout ? Je tourne le dos à ma cible le temps d'un dernier soupir, cette dernière commence à bouger. Passerait-elle à l'attaque après avoir subit autant ? Je serre mes reliques toujours prêt à riposter. Sans tourner la tête je garde un œil sur la liche, elle essaye de se lever et semble avoir beaucoup de mal. L'aurais-je finalement atteinte par mes tirs ? C'est pas l'impression qu'elle me donne, mis à part son genoux que j'ai volontairement abîmer son corps ne semble pas atteint. Mais il y a autre chose de bizarre, sa peau ne semble pas putréfiée elle paraît normale. Après s'être stabilisée elle s'adresse à moi avec une voix claire et pure, pourquoi vous me faites ça ? Qu'est-ce que je vous ai fait ? Je doute de plus en plus de l'identité de cette liche, je serre la relique de Senna que je pointe vers la liche en me retournant, je me prépare à tirer pour en finir.

Trêve de parole, ton heure est venue

Mais la lumière qu'émet ma relique révèle l'impensable, ses yeux ne sont pas ceux d'un mort-vivant. Est-ce que j'ai failli tué une innocente par un manque de vigilance. Elle avait les yeux vairons, un bleu azur et l'autre d'un noir profond. Je n'avais jamais vu ça, je trouve ça bizarrement magnifique, elle se tenait les épaules et semblait souffrir. Je veux lui venir en aide mais mon corps ne veux pas bouger, je rengaine mes reliques et je regarde mes mains. Pourquoi est-ce qu'elle tremblent ? Aurais-je peur ? Oui mais de quoi ? La jeune fille éclata en sanglot, c'est à ce moment que je réalise ce que je viens de faire, j'essaye comme toujours de ne pas montrer ce que je ressens mais là, c'est impossible. J'ouvre grand mes yeux puis je me retourne brusquement. Je colle mes mains sur mon visage, ce qui me plonge dans un noir total. Je viens de battre quasi à mort un innocent, juste parce que.... Je n'ai pas vérifié si c'était bien ma cible. C'était ma première mission de ce genre depuis la mort de Senna et la fin de la League et j'échoue lamentablement au point de moi-même m'attaquer au personnes que je censé protéger. Je ne sais plus quoi faire, je suis bien dans cette pénombre où il n'y que moi et mes mains mais les sanglots de la jeune fille me hantent, elle de semble pas bouger mais elle continue sans cesse, ces pleurs m'atteignent au plus profond de mon être et me rappelle ceux de Senna, ceux qu'elle avait pousser lors de notre dernier combat, quand je l'ai lâchement abandonnée au mains de Thresh. Je serrais les dents si fort que j'en souffrais, j'ai un sentiment de haine envers ma propre personne si fort que je pris le premier arbre putréfié le proche de moi pour lui donner un violent coup de poing, il se brisa en milles morceaux m'éclaboussant de sa sève. J'avais encore ce sentiment de haine mais je devais le contenir. Je dois me clamer et venir en aide à cette jeune fille, rattraper ce que j'ai fait et m'excuser, c'est la moindre des choses après c'est elle qui choisira comment je dois m'excuser. J'enlève mes mains de mon visage, et me retourne vers elle toujours en sanglot, les relations humaines ne sont pas mon fort mais je dois le faire, j'approche de la jeune et la serre doucement contre moi pour ne pas aggravé ce que j'ai déjà commis.

Je.... Je t'expliquerai plus tard pourquoi j'ai fais ça. Tu.... dois essayé de me faire confiance je n'ai rien contre toi.

Dans un soupir, je glisse ma main dans une poche assez ample, j'y cherche une petit boîte dans laquelle que cache des pilules médicales que fournit Demacia. Je la sort de ma poche et recule légèrement je cherche dedans mais il n'y a pas ce que je veux. Je me met au niveau de la jeune fille et lui tend une autre pilule qui fera sûrement l'affaire

Tiens, c'est un anti-douleur, tu peux le prendre si tu veux.

Je reste le bras à moitié tendu vers elle en attente de réponse

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 10 Fév - 14:07


Un soupçon de vie





« Ton heure est venue »

Ces mots éveillèrent en moi un profond sentiment, que je n’avais presque jamais ressenti jusque-là. Deux fois, seulement, à vrai dire, mais je reconnaissais pourtant parfaitement ce soulèvement dans mon cœur. A chaque fois qu’il avait eu lieu auparavant, je ne gardais de des souvenirs flous de ce qu’il se passait dans les minutes suivantes, si ce n’est celui de m’être réveillé à côté des cadavres broyés, transpercés, éventrés, de ceux qui m’avaient menacés, ou de parfaits inconnus passants à cet endroit au mauvais moment, d’ailleurs. Etait-ce donc ça, la solution pour m’en sortir vivante ? Laisser faire cette abominable transformation, qui faisait de moi un monstre sanguinaire, incontrôlable, et impossible à raisonner ? Je tremblais légèrement. Je n’aurais pas dû être en vie, et l’idée de prendre celle de quelqu’un pour sauver la mienne me dégoutait. Mais tandis que je voyais ces armes pointées vers moi, brillantes, s’apprêtant à tirer, et que mon cœur tambourinait toujours plus vite, mes muscles se tendant, je commençais déjà à perdre le contrôle, de ce pouvoir que je n’avais jamais pu maitriser.

Maudite sois tu, répugnante hybride, pensais-je envers moi-même, sans cesser de pleurer. Je ne veux pas le tuer…

Trop tard. Au plus profond de moi-même, je commençais à sentir la transformation s’effectuer. Des picotements sur ma peau… Ça commençait par les plumes, qui poussaient sur mon corps. Ensuite, viendraient les ailes, qui se développeraient, non de mon dos comme sous ma forme humain, mais de mes bras, et ensuite… Ensuite, je n’en gardais pas de souvenirs, des fois précédentes.
Quelque chose me surprit, cependant. Les lumières des armes s’éteignirent soudainement, et l’homme… s’éloigna. Comme s’il avait changé d’avis. Tremblante, je tentais de me concentrer, pour ressentir, ce qui m’entourait. C’était difficile, tant la douleur me donnait la nausée, et mes propres émotions m’envahissaient, incontrôlables et incontrôlées, tentant de changer mon corps, mon cœur, mon esprit, mon essence même. Mais…

Avait-il deviné ce qu’il s’apprêtait à se passer ? C’est de la peur, que je ressentais, émanant de lui. Pourquoi ce brusque changement d’attitude ? Jusque-là, il essayait de me tuer, et soudainement, il se détournait, apeuré… Et visiblement en colère, vu la violence avec laquelle il abattit son poing sur un arbre mort. Il craqua, éclatant de la même façon que mon genou l’avait fait, ce bruit simple bruit suffisant à raviver la douleur. Lentement, la sensation de menace retombant quelque peu, le soulèvement dans mon cœur se calmait, et le processus de métamorphose régressait. Les plumes qui avaient commencé à sortir de mon corps se rétractaient, et ma la tension qui m’habitait s’apaisait. J’aurais tant aimé m’endormir… Me laisser aller à un profond sommeil. Ma tête tournait, sous la torture que m’infligeait mes ailes, pourtant rétractées, mais qui me brulaient toujours, et mon genou. Je baissais les yeux vers le sol, pour voir que tout autour de moi, à la boue noire, s’était mêlée une teinte rouge sombre, du sang s’écoulant de ma blessure. L’odeur du sang dans la boue m’écœurait, et mes paupières se refermèrent, des larmes coulant toujours. Si je pouvais m’endormir... Fuir le froid, la douleur, la nuit lugubre. Aller vers la lumière… Ironiquement, c’était cette dernière qui était la cause de ma douleur.

Je rouvris soudainement les yeux en entendant des bruits de pas près de moi. J’étais si affaiblie, que j’en avais presque oublié que je n’étais pas seule, et que celui qui m’avait infligé ça était toujours ici. En cet instant, il aurait pu pointer son arme sur ma tempe et tirer, la mort aurait été une douce délivrance. Mais son comportement avait changé du tout au tout. Il n’était plus agressif, et se contenta de me prendre dans ses bras, et de me dire de lui faire confiance, qu’il n’avait rien contre moi. Lui faire confiance ? Il venait juste d’essayer de me tuer, de me bruler, de me faire regretter de m’être défendue et de ne pas être morte, tant la douleur me tourmentait. Mes idées étaient si embrouillées, sous la souffrance, et l’affaiblissement dû à la perte de sang… Je le vis me proposer quelque chose. Une pilule… « anti douleur » ? Peut-être était-ce juste un moyen de m’achever… Mais je m’en moquais bien. De toute façon, j’étais à sa merci.

Mes vêtements trempés de boue me collaient à la peau, et la gelaient, tandis que mes larmes, sur mon visage, se mêlaient à la saleté. Je voulu essuyer mes larmes de ma manche, mais ma robe était si sale, couverte de vase, que je ne fis qu’en étaler sur mes joues. Sans un mot, je pris la pilule dans sa main, et la porta à ma bouche. Il y avait si longtemps que je n’avais pas pu boire, et l’effort que m’avait demandé de fournir la tension pour résister à ses assauts m’avait asséchée la gorge. Elle était si sèche râpeuse, que je dû m’y reprendre à trois fois pour parvenir à avaler le médicament sans m’étouffer. Peu importe l’effet qu’il aurait… Plus rien ne m’importait, si ce n’était de trouver un apaisement, d’une manière ou d’une autre.
J’avais si froid, que mon corps était secoué de tremblements incontrôlables. Difficilement, ayant l’impression que cette pilule s’était coincée dans ma gorge, je murmurai :

«  Pourquoi vous m’avez fait ça… »

L’adrénaline, la tension, l’imminence de la mort… Tous ces sentiments retombaient peu à peu, et ne faisaient qu’amplifier ma douleur et ma faiblesse. Je commençais à avoir du mal à respirer… Haletant, inspirant de l’air, mais qui me semblait ne plus m’alimenter. Autour de moi, l’environnement vacillait, se déformait, tournait… Pourquoi, soudainement, mes yeux qui l’instant d’avant, fixaient l’homme devant moi, étaient soudainement tournés vers le ciel ? Pourquoi étais-je allongée sur le sol ? J’essayais de me redresser, de dégager ma tête de cette boue sur laquelle elle reposait, s’enfonçant dedans… En vain. Toutes mes forces m’avaient abandonnées. Lentement, mes yeux se fermèrent, tandis que les ténèbres m’envahissaient.



Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mer 11 Fév - 2:19



Un soupçon de vie


Elle était devant moi, toute trempée et pleine de boue qu'elle étala sur son visage en s'essuyant les yeux. Elle semble exténuée, qui ne le serais pas après un tel accés de violence de ma part. Elle tient à peine debout et sanglote toujours. Elle regarde la pilule que lui tend et la prend sans broncher, sans aucune forme méfiance apparente, sois elle est idiote, sois elle se contre fou de ce qui peut lui arriver tellement elle souffre, option qui me parait plus logique au premier abord même si je préfère la première à vrai dire. Elle s'y reprend à trois fois avant de pouvoir avaler son cachet, sa gorge doit être sèche, j'aurais voulu lui tendre quelque chose à boire mais ma gorge doit être au moins aussi sèche que la sienne. Elle murmure des mots que je distingue assez mal, mais je crois comprendre quelle veut savoir pourquoi j'ai fais ça. Moi-même j'aimerais le savoir, j'aimerais savoir pourquoi je suis si bête, pourquoi je n'ai pas pris le temps de vérifier. Son rythme respiratoire diminue, j'ai l'impression qu'elle se calme, mais à vrai dire un peu trop j'ai l'impression. Ses bras ballants, ses jambes tout semblait détendu. Je regarde ses yeux, il se ferme et se reouvre brusquement. Je m'approche d'elle et juste le temps de poser ma main sur sa joue droite qu'elle tombe littéralement dans mes bras. Elle s'est évanouie...

Je crois que je vais devoir m'occuper de cette fille, et la ramenée à Demacia pour la soigner. Son corps en équilibre ne repose finalement que sur ma main. Je passe un bras sous les genoux de la jeune fille pour encuite la porter. Son genoux est ensanglanté, j'y suis aller un peu fort sur ce dernier, enfin si elle avait une liche elle l'aurait bien mériter. Je marche pendant quelques minutes en portant la jeune fille direction Demacia, elle est si légère on dirait une plume, plus je la regarde plus je regrette d'avoir abîmé une jeune fille si mignonne et innocente. Je repense que j'ai normalement de quoi de me soigner partiellement dans une de mes poches. Je m'assois sur un rocher et toujours en tenant la tête de la fille contre moi, cherche de quoi panser les blessures atroce que j'ai lui ai infligées. Je trouve des bandages et un fond de pomade, j'applique délicatement la crème sur le genoux sans trop savoir à quoi sert cette dernière mais bon ça ne peut que lui faire du bien. Puis j'entoure son genoux avec un bandage que je noue soigneusement par la suite. Je suis plustôt fier de moi, habituellement c'est Senna qui me soignait et à vrai elle doit être fière de moi de là où me regarde. Je sors mon pédentif et comme à mon habitude, le tiens dans une main et fixe le ciel.

Protège-nous s'il te plaît, je te ne demande jamais rien mais là, j'ai commis une erreur et je souhaite la réparée avant de te rejoindre.

Je range mon pendentif et me relève, je colle la jeune fille contre moi pour qu'elle n'ai pas trop froid sur le chemin. Je reprend la route vers Demacia en espérant qu'elle continue de respirer et que je n'ai pas à porter un cad
FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mer 11 Fév - 12:44


Un soupçon de vie



Endormie ? J'étais littéralement assommée, écrasée par le poids de la fatigue et de la faiblesse. De vagues images, floues, troubles, dédoublées, me parvenaient parfois, lors de courtes périodes d'éveil, ou j'entrouvrais les yeux quelques secondes, avant que le néant ne m'envahisse de nouveau. Chaque fois que j'ouvrais les yeux, tout ce que je pouvais constater, c'est que la lune avait avancé dans le ciel, et que plusieurs heures s'étaient écoulées depuis mon dernier micro réveil. Je ne ressentais même plus la douleur, étrangement, et tout me paraissait lointain. La seule sensation qui me parvenait, qui m'envahissait, était celle du froid glacial qui me gelait les os, et me poussait à refermer les paupières, à retourner dans l'inconscience, pour la fuir. Ca, et la soif. Aucune source d'eau potable dans ces marais, et j'avais vite épuisé les réserves que j'avais avec moi. Ma bouche était sèche comme du papier de verre.

J'étais en mouvement. Je pouvais le sentir, aux légers à-coups qui balançaient mon corps, allongé, mes yeux tournés vers le ciel. Et trop épuisée pour même me demander ce que cela signifiait.  Seules les vives protestations de mon corps, affaibli, peut-être même mourant, occupaient mon esprit embrumé. Tenter de penser est inutile. Mieux vaut refermer les yeux...


Une sensation humide et glacée sur mon visage me les fit rouvrir, pour de bon. La lumière du jour me brula les rétines, et je portai mon bras devant mes yeux pour m'en protéger. A coté, le bruit du courant de l'eau roulant sur la pierre me parvenait, d'une rivière.
Ma soif se raviva vigoureusement, à ce bruit, et je me tentai de me retourner pour aller vers cette source d'eau, mais ma tête se remis à me tourner. Un homme était penché à côté de moi, et nettoyais mes joues d'un tissu mouillé, probablement trempé dans cette eau salvatrice. La mémoire me revint peu à peu... Cet homme... Dans le noir, je n'avais pas pu le distinguer clairement, mais je pouvais tout de même le reconnaitre. C'était lui qui m'avait attaqué, tiré dessus, brulé les ailes, et s'était acharné a tenter de me tuer pendant une éternité. Et puis, qui avait changé d'avis au moment même ou il en avait enfin l'occasion.

Je clignais des yeux, perplexe et perdue. Mais qu'est ce qu'il me voulait, à la fin ?
Plus lentement, je rassemblai mes forces, pour me trainer, me retourner, et plonger mes mains dans cette rivière, avant de les ramener en creux devant mes lèvres, pour m'y abreuver. L'eau était glacée, mais il me semblait que c'était là la meilleure chose que je n'ai jamais goutée. Je bus, longuement, laissant l'eau dégouliner sur mon visage et mon cou, les lavant de la boue qu'il restait sur ma peau. J'aurais eu envie de me laisser glisser entièrement dans cette rivière, pour être propre, laver ma blessure, dont la douleur se ravivait, mais je me retins, de peur de perdre de nouveau connaissance dans l'eau glacée. Aussi, je me contentais de frotter la peau de mon visage et de mes avants bras. Puis, m'appuyant sur ces derniers, je me redressai pour me hisser hors de l'eau, et retourner au sec, sur la berge. Bien loin des marécages, ce sol était ferme, couvert d'herbe et de végétation. J'avais toujours très froid, mais le soleil me réchauffait un peu.

J'aurais voulu m'asseoir, mais je n'en avais pas la force. Aussi, restant allongée, laissant une douce brise me caresser, je murmurai juste.

« Merci »

De m'avoir sorti des marécages. D'avoir changé d'avis, de ne pas m'avoir tué, alors qu'il aurait pu. Je ne savais pas ce qu'il me voulait, ni pourquoi il m'avait fait ça. Il avait failli me tuer, et j'avais mal, au delà de ce que je n'aurais jamais pu imaginer, par sa faute, mais...

J'étais en vie






Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Ven 13 Fév - 1:08



Un soupçon de vie


La nuit a été longue, très longue. J'ai marché sans arrêt direction Demacia, j'étais éxténué et voir la jeune fille que je porte endormie ne m'aidait pas vraiment à avancer dans ces marais. Mais je ne me plains pas trop à vrai dire, la nuit fut longue mais plutôt calme. D'habitude dans ces marais on rencontre une palettes de morts-vivants en tout genre, une faune réduite à néant et une flore guère plus présente. Lors de cette traversé j'ai juste croisé une revenante, comme la plupart elle érrait dans ces marais putrides. Elle flottait légèrement au dessus du sol, elle était passive ne bougait pas du tout et avancait tout droit sans réel but. J'ai toujours pensé que ces pauvres esprits souffraient comme ça, obliger de rester en ces terres éternellement sans but. J'ai toujours purifier ces derniers et elle n'a pas déroger à la règle, un fois la jeune fille allongée sur un rocher à l'abris de tout danger je me suis approcher de l'esprit. J'ai un "truc" avec les esprits, j'ai l'impression qu'ils me connaissent, que finalement ils savent que je suis là pour les emmenés dans un monde meilleur. J'approchait doucement, elle s'arrêta et me dévisagea posant ses pieds fantômatiques à terre.

Tu es... Le Purifcateur c'est ça ? J'attend ce moment depuis si longtemps.

Je fus surpris, je crois que c'était la première fois qu'un esprit s'adresse directement à moi en sachant que j'allais le purifier et qu'il allait découvrir le monde paisible des morts. Je dégainai mes deux reliques, elles émettaient une vive lumière blanche. Que je pointai sur l'esprit.

Oui c'est bien moi, il temps pour toi à présent d'aller dans le monde des morts. Je suis désolé de ne pas être venu plus tôt. Puis-je te demander depuis combien de temps tu attends ?

L'esprit me répondit plus de 180 ans, elle prit le bout de ma relique et le colla sur son front et ferma les yeux puis rebaissa les bras dans une geste de soulagement. Dans un soupir elle prit la parole

Ce n'est pas grave, plus le temps passait plus je voyais que votre monde est horrible et plus j'avais envie de m'en aller. Maintenant s'il te plaît tire et délivre-moi de cette souffrance insoutenable


je pouvais voir des larmes couler sur le visage bleuté de cet esprit, elle semblait heureuse et c'est ce qui pour moi compter le plus. Elle était appuyée sur mon canon et esquissa un sourire. Adieu, l'esprit s'envola dans des centaines de petit éclats de plasma virevoltant dans les airs avant de disparaître. Je pouvais entendre la revenante me dire merci dans ses derniers instants de vie sur cette terre. J'étais tout retourné, je trouve ce genre de rencontre intense et riche en émotion. Je revins vers la jeune fille que je pris dans mes bras. Je continuai ma route, tout droit en pensant à cet esprit, sur la route deux ou trois larmes firent ionleur apparition mais la fatigue m'empêchait réellement de ressentir une grande tristesse et bizarre elle m'empêchait aussi de m'écrouler à terre pour m'arrêter.

Voilà le seul évènement de la nuit, auquel je repense sans cesse depuis que je me suis remis en route. Les premiers rayons de soleil apparaissent, ils brûlent légèrement mes yeux mais cette sensation est minime par rapport à celle de la chaleur sur mon corps. J'ai quitté les marais depuis peu et la chaleur du soleil se refait sentir par ces terres, contrairement aux marais qui sont littéralement à glacer le sang. Mes forces diminuent grandement mais bizarrement j'ai encore cette volonté dé d'avancer coûte que coûte, chose que je n'avais pas ressentie depuis un long moment. Mais cette sensation fut vite dissipée quant à l'approche d'une petite rivière, je m'assoie à quelques centimètres de cette dernière, cette petite est si sale, je mets un peu d'eau sur un bout de tissu et je décide de nettoyer son visage mais elle se réveille le temps de l'opération. Elle semble perplexe mais je la vois s'extirper de mes bras pour aller se plonger dans l'eau et boire l'eau de ce cours d'eau. Si je pouvais faire de même mais je suis trop faible pour l'instant, je pousse un long soupir et profite de ces quelques minutes de répit. La jeune fille s'extirpe de l'eau et me dit me remercie. Franchement si je pouvais lui dire de ne pas le faire je le ferais bien car ce que j'ai faits n'est clairement pas excusable mais bonne, elle souffre et semble extrêmement faible malgré sa longue sieste que je n'ose rien lui dire. Elle est allongée et semble toujours souffrir, je me penche durement pour remplir ma gourde d'eau après avoir bu quelques gorgées. Quel sentiment agréable à sentir l'eau parcourir ton corps de part en part. Je me relève durement, et repousse un soupir, j'ai vraiment du mal. Je souris à la jeune fille puis me baisse pour l'attraper. Je reprendre la route durement vers Demacia. Je réponds difficilement à la jeune fille

Pas.... de soucis. Je suis... désoler. et dans un léger sourire j'ajoute Comment t'appelles-tu ?

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Ven 13 Fév - 2:06


Un soupçon de vie


J’étais allongée dans l’herbe, laissant la torpeur m’engourdir de nouveau, lorsque je ressenti une vive douleur. J’ouvrai les yeux en sursaut, pour apercevoir l’homme, qui de nouveau, me soulevait, la gravité pliant mon genou blessé. Perplexe, je n’eus rien le temps de dire, avant de me retrouver dans ses bras et de nouveau en mouvement… Mais pourquoi reprenait-il la route aussi vite ? Le danger des marais était écarté, et il semblait visiblement épuisé. Je pouvais le ressentir dans tout mon être, qu’il luttait pour avancer, malgré les protestations de son corps et de son esprit, qui ne rêvait que de repos.
Il s’excusait. Même si je ne comprenais toujours pas ce qui l’avait poussé à ce geste si cruel, pour changer d’avis aussi brusquement, ces mots me firent plaisir.

«  Thysia », répondis-je simplement à sa question. « Et vous ? »

J’avais l’habitude que les gens me tutoient d’emblée. Mon apparence, je le savais, était enfantine, et incitait à se montrer familier avec moi. Après les années que j’avais passé à me faire vouvoyer par des aristocrates au sein de la rose noire, même durant mes plus tendres années d’enfance, le changement était étrange, mais je m’y étais faite, et cela ne me dérangeait pas.

«  Vous avez besoin de vous reposer. Pourquoi êtes-vous si pressé ? »

Peut-être craignait-il qu’un animal ne nous attaque ? Je voulais le rassurer. Après tout, je lui avais montré que je maitrisais les arcanes, et que je pouvais nous protéger s’il le fallait, ce que je tentais de lui expliquer, pour le convaincre de s’arrêter faire une pause. Et puis, je commençais à avoir faim… Je n’avais rien sur moi, car j’emportai rarement beaucoup de provisions, préférant m’arrêter dans des auberges au fur et à mesure de mon trajet. La petite quantité de fruits séchés que j’avais emportée avec moi n’avait pas tenu longtemps, et je n’avais rien avalé depuis longtemps. Et de ce que je pouvais ressentir de l’homme près de moi, grâce à un sens de l’empathie très développé que j’avais toujours possédé, il mourrait de faim lui aussi.

Peut-être y avait-il une auberge ou s’arrêter, non loin d’ici ? Mais il semblait à bout de forces, et incapable de me porter plus longtemps. J’aurais aimé marcher, mais je savais que mon genou ne me répondrait pas. Si seulement j’avais mieux su voler…
Le vide de mon estomac mis fin aux pensées qui se bousculaient dans mon esprit. Dommage que la magie ne puisse pas me procurer de quoi manger…

Par contre, elle pouvait apaiser la fatigue, du moins quelques temps. Puisque je ne pouvais marcher, je pouvais au moins l’aider à me porter. Posant mes mains sur mon pendentif, qui se mit à briller d’une douce lueur, j’entamais une nouvelle incantation, destinée à alléger la douleur des muscles de l’homme qui me portait, et à lui redonner un regain de vigueur. Je piochais dans mes propres réserves d’énergie pour alimenter les siennes, mais après tout, c’était lui qui marchait, pas moi. Si je me sentais faible, ce n’était pas grave.



Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 15 Fév - 1:06



Un soupçon de vie


Mes forces m'abandonnent, je le sens, chaque pas est une souffrance, mais chaque centimètre carré de mon corps. La faim se mêle à la fatigue ce qui rend mon avancée quasi-impossible, mais je continue. Nous sommes non loin de Demacia, une demi-journée de marche devrait suffire, une chose est sûre, c'est que je ne tiendrais pas autant de temps, j'estime environs à une heure le temps qu'il me reste avant de m'évanouir. Elle semblait ressentir de l'empathie pour moi et répondit à ma question, Thysia, quel joli prénom qui bizarrement lui va à ravir, je trouve. Elle me demande le mien, ce à quoi je réponds difficilement « Moi, c'est Lucian ». Puis dans la foulée, elle me demande de me reposer.

J'y songerai... Je suis pressé, car je veux qu'on te soigne correctement histoire de me rattrape

La faim est insoutenable et m'empêche presque d'avancer, mais j'ai souvenir qu'une auberge non loin d'ici. Je me dirige rapidement vers cette dernière, l'idée de pouvoir me mettre quelque chose sous la dent me fait oublier la fatigue et la douleur qu'endure à chaque seconde mon corps. Après quelques minutes de marche, je me rends compte que Thsyia brille légèrement, et qu'elle utilise de l'énergie, serait-ce elle qui me permettrait d'avancer à ce rythme ? Je la regarde, elle semble tenir quelque chose dans ses mains, « C'est toi qui me permets d'avancer ? Si c'est le cas, tu peux arrêter »

Peu de temps après, j'ai l'auberge en face de moi, elle est somme toute assez rustique, mais elle fera très bien l'affaire, j'en suis sûr. Je pousse à l'aide mon pied, les deux grandes portes pour entrer dans l'établissement, qui était presque vide. Deux ou trois péquenauds se saoule et ne font même pas attention à moi. Une jeune femme s'approche de moi et semble apeurée.

Vous avez besoin d'aide pour cette jeune fille ?

Non ça ira, je l'emmène à Demacia pour qu'on la soigne, je lui ai donné les premiers soins, elle va bien. Si vous êtes la maîtresse de ces lieux apportée moi tout ce que vous avez à manger.

La jeune fille hocha la tête tout en tenant ses mains devant sa poitrine, elle semblait toujours inquiète, mais, elle me tourna le dos pour aller en cuisine probablement. Pendant ce temps, je trouve un coin tranquille dans cette auberge près du fenêtre. Je pose la jeune fille sur une espèce de vieux strapontin et m'assois en face d'elle. Enfin, enfin, je peux souffler et me reposer quelques secondes cela fait maintenant trois jours que je ne m'étais pas reposé plus de trente secondes et j'avoue que ça fait du bien... Beaucoup de bien. La serveuse arriva avec deux assiettes blanches légèrement creuses, mais ce qu'il y avait à l'intérieur était beaucoup moins esthétique, une espèce de ragoût marron je suppose. La jeune serveuse semblait embarrassée et soupire tout en grattant la tête

Je suis désolé monsieur, mais c'est tout ce qu'il me reste, j'espère que cela vous convient.

J'ai, pendant quelques instants, eu cette bizarre impression qu'elle traitait comme quelqu'un de supérieur à elle. Est-ce à cause de mes vêtements ? En tout cas, j'avais l'impression d'être dans l'un de ces restaurants pompeux de Demacia, je déteste au plus haut point. Je fais malheureusement partie de la bourgeoisie Démacienne et j'ai l'habitude de ces dîners où personnes n'est détendu et discute tout le temps de guerre et autres conflits. Afin d'éviter cette ambiance que je déteste, je prends un air détendu et souri à la jeune femme qui se tient à mes côtés

Je te remercie.

Elle semblait tout étonnée puis rougie avant de glisser « Pas... Pas de soucis monsieurs ». Elle s'éloigna, je me tourne vers Thysia qui regarde bizarrement le ragoût.

Mange, c'est pour toi, ce n'est pas vraiment appétissant, mais on n'a pas vraiment le choix. Si je peux permettre, que faisais-tu dans ces marrais seule ? Dis-je avec le sourrire.

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 15 Fév - 2:47


Un soupçon de vie



Malgré mes recommandations de se reposer, il continuait à avancer, et malgré ma volonté, je n’avais pas la force de protester. Mes idées étaient toujours embrouillées, et ma jambe me faisait mal. Au moins, mes ailes, elles, s’étaient visiblement régénérées, car elle ne me faisant plus souffrir, ce qui signifiait qu’en cas de problème, je ne serai plus sans défense. Cette pensée m’apaisa.
Il me fit comprendre qu’il souhaitait me soigner, et me donna son prénom. Lucian. Ce nom me disait quelque chose… Durant mes années d’espionnage et de traduction au service de la Rose Noire, j’avais appris les noms de beaucoup de personnes connues à Démacia, et il me semblait qu’il en faisait partie. Malgré ma douleur et ma fatigue, j’essayais de rassembler mes souvenirs, pour savoir à qui j’avais affaire. En vain. Sans doute m’en souviendrai-je plus tard.

Repenser à ces années d’apprentissage, ou je n’avais pas le droit ou presque de m’aventurer hors des souterrains secrets de la rose noire me faisait frémir. Il me semblait avoir vécu tant de temps dans l’ombre, avant de me tourner vers la lumière… Et repenser à cette noirceur, cette obscurité, me mettait mal à l’aise. Je m’en voulais, et mes pensées sombres me reprirent machinalement. Je suis désolée d’être en vie. J’aimerai te trouver. Le poids de l’air est si lourd à porter, à vivre une vie à laquelle je n’ai pas le droit…
Perdue dans ces pensées qui étaient devenue une mélodie habituelle dans mon esprit, j’en fus tirée par une vive douleur à la jambe. Clignant des yeux, je m’aperçus que nous étions entrés dans un bâtiment, sans même que je m’en rende compte, et que j’étais assise devant une table. Perturbée d’avoir eu une absence aussi profonde, pour ne pas me rendre compte de ce qui m’entourait à ce point, je posai ma main sur mon genou douloureux à cause de la pliure, tentant d’apaiser le mal. Mes yeux parcouraient la salle. Une sorte de taverne, visiblement… Les odeurs de nourriture qui stagnaient dans l’air me rappelèrent à quel point je mourrais de faim.

Lucian était en train de s’asseoir en face de moi, et je baissais les yeux pour ne pas croiser son regard. Je n’aime pas croiser le regard des gens, ou les défier. Souvent, adopter une attitude soumise est le meilleur moyen d’être tranquille et d’éviter des ennuis.
C’est en me souvenant de ses reliques lumineuses qui m’avaient bombardée sans interruption que la réponse à la question que je me posais plus tôt me revint. Lucian, le purificateur. Je repensai aux marais inquiétants, et aux créatures plus ou moins mortes qu’on pouvait y croiser, particulièrement celle qui s’était arrêtée auprès de moi. Etait-ce la raison de son attaque ? M’aurait-il tout simplement prise pour une morte vivante ?
Je me mis à sourire à cette idée cocasse. Puis rapidement, mon sourire s’effaça. Je n’étais pas morte, c’était vrai, mon cœur battait. Mais je faisais partie de ceux qui n’auraient pas dû être en vie… Confusion ironique de sa part.

Rapidement, des assiettes furent déposées devant nous. L’aspect était étrange, et surtout, c’était très loin de mon régime habituel, mais j’avais trop faim pour faire la difficile. J’hésitais tout de même, car même si mon estomac ne demandait qu’à être rempli, je n’étais pas une carnassière. En vérité, je n’avais jamais mangé de viande, elle ne m’avait jamais parue naturelle à manger. Quand je pouvais, je privilégiais les aliments riches en sucres et en calories, en petite quantité, ce qui était de plus souvent pratiques à transporter.
L’homme m’astreint à manger, et je n’osai pas désobéir à son ordre. Aussi, je me forçai à mâcher la viande caoutchouteuse. Elle avait au moins pour avantage de calmer les cris de famine de mon estomac, mais j’avais la sensation d’avoir avalé des cailloux.
Je relevai les yeux, le regardant un instant après sa question, et avalai difficilement ma bouchée pour lui répondre.

« Je voyage. »

Je replongeai le nez dans mon assiette, sans manger plus cependant. J’avais à peine mangé un tiers de ce qui m’était servi, mais ça me suffisait amplement. Devant le lourd silence, je relevai la tête, pour le voir me fixer des yeux. Visiblement, ma réponse ne lui suffisait pas.

« J’arrive depuis Frejlord, et c’était un raccourci pour aller vers Démacia. », j’ajoutai simplement.

Cette fois, ma réponse parut lui satisfaire, suffisamment pour qu’il me laisse un peu de répit. Alourdie par mon repas, mes yeux se fermaient tous seuls, et je rêvais de pouvoir me laver, et me reposer dans un lit, comme je n’en avais pas croisé depuis trop longtemps. Mais visiblement, ce n’était pas dans les plans de Lucian, qui semblait vouloir se remettre en route dès à présent. Mais il était si épuisé… Je pouvais le sentir. Et je savais qu’il ne tiendrait pas longtemps en me portant comme il le faisait. Il avait besoin de repos, tout comme moi. Et puis, si je lançais un sort pour aider ma jambe à se maintenir avant de m’endormir, il œuvrerait durant la nuit, et me permettrait peut-être d’être capable de marcher un peu le lendemain.

« Je veux rester ici cette après-midi, et cette nuit ».

J’avais parlé sans lever les yeux. Je n’étais toujours pas rassurée par cet homme intimidant qui avait failli me tuer, et je n’osais pas soutenir son regard. Néanmoins, j’étais sure de ce que je voulais : ne pas devoir être un poids à supporter alors qu’il était à bout de forces, et qu’il se mettrait en danger en recommençant à avancer. S’il voulait partir, alors il partirai sans avoir à me porter.

« Je peux commencer à me soigner seule. Mais pour ça j’ai besoin de calme et de repos. Et vous en avez besoin aussi… »

Je gardai le visage bas, pianotant nerveusement mes doigts sur la table. Peu importe sa décision, je resterai sur la mienne. Qu’il me laisse seule ici, s’il le voulait, ça m’était égal. Après tout, je pouvais trouver le chemin vers Démacia seule, et maintenir ma jambe assez pour pouvoir avancer seule, même si cela devait être douloureux, et empirer la fracture au final. Dans tous les cas, j’avais encore un peu d’argent en réserve, assez pour payer mon repas, et une nuit dans cette auberge, alors quoi qu’il décide de faire, je resterai.



Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 15 Fév - 13:01



Un soupçon de vie


 Je n'ai jamais mangé quelque chose d'aussi immonde, même les rations de l'armée Demacienne lors de la guerre entre Demacia et Noxus était meilleure que ça. Thysia mâche difficilement et doit tout autant que moi trouver ça immonde. Elle semblait impressionnée et me dit qu'elle voyage, ce qui à vrai dire n'est pas vraiment ce que j'attendais comme réponse. Je pense que les marrais ne sont pas vraiment un lieu vraiment touristique, je fixe alors la jeune fille pour qu'elle me donne une réponse plus claire, ce qu'elle comprit assez vite. Un raccourci vers Demacia ? Ce n'est pas vraiment plus court, ça ralonge même le voyage mais elle ne doit pas le savoir. Je vois qu'elle repousse légèrement son assiette, elle n'a même pas mangé la moitié du repas mais à vrai dire, je la comprend mais mon éducation m'oblige à terminer ce qu'on me donne même je déteste ça. J'ai pu voir voir pendant que je finissait difficilement mon repas qu'elle somnolait, elle devait être exténuée malgré sa longue sieste pendant que je marchais. Elle n'ose pas me regarde je le sens, et aussi bizarre que cela puisse paraître je trouve cela mignon. Elle veut rester ici cette aprés-midi et cette nuit, si elle me dit ça c'est que son genoux ne doit pas trop la faire souffrir ou qu'elle se sens de supporter la douleur jusqu'à demain. A vrai dire, cette idée me plaît, prendre un peu repos le temps d'une après-midi même si je vais surveiller Thysia si jamais il lui arrive quelque chose. Elle est nerveuse, ses doigts s'agitent sur la table et elle garde le visage pointé vers le sol, maintenant je suis sur de quelque chose c'est, qu'à juste titre, elle a peur de moi. Sa manière de me parler n'est pas naturelle du fait qu'elle me vouvoie et qu'elle n'ose me regarder. Je ne veux pas ça de sa part, j'ai fias une erreur certe mais si elle peur de moi elle ne me fera jamais confiance et donc je ne pourrais pas l'aider comme je me dois de le faire.

Tu sais Thysia, tu peux me regarder en parlant je ne te veux aucun mal, je veux même t'aider. Lui dis-je en lui addressant un sourrire qu'elle ne devait sûrement pas voir

 La jeune serveuse vient vers nous et rougie encore en me regardant, lui ai-je fais du charme ? Elle reprend les assiettes et voit que Thysia n'a que très peu touchée à ce qui lui à été servit. Et semble déçu.

Ce... Ce n'était pas à votre goût ? C'est moi qui ai fait ce ragoût, juste pour vous car nous n'avions plus rien à manger. Dit-elle avec un air un peu triste

 En tout cas, elle à des talents d'hôte mais pas de cuisinière. J'ai dû en homme bien élevé, lui mentir car je n'ai pas à me plaindre quand quelqu'un me reçoit chez lui, même si c'est une auberge. Je sourri brièvement à la jeune fille qui tenait ses deux assiettes.

Non... Non, elle n'avait juste pas très faim, c'était très bon, la preuve j'ai finis mon assiette. Nous aurons besoin de deux chambres ce soir est-ce possible ?

 La jeune serveuse eu un regain de gaïté, elle hocha la tête et partit pour voir si elle avait ça. Je suis repus et malgré la qualité médiocre du repas, je retrouve une peu d'énergie.

Puisque tu souhaites rester ici aujourd'hui, nous y resteront.

La jeune femme était là, et me dit qu'elle n'avait malheureusement qu'une seule chambre mais un peu plus spacieuse, cela fera l'affaire enfin j'espère. Je me lève et me dirige vers l'extérieur pour me reposer au soleil. Comment et quand vais-je devoir me justifier de mes actes ? Peut-être qu'elle s'en doute déjà, enfin on vera bien sur le moment, ça arrive à tout le monde faire des erreurs, peut-être pas au point de tuer quelqu'un mais bon.... On verra bien. Je trouve un peitt coin tranquille près de la sortie de l'auberge au abords d'un court d'eau, je décide de m'y installer et de regarder les nuages. Ils me font penser à Thysia, légers et doux. Plus j'y pense plus elle en particulière, surtout le tatouage sur son épaule qui me dit quelque chose mais que je n'arrive pas du tout à reconnaître clairement. Mais cela indique qu'elle faisait partie d'une organisation ou d'un genre de clan ce qui peut-être explique son caractère "soumis". J'ai un peu de pitié pour elle car j'imagine que son enfance n'a pas dû être facile si elle faisait partie de ce genre d'organisation, mais elle semble à présent être libre. Ce qui doit lui conférer un bonheur immense, ainsi que de mauvaises surprises aussi. Je somnole de plus en plus au bruit de l'eau ruisselante et aux chants des oiseaux  

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 15 Fév - 20:02


Un soupçon de vie


A mon grand soulagement, il accepta de rester ici jusqu’au lendemain. M’abandonnant sur mon siège, il alla s’occuper de réserver des chambres…Ou plutôt une seule de ce que je pouvais entendre. Je ne savais pas si je devais me réjouir, ou m’inquiéter. D’un côté, je n’avais pas envie de rester seule, et j’appréciais beaucoup la compagnie humaine près de moi. Mais de l’autre, la dernière nuit passée en compagnie de celui-ci n’avait pas été des plus rassurantes…
Il se dirigea vers l’extérieur, ensuite, et je me redressai pour aller demander le chemin vers la chambre. La douleur me fit hurler brièvement, et retomber en avant, me rattrapant de justesse de mes bras sur la table pour éviter de tomber. J’avais oublié ma jambe blessée. Et visiblement lui aussi, puisqu’il m’avait laissée là…

Grimaçant de douleur, j’entrepris de sautiller, me tenant aux murs, jusqu’à l’accueil de l’auberge. Si j’avais été seule et dehors, j’aurais sorti mes ailes pour me stabiliser, et j’aurais pu voleter pour me soutenir. Mais il était hors de question que je les montre ici, alors que des gens auraient pu me voir, voir que je n’étais pas une vraie humaine, mais je ne faisais simplement semblant d’en être une… Le souvenir des mises en garde à ce sujet que mes tuteurs m’avaient enseignées me revint. Ne jamais se montrer, ne jamais se dévoiler, ne jamais les laisser savoir que je suis différente, ou ils me chasseront, me mépriseront, et essayeront de me tuer. Tant pis pour la douleur, je devais l’endurer.

La jeune femme qui tenait l’auberge m’aperçut dans ma difficulté à me déplacer, et vient me soutenir par le bras, geste dont je la remerciai d’un sourire. Elle s’excusa en m’expliquant que la chambre était située à l’étage, ce qui me fit faire la moue. Monter aller être difficile, mais si je voulais avoir une chance de me réfugier au calme pour pouvoir commencer à me soigner, il fallait que je réussisse.
La cage d’escalier était étroite, un peu trop, mais déserte. Aussi, après un regard en arrière pour vérifier que personne ne pouvait me voir, je déployais mes ailes, qui se cognèrent aux murs. Elles étaient de nouveau immaculées, sans aucune trace des blessures qu’elles avaient subies auparavant.
Bondissant à l’aide de ma jambe valide, je m’en servi pour parcourir, à coups puissants d’ailes, les marches de quatre en quatre. La réception était difficile, mes ailes coincées à l’étroit, mais je progressais, en me stabilisant à l’aide de la rampe, et je fus rapidement arrivée dans la chambre qui nous avait été réservée.

En ouvrant la porte, je senti une agréable odeur de fleur d’oranger m’assaillir. Les rideaux étaient tirés devant une fenêtre, plongeant la pièce dans une semi pénombre, ou je pouvais distinguer deux petits lits, un de chaque côté, chacun possédant une petite table de nuit ou était posé un chandelier, éteints pour le moment. Sans être luxueux, l’endroit avait l’air confortable, les draps propres, et l’air y était à une température agréable. Je m’aperçus avec plaisir qu’une petite porte donnait sur une salle de bain au carrelage fissuré par endroit, qui avait été visiblement préparée pour nous durant notre repas, de l’eau chauffant doucement dans un baquet, près d’une grille d’évacuation.
Avec soulagement, je pris le temps de me laver, ainsi que ma robe, la laissant sécher directement sur moi. Une serviette rouge et rugueuse avait été déposée, et je frottai ma peau, prenant le temps d’examiner ma blessure au passage, le bandage retiré. Elle n’était pas jolie à voir, et serait difficile à soigner.
Clopinant jusqu’à l’un des lits, je m’étendis dedans, et serrait les dents en mettant ma jambe droite. Appuyant ma tête contre un oreiller qui sentait la lavande, je fermais les yeux. J’avais envie de dormir, et mon estomac me faisait horriblement mal, ne parvenant visiblement pas à digérer la viande, qui ne faisait pas du tout partie de mon régime alimentaire habituel.

J’avais envie de céder au sommeil, mais avant cela, je devais m’occuper de ma blessure. Je n’avais pas le talent ni la puissance nécessaire pour soigner une blessure aussi complexe, et je préférais attendre que des médecins s’en occupent à Démacia, néanmoins, je pouvais commencer le travail, et fixer les os avec des attaches magiques, de façon à pouvoir tout de même marcher, le temps d’arriver jusque-là bas. Inspirant longuement, je commençai à incanter, sur un ton monocorde, à voix basse, une phrase complexe en langue des mages. Le saphir qui ornait mon collier, captant des particules magiques dans l’air, les concentra, se mettant à briller d’une lueur de plus en plus vive dans la pièce, tandis que le sort se mettait en place. C’était très douloureux, mais j’étais si absorbée que je m’en rendais à peine compte.
Sans relâcher ma concentration, je continuais à incanter, encore et encore, le même texte, le répétant à mi-voix, tandis que mon collier illuminait la pièce. Les minutes passèrent, puis même les heures. Je n’avais que très peu conscience de ce qui m’entourait, somnolant presque en même temps que je psalmodiais, pour économiser mon énergie, tandis que mes os se déplaçaient, et se fixaient artificiellement pour me permettre de me servir de ma jambe jusqu’à être arrivée à Démacia.



Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mar 17 Fév - 20:44



Un soupçon de vie


Voilà 2 heures que je suis allongé dans l'herbe sans rien faire, deux heures de calme et de repos. Mais je décide de me lever pour voir ce que fait Thysia, je crois que je la surveille de plus en plus, sûrement, car je ressens u n peu d'attachement envers cette jeune fille. À vrai dire, je trouve ça bizarre cette espèce de relation si on peut qualifier ça comme ça. Quelqu'un de lambda serait minimum en colère contre-moi, mais Thysia ne semble pas m'en vouloir tant que ça, et moi, je l'apprécie comme si nous nous étions rencontrés «normalement». Je demande à la jeune serveuse de tout à l'heure qu'elle m'indique où se trouve la chambre. Elle commence à se lever, mais je l'arrête tout de suite, je n'aime pas faire déplacer les gens pour pas-grand-chose, en fait, je n'aime pas ce que me fait faire Demacia en ce moment. Elle rougit encore et d'une petite voix m'indique le chemin à suivre puis la remercie vivement d'un sourire. Une fois devant la chambre, j'entends une voix, sûrement celle de Thysia, mais dans une langue ancienne, qui ressemble fortement à celle qu'utilisaient les invocateurs au sein de la League. Je rentre discrètement et après un rapide coup d'œil, je comprends vite qu'elle soigne magiquement sont genoux. Je quitte mon long manteau, et le pose sur le lit que Thysia n'occupait pas, je me dirige ensuite vers la salle d'eau. Il y a une sorte de baignoire remplie d'eau en train de chauffer, mais à en juger par la couleur de l'eau Thysia à prit un bain dedans. Contrairement à elle, je n'ai finalement que peu de boue sur mon corps, seulement sur le visage et sur les mains. Je me tourne donc vers un robinet pour me faire couler un peu d'eau et me nettoyer. L'eau était glaciale et j'avoue que j'ai eu un peu de mal à me laver avec cette température. Après m'être rapidement séché, je sors de la salle de bains pour aller m'installer sur mon lit. Thysia incante encore, je n'ose pas la déranger. Je patiente donc jusqu'au prochain moment de silence, le moment où j'estimerai qu'elle aura fini de psalmodier.

Au bout d'un moment, calme plat dans la chambre, mais j'attends pendant cinq minutes, pourquoi ? Même moi, je ne le sais pas. Mais ce silence était lourd, je crois que je n'ai jamais été aussi mal à l'aise, je n'osais même pas bouger. Mais je prends mon courage à deux mains, si je veux en savoir plus sur Thysia il faut obligatoirement que je lui pose des questions. Bizarrement, j'étais à l'aide plus tôt avec elle, mais là, plus du tout. Le cadre doit y jouer, une jeune fille et un homme dans une même chambre n'est pas souvent l'endroit où les deux auraient choisi d'enfiler des perles. Je tousse discrètement et tout en regardant le plafond un peu noirci de la chambre

Dis-moi Thysia, tu ne m'en veux pas de ce que je t'ai fait dans ces marais ?

J'avais plus ou moins peur de sa réponse, peut-être qu'elle reste avec moi, car elle y est contrainte et que dés qu'elle pourra, elle s'enfuira. Sinon elle doit faire preuve d'une bonté légendaire pour pardonner ce genre d'actes ? Avant même que Thysia ne puisse répondre, il était déjà l'heure du dîner. La jeune femme est venue nous chercher pour nous annoncer que nous pouvions aller manger. Je me lève et fais un signe de la tête en souriant à Thysia.

Allons-y, en espérant que ce repas soit meilleur que celui de midi.

Je descends dans la même salle que ce ce matin, il y a toujours les mêmes poivrots, ils n'ont pas bougé, mais leurs pintes, elles, ne sont plus vides et ne le seront peut-être jamais. L'ambiance n'était plus la même, on se croirait dans un de ces petits restaurants pleins de charme. Quelques bougies suffissent ainsi qu'un léger fond musical. On nous amène une feuille de papier sur laquelle il y a une petite liste de plats.

Voilà ce que je peux vous proposez.

La jeune serveuse s'éloigna et je regarde Thysia en souriant.

Alors, tu n'as toujours pas répondu à ma question...


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Mer 18 Fév - 16:15


Un soupçon de vie


C’est un étrange état, que celui de semi veille, lorsqu’on laisse la magie opérer. On reste conscient de ce qu’il se passe autour, tout semble lointain, distordu, moins important… Comme au centre d’une spirale mystérieuse, dont les filaments sont de magie pure, tournant, encore et encore autour de soi, et nous plongeant profondément au cœur d’un état second ou tout parait possible. Je ressentais la magie, chaque particule dans l’air, et l’effet qu’elle a sur le monde, sa beauté, sa puissance.

Un bruit de voix me sorti en sursaut du de la torpeur dans laquelle je m’étais plongée, et immédiatement, ma concentration se brisa, faisant s’éteindre la lueur vive qui illuminait mon saphir. Ouvrant les yeux, je découvris avec surprise Lucian non loin de moi, et mis quelques instants à remettre mon esprit en place, pour comprendre ce qu’il venait de me dire. Si je lui en voulais de ce qu’il avait fait dans les marais ?

La question me prit au dépourvu, et me laissa pantoise. A vrai dire, je ne savais toujours pas ce qu’il lui avait pris de me faire ça, et de changer d’avis au dernier moment de la sorte. Je ne pouvais pas savoir si je lui en voulais ou non sans comprendre pourquoi il s’en était pris à moi ?
Avant que je n’aie eu le temps de décider d’une réponse, trois coups timides furent frappés à la porte. On venait nous chercher pour manger. Déjà le soir ? Je n’avais aucune notion du temps qui s’était écoulé depuis que j’avais commencé à incanter, mais visiblement, à la sècheresse de ma bouche, et à la lumière extérieure déclinante, j’y avais passé plusieurs heures. Je n’osais pas bouger, de peur de perdre tous mes efforts de cette après-midi pour fixer mes os, et j’avais encore un peu mal au ventre, mais Lucian me dit de le suivre, et sorti sans me laisser le temps de donner mon avis. Je n’eus pas d’autre choix que de lui emboiter le pas, tentant précautionneusement de marcher. Mon genou blessé me faisait mal, et je sentais la fragilité de la réparation que j’avais faite, mais je pouvais m’appuyer dessus, ce qui était déjà une bonne amélioration. Je n’avais plus besoin qu’on me porte, au moins.

L’escalier serait une autre paire de manche. Ou non, en fait, puisqu’il avait une rampe, je n’avais qu’à me contenter de m’asseoir dessus et de me laisser glisser !
La chute me fit mal à la tête à l’arrivée, et les gens me regardèrent bizarrement. Mais au moins, j’étais en bas.
Une fois assise sur ma chaise, je parcourrai des yeux le menu qu’on nous avait proposé, distraitement. J’avais surtout envie de dormir, mais reprendre des forces me ferait du bien après la perte de sang, et je me fixai sur un plat à base de riz et de fruits secs, avant de relever les yeux vers Lucian.

« Vous êtes le purificateur de Démacia, c’est ça ? »

Je pris quelques instants de réflexion après qu’il ait acquiescé.

«  Si je vous en veux… Oui, parce que j’ai mal. Mais j’étais perdue, et je ne savais pas comment ressortir de ces marais, donc au final, je suis contente de vous avoir rencontré. »

Je n’étais toujours pas bien sûre des raisons qui l’avaient poussé à faire ça, et je le questionnai, lui demandant s’il m’avait confondu avec une morte-vivante. Je lui expliquai rapidement que j’avais croisé une étrange créature quelques minutes avant qu’il ne me prenne en chasse, que je lui décrivis.
Autour, les bruits de verres tintant, des gens en train de manger, dont les odeurs, finalement, m’ouvraient l’appétit. Mes doigts passaient lentement sur le bois noueux de la table, appréciant sa texture légèrement râpeuse.

« Je suis désolée de vous avoir fait perdre sa trace. Et que vous soyez tombé sur quelqu’un qui n’était pas intéressant… Je suis désolée d’être en vie. ».




Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Jeu 19 Fév - 1:40



Un soupçon de vie


Une fois le menu dans les mains, je le parcours rapidement et choisi un plat à base de viande. J'avais oublié que Thysia ne pouvait pas vraiment marcher et je l'ai laissé descendre les escaliers tous seuls, j'avais un peu honte de moi, mais elle était à table, c'est le principal. Elle lève les yeux et me demande si je suis bien le Purificateur. Je suis surpris, comment peut-elle me connaître ? Elle ne faisait pas partie de mes connaissances au sein de la league et je ne l'ai jamais croisée auparavant. Mais j'ai machinalement acquiescé, je suis tout de même perplexe qu'elle sache cela, ce n'est pas quelque chose dont Demacia se vante, enfin si beaucoup même, mais elle ne révèle pas mon identité. Elle poursuit dans son propos toujours en me regardant, mais à vrai, je ne comprends pas bien comment elle ne peut ne pas m'en vouloir, elle est passée au bord de la mort, mais réagie comme si rien ne, c'était passé. Elle me questionna sur ce que je faisais dans ces marais, après un bref soupir, je lui révèle l'objectif de ma mission, chassé et tuer une liche. Elle l'a rencontrée ? Mais elle ne s'est pas attaquée à Thysia ? Je réfléchis quelques secondes et je me dis qu'elle devait vraiment être diminuée ou être dans un état de peur profonde pour éviter les pauvres innocents sans défenses. Comment peut-elle être désolé alors que c'est moi qui est attaqué, encore quelques chose que je ne comprends pas chez elle. Mais elle dit quelque chose qui me fait arrêter toute action.

" Je suis désolée d'être en vie."

Comment peut-elle oser dire ça ? Comment peut-on regretter le fait d'être en vie ? Je conçois que la vie est dure et qu'elle nous réserve son lot de mauvaises surprises, j'en suis un témoin à part entière, mais une vie mérite d'être vécue seulement pour les bonnes choses.

"Ne dis..." Je soupire légèrement "Ne dis plus jamais ça." Thysia semblait étonnée puis je repris.

"J'ai perdu un être très cher sous mes yeux, mais je continue à vivre malgré tout. La vie est la plus belle chose qui soit même si elle peut paraître horrible. Je te défends dans le futur de redire ça, si cette idée reste dans ta tête pense à moi et elle repartira aussi tôt. Toute vie à un but et tout un tas de bonnes choses à vivre même s'il faut morfler pour en profiter" Dis-je d'un ton froid et assez sec

Thysia semblait perturbée par mes propos, ce que je conçois, je prends souvent ce ton froid et sec, on me dit souvent que je parais sérieux et cruel avec cet air, ce que j'apprécie finalement. Sur, c'est entre faits toujours la même serveuse apporte notre repas. L'auberge est pleine à craquer, le bruit y est fort et l'ambiance bonne enfant. Les poivrots, toujours boisson à la main chantent et rient à en plus finir, les clients plus traditionnels, eux, s'amusent volontier du spectacle certes un peu amateur mes très divertissant de ces quelques chanteurs novices. J'avoue que cette ambiance me plaît, je sors du sérieux Démacienne, de mes missions et finalement de ma nouvelle solitude. Thysia n'avait plus dit un mot depuis mon intervention, je vais m'arranger pour rattraper le coup.

"Si c'est ce que tu penses, je ne t'en veux pas. Tu es jeune et il te reste beaucoup de choses à vivre et à voir. Si tu pars avec cette philosophie de vie, cette dernière ne te, mènera à rien si ce n'est du désespoir. J'ai l'air d'un vieux sage en disant ça..." Je soupire et ris doucement.

Je réfléchis quelques secondes puis reprends la conversation

" Que comptes-tu faire après avoir t'être fait soigner à Demacia ?"

L'assiette devant moi ne demander qu'à être entamé, mais, à vrai dire, les propos de Thysia m'intéresse plus.

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Ven 20 Fév - 0:01


Un soupçon de vie


Je restai silencieuse. Cherche le conflit n’avait aucun intérêt, et ce qu’il me disait ne changerait rien. Il devait visiblement penser simplement que j’étais déprimée, ou que j’avais perdu le goût à la vie…
Son ton, sec et cassant, m’était désagréable à l’oreille. Mais j’avais de la peine pour lui… Il avait perdu un être cher. Que deviendrai-je, si je trouvais enfin celui auquel j’étais lié, et que je le perdais ? Ma vie perdrait son sens, sans aucun doute. Mais ça n’arrivera pas. Je le sais, parce que je sais qu’il me tuera, et donc que je mourrais avant lui. Cette pensée me rassure un peu. Je ne passerai pas mon existence entière à errer, sans le trouver, je finirai par le rejoindre. Même si je devais le trouver à la seconde même où il me tuerait, je savais que je ne mourrais pas seule, perdue dans les ténèbres qui m’entouraient depuis ma naissance.

Plongée dans mes pensées, j’en fus tirée par la serveuse nous apportant notre repas. Un curry de riz aux légumes, servi dans une assiette creuse, plongé dans un bouillon translucide, et fumant. L’odeur me fit saliver, et je plaçais mes mains en creux au-dessus du plat pour les réchauffer un instant, avant d’y plonger ma cuillère. Impatiente, je ne pris pas le temps de souffler assez, et me brulai la langue, avant de vider un grand verre d’eau pour essayer d’apaiser la douleur.
La désagréable impression de me faire grignoter la langue par des rats était toujours présente, lorsqu’il réengageât la conversation. Il voulait savoir ce que je voulais faire après m’être fait soigner. C’était peut-être l’occasion de lui expliquer son erreur, lorsqu’il me pensait désolée d’être en vie, par déprime, et non pas à cause de ma vie donnée par un sacrifice, et mon incapacité à honorer ma dette.

« Je cherche quelqu’un. Ca fait des années que je suis sur les routes pour le trouver… Alors je vais chercher à Démacia, et s’il n’y est pas, je repartirai ailleurs. »
Je repris quelques bouchées de mon plat, à la température parfaite cette fois. Il avait l’air curieux, et parler de qui j’étais ne me posait pas de problème. Peut-être même qu’un jour, quelqu’un qui aurait entendu parler de ce lien mystérieux qui m’unissait à celui que je cherchais, pourrait m’aider. Je n’avais aucune raison d’être secrète.

« Quand je disais que je suis désolée d’être en vie, ce n’est pas pour la raison que vous pensez. J’aurais aimé qu’il en soit autrement, j’aurais aimé pouvoir choisir mon existence, mais je porte une malédiction sur moi. Je n’aurais pas dû naitre, je n’aurais pas dû être vivante, et j’ai une dette envers cette personne, que je me dois d’honorer. Ma vie à un but, un sens, et une raison d’être, mais tant que je n’aurais pas trouvé cette personne, je ne ferais que errer, sans qu’il y ait de sens à mon existence. »

Je ne savais pas s’il comprendrait ce que je voulais dire. C’était compliqué à appréhender, quand on ne portait pas la marque du lien. Continuant de manger, je guettais sa réaction.




Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Sam 21 Fév - 1:50



Un soupçon de vie


Mon plat attendait toujours, une légère fumée venait caresser mon visage et une odeur titiller mes sens, plus le temps passait plus j'avais envie de dévorer d'un trait ce qu'on m'avait apporté. J'entame doucement mon repas, l'oreille tendue pour surprendre toute prise de parole de ma compagne. Contrairement à moi, Thysia attaqua directement et prit une bouchée dés l'arriver du plat. La grimace qu'elle a fait et la carafe d'eau à moitié vidée m'indique qu'elle s'est, très probablement, brûlée. J'avais comme une envie de lui faire la morale, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai encore ce sentiment bizarre en la regardant, serais-je attendri par cette jeune fille, j'espère juste que ça n'ira pas plus loin que là... Je repense à ses propos en savourant mon plat, la cuisine est de bien meilleure qualité que plus tôt dans la journée. La pièce de viande que j'avais demandée est comme dans mes pensées, cuite à la perfection, d'un rouge sanguin et accompagnée de petits légumes. Je me demande encore comment peut-on être désolé de vivre, je me dis qu'elle n'a pas encore vu la mort d'assez près pour voir comment notre vie est certes laide et pleine de mauvais moments, mais à quel point elle mérite d'être vécue. C'est à ce moment-là que Thysia me révèle ses plans pour un futur proche, elle cherche quelqu'un, probablement pour une vengeance personnelle si je me base sur les autres champions de la défunte league, mais elle ne prévoit pas de s'arrêter si cette personne n'est pas à Demacia, c'est compréhensible mais j'avoue ne pas bien saisir son engouement pour cette personne. Elle traverse des contrées peu accueillantes pour trouver cette personne qu'elle ne doit probablement pas, car elle ne lui donner ni de nom ni de prénom. Entre deux bouchées de son repas, elle justifia ses propos de tout à l'heure, j'ai là encore du mal à saisir, car elle n'est pas comme les humaines ou les créatures normales qui abandonneraient au bout d'un certain moment. Je pense qu'elle doit chercher cette personne depuis un très long moment, elle est probablement adulte étant donné qu'elle se balade seule et qui plus et dans les marrais hurlants. Mais peu à peu à force d'avoir mes yeux posés sur elle, un sentiment de compassion s'éprit de ma personne. J'avais envie de la réconforter, je n'aimais pas vraiment voir cette jeune fille seule comme ça sans pouvoir finalement arriver à ses fins. Mais les mots ont du mal à venir, j'hésite en lâchant quelques mots par-ci par-là.

"Tu... Tu sais..." Dis-je en essayant de prendre une voix chaude

Je dois me souvenir comment faisait Senna, les moments de "déprime" étaient fréquents pour moi sur les îles malgré la présence de ma bien-aimée. Mais j'ai souvenir qu'elle trouvait toujours les mots pour me réconforter et me redonner envie de chasser toutes ces abominations.

"Je..." Je prends une grande inspiration "Si tu veux, je peux t'aider à trouver celui que tu cherches"

J'avais la tête baissée, je n'étais pas vraiment mal à l'aise, mais je ne pouvais la regarder. J'ai peut-être peur de sa réaction ou peut-être de ce à quoi je ressemble. J'ai cette bizarre impression d'avoir cet air bête qu'ont certaines personnes quand elles sont avec des personnes appréciées. Je remue ma jambe droite nerveusement, je reprends une légère inspiration et tente de prendre une voix chaleureusement.

"Si tu me le permets, je voudrais t'aider à trouver cette personne. Mais pour cela, j'ai besoin de toutes les informations que tu as sur lui. S'il fait partie de Demacia j'ai les moyens de le trouver"

Je prends ma fourchette pour prendre le dernier morceau de viande froide qu'il me reste, mais par nervosité, j'avais pliée cette dernière. Je tends l'oreille et guette la moindre réaction de Thysia, qu'elle soit positive ou négative


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 22 Fév - 22:53


Un soupçon de vie

Lucian me proposait son aide. A ces mots, un grand sourire s’étira sur mes lèvres, mes yeux s’illuminant. Visiblement il connaissait beaucoup de monde à Démacia ? J’étais aux anges qu’il me fasse une telle proposition… Avant de déchanter soudainement, le souvenir de la Rose Noire me revenant en mémoire. J’y avais appris que personne ne donnait rien sans rien, et à me méfier des propositions trop belles pour être vraies. Mais je supposais que c’était peut-être pour lui une façon de se faire pardonner de ce qu’il m’avait fait ?
De toute façon je n’avais rien à perdre. J’aurais donné n’importe quoi pour le retrouver. Sans exception. Alors je lui souris, et tendit la main pour attraper la sienne, en la serrant pour le remercier, un grand sourire aux lèvres.

«  Je serai ravie d’avoir de l’aide. C’est vraiment gentil. Merci beaucoup ! ».

Avec toujours un grand sourire d’euphorie, je lui appris tout ce que je savais sur la personne. Ce qui fut à vrai dire, vite réglé.

«  Je sais que son père avait quelqu’un à son service, une femme, pendant des années, qui a été… Peut-être son bras droit, ou son garde du corps, ou son espionne, ou quelque chose comme ça. Et qui a disparu un jour, en prenant la route vers l’est, peu de temps après que l’homme ait eu un enfant… C’est l’enfant, que je cherche ! Aujourd’hui, il doit avoir plus de dix-huit ans, puisqu’il est plus vieux que moi… Mais pas beaucoup plus que ça non plus ! ».

Il me regardait, ayant l’air d’attendre autre chose. Je clignai des yeux. Visiblement, il s’attendait à ce que je puisse en dire plus sur celui que je cherchai, et je baissai les yeux, reprenant mon repas en silence. Manger chaud me faisait du bien, après des jours de marche depuis les comptées arides et froides et les monts glacés de Frejlord.
Je m’étais sans doute fait des idées… Qui pourrait bien m’aider à trouver quelqu’un, alors que je ne me basais que sur mon instinct, pour trouver cette personne, en espérant que je la reconnaitrai en la voyant, après tout.

« Ca fait quatre ans que je voyage sur tout le continent, et que j’essaye de rencontrer un maximum de personne. J’espère le reconnaitre quand je le trouverai… Ou que lui me reconnaitra. Je suis sure que la marque me le dira.».
Devant son air interrogateur, j’ajoutai

« La marque, c’est la magie qui me lie à lui par le sang. De générations en générations, nos familles sont liées. C’est elle qui me pousse à le chercher, et ma vie n’aura pas de sens tant que je ne l’aurais pas trouvé ».


Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Lucian
› THE PURIFIER
› THE PURIFIER
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 131
Localisation : Les îles obscures

Feuille de Jeu
Réputation :: 2

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Jeu 5 Mar - 22:05



Un soupçon de vie


Un grand sourire fit surface sur le visage de Thysia suite à ma demande. Elle me donne des informations sur la personne puis fait une pause et baissa la tête. J'en conclus que je n'en saurais pas plus, pas de nom, aucune description physique, juste un passé flou et lointain. Je penche sur un ancien champion, si son père avait une espionne ou une garde du corps ce devait être quelqu'un de puissant. Cela m'emmène à penser que si la personne que cherche Thysia est le fils d'un puissant Démacien il a dû recevoir une formation militaire exemplaire et donc a potentiellement était choisit pour combattre dans les rangs Démacien au sein de la league. Enfin si cette mystérieuse personne est Démacienne. Thysia reprit et m'expliqua ce qu'elle entendait par "la marque" cette dernière lie Thysia à la personne qu'elle recherche. Plus j'y pense, plus je trouve son histoire triste, un sentiment de compassion m'éprend, sentiment que j'ai banni depuis longtemps. J'essaye de faire face à mes émotions, et attend que Thysia soit prête a remonter dans la chambre

"Il se fait tard remontons" dis-je quelques minutes plus tard

Je me lève et m'approche de Thysia pour la porter. Je la prends puis je fais route vers la chambre

"Je vais voir ce que je peux faire Thsia, mais je ne suis pas faisseur de miracle, j'ai assez peu d'informations"

Je rentre dans la chambre et j'assois Thysia sur son lit, je penses que mes paroles l'ont déçus et j'en suis désolé. Je lui tourne le dos et me déshabille au pied de mon lit. Je m'y glisse rapidement

"Bonne nuit Thysia, à demain"

 La nuit fut calme jusqu'au petit matin, je me réveille tôt comme à mon habitude. Je me lève discrètement pour ne pas réveiller Thysia, et aller prendre un bol d'air matinal. C'est l'aube, le soleil attaque mes yeux avec sa lumière orangée. Les oiseaux poussent leurs premiers cris pendant que je m'approche du ruisseau pour m'asseoir. J'ai cherché une bonne partie de la nuit si quelqu'un pouvait correspondre à la description de Thysia, mais sans succès. J'ai un peu peur de lui dire, mais j'y suis bien obligé. Je remonte à la chambre, entre et regarde si Thysia est réveillée

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


hrp:
 


Revenir en haut Aller en bas
Tharja
› LE SACRIFICE
› LE SACRIFICE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 22
Messages : 32

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   Dim 8 Mar - 19:14


Un soupçon de vie

En l'observant, je pouvais comprendre, sentir les émotions que ce que je lui racontais émanait. Il avait l'air triste, et je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Etait-ce parce que j'étais moi même triste de ne pas encore l'avoir trouvé ? Ou était-ce, comme beaucoup, parce qu'il avait du mal avec le concept que ma vie soit déjà tracée, sans que j'ai vraiment pu la choisir ?
" Ça me rend heureuse ", je précisai, afin qu'il ne se méprenne pas. " D’avoir une place, un fil conducteur qui détermine mon rôle, quand d’autres sont perdus et errent dans ce monde, sans chemin ni but. Accomplir ce devoir est ma raison d’exister, de grandir, de m’améliorer. "

Je lui souriais, en lui expliquant ça. Je savais quelle était ma place, et rien ne me rendrait plus heureuse que de pouvoir l'atteindre. La seule raison de ma tristesse, de l'absence de sens à ma vie actuelle, était que je n'avais pas encore trouvé celui auprès duquel mon existence prendrait tout son sens.

Cette fois, il eut l'intelligence de m'aider pour monter les escaliers, m'épargnant une nouvelle séance de cascade dans les marches. Je m'étais déjà assez donnée en spectacle pour aujourd'hui. Sans trop savoir pourquoi, j'étais epuisée. Sans doute les restes de magie que j'ai utilisé, mais je dois continuer à consolider ma jambe si je veux pouvoir marcher. Alors, glissée sous les draps, je recommençai mon incantation, discrètement, à voix très basse, pour ne pas déranger Lucian. Mes mains refermées par dessus mon collier pour en étouffer la lumière. Une fois l'incantation terminée, je fermai les yeux, laissant la magie opérer, pendant que je m'abandonnai au sommeil. Dehors, le vent hurlait dans les branches, et faisant légèrement trembler les carreaux salis des vitres de la chambre. Le mauvais temps me rappelait les ouragans et les raz de marée fréquents à Noxus, et une seconde, je me replongeai dans mon passé, avant de chasser nerveusement ces pensées. Si je me distrayais, mon incantation ne fonctionnait pas, je devais faire le vide dans mon esprit. Avoir un peu de compagnie, même silencieuse, m'aide à me sentir bien, après tout le temps que j'ai passé à errer, perdue autour de ces marais.

Demain, nous serions arrivés à Démacia. Avec tout ce que j'avais pu entendre sur la Cité-Etat, je me sentais un peu inquiète, et curieuse en même temps. Peut-être serait-il là bas, au final. Je l'espérais de tout mon coeur. Même si Lucian ne parvenait pas à m'aider, je ne perdrai pas espoir pour autant. Un jour, je trouverai bien quelqu'un ayant entendu parler de ce lien, de cette histoire. Quelqu'un qui pourrait me donner un indice, une piste à remonter, afin de le trouver. De toute façon, je savais que je le trouverai un jour. Les choses ne pouvaient pas en être autrement, et elles en seraient ainsi. Tant que mon coeur battrait, ce serait pour le retrouver, et le servir, pensais-je avec douceur, tandis que le sommeil me gagnait.




Don't know who I am anymore

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un soupçon de vie (PV Lucian) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» Lucian Helsing, le premier Lycan
» L'erreur de nos soupçons est souvent sans retour. (Manon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: North West :: Howling Marsh-