lienlien
› Musiques Riot Games
> http://pathofvaloran.forumactif.org/ < Le forum a déménagé ! Retrouvez-nous sur Path of Valoran



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malzahar
› PROPHET OF THE VOID
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 26

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Ven 26 Déc - 19:28



Je te trouve enfin...



La rencontre avec la grande Syndra, Souveraine Obscure, fut très enrichissant. Savoir qu'un être aussi parfait qu'elle dominait ces terres du haut de son temple volant est rassurant. Et à la fois terrifiant. La défier m'a appris une chose : Sa force égale la mienne. Sa puissance a su déjouer tous mes plans, et la magie du Void s'est frottée à ses étranges boules noires. Nous en sommes restés à égalité, d'un commun accord. Nous nous sommes également promis de nous revoir, sur Ionia ou ailleurs, pour évaluer à nouveau nos forces. Je la laisse à ses méditations dans son temple, alors que je redescends sur la terre ferme. L'île, vue de la haut, est encore plus resplendissante qu'ici bas. L'enthousiasme de cette merveilleuse rencontre diminue au fur et à mesure que je descends... D'autant plus que je l'ai déjà croisé sur les Champs de Justice, par le passé. Syndra est devenue plus puissante qu'avant. Je ne pus m'empêcher de me dire que je l'apprécie en tant qu'adversaire, en tant que grande magicienne aussi. En tant que personne ? Je ne saurais pas le dire.
Je pose le pied sur la terre. Mon regard se lève vers le temple. Aurevoir, sans aucun doute, Souveraine.

Mes pas me guident à nouveau dans les forêts d'Ionia. Elles s'étendent à perte de vue, et il me faut plusieurs heures avant d'en voir le bout. Je m'arrête quelques instants de repos, où je pus me restaurer avec les fruits des arbres -disons que c'est surtout pour passer un peu le temps, vue que vous vous en doutez, je n'ai plus franchement le besoin de me nourrir autant qu'avant. J'observe l'environnement autour de moi. Plutôt calme, je trouve. La vie s'écoule normalement, dans une nature sauvage. Quoi que, on sent quelque part que l'homme a imposé sa puissance ici. Plus j'avance, plus je remarque des sculptures perdues au milieu des arbres. Elles représentent sans doute des dieux, ou des personnages mythiques de la région. Il arrive que je trouve des édifices qui servent plus aux pèlerins qu'aux quotidiens de tous les jours... D'ailleurs, je n'ai pas retrouver de villages. On les compte ici...
Mais peut-être ais-je parlé un peu vite qu'un gigantesque édifice s'élève sous mes yeux. En voilà une belle bâtisse. Ce n'est pas un temple, c'est beaucoup plus vaste. Le bâtiment qui fait office de temple domine des murailles qui protègent des lieux... On dirait... Des jardins ? Intéressant.
Ma curiosité naturelle me pousse à m'approcher. Je plane jusqu'au muraille où je me cache dans ses ombres. J'avance discrètement pour atteindre une entrée... Il n'y a personne, pour le moment.
Les lieux sont calmes -cela ne nous étonne plus- et c'est bien un grand jardin qui s'étale au pied du temple. Je dois avouer que c'est joli...

Je marche au milieu des chemins en planches de bois. L'eau est claire, et flotte dessus des lotus par centaines. Roses, violines, parfois un peu bleutés, elles font que cet endroit soit moins fade. Elles donnent de la couleur et de la beauté. Parfait pour se reposer. Oui car ce combat avec Syndra m'a épuisé... Je chercherais sans relâche l'être qui m'appelle plus tard. Je choisis un coin au milieu des arbres et des lotus pour me poser, à l'abris des regards. C'est en planant au dessus de l'eau, là où personne n'aurait l'idée d'aller, les jambes croisés, que je médite, tranquillement.
Après quelques minutes, alors que mon esprit commençait doucement à se reposer sous les senteurs des lotus, des visions viennent me hanter à nouveau. En voilà des images radieuses : des temples qui brûlent, des arbres en flamme, des gens qui fuient... Et un homme, qui ne bouge pas. Un homme qui n'a pas peur, qui reste immobile devant moi. Qui est-ce... Ce visage ne me dit rien, mais tout mon être m'indique que je le connais. Étrange.

J'ouvre doucement mes yeux foncés. La magie en moi est calme, d'où le fait qu'ils ne la reflètent pas. Le soir commence à venir, car les pétales de lotus reflètent moins la lumière du soleil. Le temple est toujours aussi calme, au point de me demander si des gens vivent ici. Je reste au dessus de l'eau, jambes croisés, comme pris d'une légère léthargie. Cet homme est important. Et quelque chose me dit que je ne vais pas tarder à le croiser sur mon chemin.
Notre chemin.
Et il marchera à nos côtés.

Le vent commence à se lever...


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Eidô
› LA LAME MAUDITE
› LA LAME MAUDITE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 24

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Ven 26 Déc - 23:10



Je te trouve enfin...


Quelqu'un dans mon temple ?! Je ressentis une présence, quelqu'un venait de franchir la ligne à ne pas dépasser. J'ouvre mes yeux et je fais face à un grand soleil, il faut que j'aille voir ce que c'est, je ressens une puissance bien trop grande pour ne pas laisser cet individu faire ce qu'il veut chez moi. Ni une ni deux, j'enfile mon armure qui se résume à une imposante épaulière et un protège bras pour la partie droite de corps. Je m'étire, car il faut dire que cela quelques jours que je suis là sans bougé... Pourquoi ? À vrai dire même moi je ne le sais pas, on m'a toujours appris à méditer quand j'avais du temps libre, le seul souci c'est que je n'ai pas vraiment de temps libre si je veux vraiment retrouver celui qui m'a "transformé". Ma lame se tenait face à moi sur son support, elle était ma seule compagnie, une fois dégainés les rayons solaires se reflètent dans cette dernière, elle est d'une beauté inégalable. Elle appartenait à mon père qui lui-même la tient de son père, elle a été forgée dans les anciennes forge ionienne ce qui en fait une lame d'exception. Soudain, je sens la puissance de mon invité diminuée, je rengaine mon arme et la fixe correctement avant de me hâter afin de ne pas perdre sa trace. Je sors et retrouve mon antre, ce temple est d'une magnificence comparable à aucun autre ses fontaines, ses bassins où déambulent dans des lotus par centaines, ces cerisiers qui jonchent les entrées et sorties des différentes parties du temple commençaient à fleurir et arborer une légère couleur rose qui leur donné tous leurs charmes. L'étranger se trouvait à quelques pas d'ici et là discrétion me parait la meilleure approche face à quelqu'un de si puissant, serait-ce Syndra ?

 La dernière fois qu'elle est venue c'était pour tenter de m'asservir, mais elle a lamentablement échoué en essayant de me combattre elle est visiblement tombé sur quelqu'un de plus fort qu'elle et j'avoue que je n'en suis pas peu fier, car elle se vante à longueur de temps d'être la plus puissante...

le soleil commence à tomber, j'en profite donc pour m'approcher doucement de mon invité. Il ferme les yeux. Il se croit dans un vieux temple abandonné ou quoi . Effectivement c'est le cas, mais je vis dedans ! Soudain ses yeux s'ouvrent, m'a-t-il aperçu ? Je ne pense pas, mais je décide de m'approcher la main gauche prête à passer à l'action en cas d'agression. Mais juste avant que je ne sorte de mon coin, une légère brise de vent vient caresser mon corps, j'apprécie beaucoup ces petits moments où je peux ressentir la nature de caresser et aussi la voir danser et me parler grâce à ces somptueuses feuilles de cerisier qui virevoltent au gré du vent, mais pour être franc ça me donne froid... Je m'approche du barbare qui ose rentrer chez moi sans frapper et l'interpelle assez chaudement.

 Eh toi ! Qu'est ce que tu fais là ?! Fous moi le camp de d'ici je vis ici.

Je suis un peu rustre, mais le bougre s'introduit chez moi sans demander la permission quand même... Il était bizarre et certainement pas du coin, sa tête encapuchonnée dans un tissu violet avec des écrits possiblement runiques on ne pouvait voir que ses yeux qui étaient extrêmement sombres. Son corps était somme toute assez banal, mais je reconnais qu'il assortit très bien ses vêtements. Il portait une dague à sa ceinture, elle me rappelle le style Shurimien mais le violet ne fait pas réellement partie de leur code couleur. Il tourna la tête vers moi et esquissa un grand sourire. Qu'est-ce qui le faisait rire ? Soudain je ressens une douleur au torse, exactement à l'endroit où j'avais été frappé lors de la Grande guerre ionienne. Une marque s'illumina sur mon torse, l'étranger se lève et se rapproche petit à petit de moi. Pour dire vrai... Je panique.

FICHE PAR FALLEN SWALLOW




"Hmph ! Tu es si faible..."
Revenir en haut Aller en bas
Malzahar
› PROPHET OF THE VOID
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 26

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Mer 7 Jan - 20:49



Je te trouve enfin...



Le vent devient plus froid au fur et à mesure que la nuit approche. J'ai ouvert les yeux au moment où j'ai senti la présence de l'humain dans ce temple. Rien n'a bougé jusque là, j'ai cru à un temple abandonné. Mais j'ai eu tord, semble-t-il.
J'attends avec patience que le maître des lieux se présente devant moi, toujours les jambes croisés, planant au dessus de l'eau calme.
Au moment où il arrive enfin dans mon champ de vision, j'entends au fond de mon crâne la voix d'Icathia, s'exprimant fortement et de manière chaotique - Mon enfant, tu es là. C'est lui. Il est venu jusqu'à nous. Il a retrouver le chemin, il nous suivra -

Je grimace, les yeux fermés de nouveau, mes mains tenant ma tête douloureuse.
Un peu de silence, que je puisse réfléchir... !
Les voix se tuent, lentement...

Lorsque mes yeux s'ouvrent à nouveau, ils sont illuminés. La magie se réveille. Je perd un peu le fil du temps, et je suis incapable de dire si l'homme est à côté de moi ou non. En l'espace d'un quart de seconde, je suis devant lui, dans la même position que tout à l'heure quoi qu'un peu plus haut. Mon regard le jauge et mon sourire s'agrandit. Te voilà toi.
L'homme souffre, je le ressens bien. Son regard exprime la douleur et la panique. Il ne doit pas savoir comment réagir face à la marque qui s'illumine sur son torse... Cette marque qui... m'attire.
Je réponds à cet appel hypnotique en me "levant". Mes pieds touchent le sol et je m'approche du ionien. Je devine sans peine ses origines, de part l'arme qu'il porte, sa posture, ses vêtements, son physique, mais aussi parce que peu d'étrangers traînent seuls dans des temples délaissés.
Guidé par l'instinct, je pose ma main sur la marque qui déchire les entrailles de l'homme. Je murmure quelque chose d'inaudible, voulant tout d'abord calmer la magie qui risque de ronger l'hôte...

...
Puis, je lève les yeux vers le ionien. Un sourire mesquin se dessine.
- Bonsoir.

Sur mes mots, je pousse l'homme sur le pont en bois derrière lui. Je n'ai mis aucun effort dans l'action, ce qui m'étonne beaucoup. Est-ce le lien qu'il a avec le Void, et donc avec moi qui me donne tant de contrôle ?
- Intéressant... , murmurais-je. Je m'attendais toutefois à trouver une créature. Hors, je tombe sur toi. Mais cela reste intéressant.

Je l'observe. La situation m'intrigue au point de ne pas comprendre ce qui a pu se passer. Il me semble bien avoir senti une créature, sortie tout droit du Void, quelques années auparavant. Me serais-je fourvoyé ? Peu de choses m'échappent, et pourtant l'identité de l'homme et la manière dont il a eu ses pouvoirs font partis de mes interrogations. Je tressaille un peu, le temps que ma puissance s'amenuise. Mes yeux sont redevenus normaux et ne lâchent pas ceux du ionien. J'abaisse mon échappe, ne cachant plus un visage neutre, qui penche un peu sur le côté, intrigué.
- Qui es-tu, ionien ? , Demandais-je sans gène au guerrier face à moi.

Je n'ai aucune crainte à avoir, et mon comportement le fait ressentir au plus fin observateur. Même si une puissance en ce monde existe qui soit capable de m'arrêter, je l'attends de pieds fermes. Je ne demande qu'à m'amuser. J'espère que ce jeune homme peut me donner satisfaction.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Eidô
› LA LAME MAUDITE
› LA LAME MAUDITE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 24

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Jeu 8 Jan - 22:39



Je te trouve enfin...


...Oui, je panique. Les yeux de l'étranger s'illuminèrent puis il se leva pour mettre sa main sur la marque présente sur mon torse. Pendant tout ce temps je n'ai pas bougé, pourquoi ? Je pense que pour la deuxième fois de ma vie j'ai peur. Cet homme dégage une puissance telle qu'il peut mettre fin à ma vie en une fraction de seconde. Une fois sa main posée, une douleur immense envahi mon corps, j'ai l'impression qu'il tient mon coeur dans sa main ou encore qu'il déchire chaque muscle mon robuste corps. Je souffre terriblement mais à l'extérieur je ne bouge pas d'un millimètre mais petit à petit la douleur se dissipe

 L'étranger me poussa violemment en arrière, serait-il en colère ? Je sens con corps bouillir, j'ai comme une énorme envie de riposter, une envie de lui coller une bonne patate bien violente. A vrai dire, je n'ai pas l'habitude de me laisser marcher sur les pieds, j'ai juste envie qu'il souffre autant que ce que je viens de subir. Avant que je ne passe à l'attaque il décide de m'adresser la parole et de me demander qui je suis.

Je m'appelle Eidô, je suis un ermite et j'ai investi les lieux. À mon tour de poser une question, qui es-tu et que fais-tu là ?

 Il reste stoïque et ne semble pas vouloir me répondre. Je ressens une douleur apparaître au niveau de mon torse mais elle ne ressemble pas à celle que je ressens d'habitude. Elle grandit encore et toujours, la marque refait surface et brille bien plus que d'habitude. La douleur s'empare de mon torse, de mes membres puis de ma tête et ne cesse de croître. J'ai l'impression que l'on poignarde mon corps sans arrêt. Je ne fais même plus attention à l'étranger, la douleur est insupportable, je tiens ma tête avec mes mains, mes jambes cèdent, je tombe sur mes genoux et commence à pousser des cries de douleur. La marque explosa et là, c'est le trou noir, je pense m'être évanouie.

À mon réveil, je n'étais plus le même. À ce moment-là, je ne contrôle plus mon corps et je ne peux que constater ce que "je" fais. Mon torse et mes membres sont parcourus de raies violettes, ces dernières semblent prendre source au niveau de la marque, pour se diriger vers les extrémités de mes membres. Je lève la tête pour voir l'étranger qui semblait étonné de ce que j'étais devenu. Un sentiment de rage et de haine incontrôlable s'empare de moi, je ne pouvais retenir cet accès de fureur malgré des efforts de ma part je saute violemment sur l'homme que j'ai la bizarre impression de connaître, j'agis sans pouvoir me contrôler et donne un puissant coup à l'étranger déjà à terre

 Malzahar ! Pour m'as-tu appelé ?! Tu ne sais pas à qui tu t'attaques ! Je ne veux pas rejoindre ta quête elle ne m'intéresse pas !" Dis-je rudement à Malzahar

 Qu'est-ce que je raconte ? Quelle quête ? J'agis de façon bestiale, je me lève et laisse Malzahar à terre, j'explore du regard le temple comme si je ne connaissais pas les lieux. Mon comportement s'apparente à celui d'une bête féroce, je sens les lieux et j'ai surtout une envie de tuer. Cette envie de sang, incontrôlable qui vous ferait assassiner une personne au hasard juste pour la voir souffrir. Malzahar se lève et semble énervé veut-il se battre . Ou simplement me parler . Je ne sais pas mais ce que je sais c'est que je voudrais bien récupérer mon corps...

FICHE PAR FALLEN SWALLOW




"Hmph ! Tu es si faible..."
Revenir en haut Aller en bas
Malzahar
› PROPHET OF THE VOID
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 26

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Ven 9 Jan - 22:04



Je te trouve enfin...



Eidô, l'ermite. Pourquoi pas...
Je m'attends toujours à un nom à rallonge lorsque je demande le nom d'une personne. Un homme qui va donner son prénom que j'oublie parce qu'il ajoute des titres, des noms de familles, des surnoms derrière. Alors qu'en face, il ne s'adresse qu'à Malzahar, tout simplement. On me surnomme quelque chose le Prophète, mais je ne m'en vente pas. Je souris un peu mieux lorsqu'on sait reconnaître en moi le Vide, le Néant, la puissance du Void.

Eidô. L'ermite, le vagabond. Il m'inspire une certaine sympathie, dommage qu'il soit touché par la Marque. Je ne la lâche pas des yeux, elle m'intrigue. Elle m'inquiète aussi, car je ne sais pas si c'est quelque chose de prévu par les desseins du Void ou si c'est une chose "accidentelle". Cette Marque, n'étant pas de mon fait, je ne peux pas la contrôler complètement. Ce qui me laisse à penser que ses origines n'ont pas prévu de repartir. Cette créature sortie tout droit du Void, qui a posé sa trace sur le guerrier, c'en est allée sans le vouloir. Sans doute... Mais alors, si je ne peux pas la contrôler -et donc contrôler Eidô- , si je ne peux pas lui demander de servir amplement notre cause... Qu'est-ce que je dois faire de lui ? Mon rôle dans cette histoire est déjà terminé. Je peux très bien le surveiller de n'importe tout, car je peux sentir les énergies de mes "semblables". Pourquoi le destin m'a fait venir jusqu'ici ? Juste pour constater qu'un humain est resté humain avec la marque du Void sur lui ?
Non... Quelque chose doit clocher.
Il pose à son tour la même question que la mienne, et je le regarde, passif. Je finis par hausser les épaules. Je m'en vais lui répondre, lorsqu'une énergie familière m'arrête.

Eidô grimace, commence à pousser des hurlements de douleur. La Marque se met à briller, le faisant souffrir terriblement. Je fronce les sourcils, sans comprendre ce qui arrive. Je ressens une énergie de l'autre plan passer de l'intérieur du corps de l'homme. J'ouvre les yeux en grands. Je crois comprendre ce qui a pu se passer par le passé...
L'homme tombe sur le sol et semble évanouis. Surpris, je ne bouge pas, et lève les yeux au même rythme qu'il se relève.
Non pardon... "Qu'ils se relèvent" plus précisément. Mais, comment ?! ... J'attends, j'observe avec attention et constate tout doucement toute l'importance de la Marque. C'est en réalité une "porte". Un Lien. La créature, de l'autre côté, s'est lié à Eidô en le touchant. Elle peut maintenant venir dans ce monde sans son corps, transmettre sa conscience dans celle du guerrier. Habiter dans le même corps, une entité et un homme, ensemble.
Stupéfiant. Le Void a encore beaucoup de chose à me montrer. Je penche la tête vers le guerrier, admirateur, curieux, avide de connaissances. Je veux comprendre comment cela peut être possible, et pourquoi cela se produit-il maintenant ? Ma présence a-t-elle éveillé la magie en lui ? Je ne pense pas. Je ne suis moi-même qu'un Lien qui permet aux habitants du Void de venir dans ce monde.
Le deuxième point commun que j'ai avec Eidô. Car moi aussi, je vis comme un vagabond.

Je regarde avec curiosité les raies violettes qui parsèment le corps du guerrier. Je commence à m'approcher doucement. Je regrette déjà l'avoir fait en apercevant un regard rempli de haine. Une rage que j'ai déjà observé chez mes semblables. D'ailleurs, similaire à celle des hommes, parfois. Sauf que les Voidiens possèdent une rage incommensurable en comparaison.
Eidô, ou l'Entité Voidienne, se rue vers moi avec violence. Je ne me suis pas fait agressé de la sorte depuis des lustres, et la rapidité de l'action m'empêche de riposter. Par panique, je protège mon visage qui se reçoit des coups poings. Je peux invoquer mes compagnons, sauf que l'Entité ne me laisse pas le temps de faire ou dire quoi que se soit. Ce dernier en profite pour m'appeler par mon prénom...
Cela ne m'étonne guère, car tous les Voidiens me connaissent. Ils savent grâce au lien qui je suis.
Certains me détestent ouvertement, comme celui-ci. La créature parle à travers la bouche d'Eidô, et je sais ce dernier en détresse. Je le ressens.

Je finis par rouvrir les yeux lorsque l'accès de violence de la bête s'achève. J'en profite pour me relever, et je commence à incanter. Mon regard redevient bleuté lumineux et je me mets à décoller du sol. Mes yeux fixe durement le voidien qui cherche du regard quelque chose ou quelqu'un à se mettre sous la dent, sans aucun doute. Les créatures du Void dépense énormément d'énergie en venant sur ce monde. Ils cherchent toujours à la regagner rapidement sous peine de disparaître. Mais dans le cas de celui-ci, vue qu'il est lié à une humain, je ne pense pas qu'il puisse partir. Rassurant, et à la fois stressant de le savoir. Mon visage s'assombrit, tandis que mes mots sont durs.
- Tu vas m'écouter clairement, Voidien -à défaut de connaître ton nom. Je ne t'ai pas invoqué. Tu as eu un léger accident avec ce corps que tu hantes par ta marque. Tu peux désormais passer de Néant à Tout, venir physiquement ici à travers l'humain... Mais cette magie à sans aucun doute des limites.

Sur mes mots, accompagnés d'un sourire dément, je lève mes mains qui dégagent une magie bleuté et violine. Elle fait apparaître des petites créatures voidiennes qui ne tardent pas à attaquer le guerrier.
- N'oublie pas qui nous sommes, firent à l'unissons la voix du prophète avec celle d'une autre voix mystérieuse. Si nous te l'ordonnons, tu serviras la Cause. L'Avènement approche. Le monde tombera sous Notre arrivé.

Dégager tant d'énergie m'épuise, mais je tiens bon alors que les petites bêtes grandirent d'un seul coup pour empêcher le guerrier de venir refaire du mal à leur maître. Elles se comptent déjà par dizaine. Mais le but n'est pas de blessé Eidô, elle ne font que le ralentir. Car comme je le pense, l'emprise de l'Entité va finir par lâcher, et permettre à l'homme de récupérer son corps. A partir du moment où le Voidien n'est pas nourris par la magie ou par la chair et le sang, il ne peut pas rester longtemps.
En tout cas, je l'espère, car je n'ai aucun don martial. Je manque cruellement d'entraînement sur ce point de vue là. Cependant, par mesure de sécurité, je commence à rassembler ma magie, lançant des regards menaçants à l'Entité en face de moi.
Si la voix d'Icathia ne lui inspire pas le respect, je peux lui en donner en le renvoyant au Vide.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Eidô
› LA LAME MAUDITE
› LA LAME MAUDITE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 20
Messages : 24

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Jeu 15 Jan - 21:53



Je te trouve enfin...


Je ne peux plus contrôler mon corps et j'avoue que c'est assez dérangeant. Après cet accès de rage et après avoir donné plusieurs coups à Malzahar, je me relève et recule. J'ai toujours cette posture un peu bestiale. Malzahar se relève et ses yeux commencent à se colorer en bleu voire violet. Il lévite et commence à incanter, suite à ça je perds toute vision de la scène, que m'arrive-t-il ?

 Je ne vois rien, suis-je mort ? Non, j'entends une voix, elle m'appelle sans cesse, je commence à crier quelques mots pour savoir si je suis seul ou s'il y a quelqu'un. J'entends des bruits de pas, des flambeaux prennent feu tous en même temps. La lumière laisse paraître un autel devant moi, sur ce dernier il y a beaucoup d'inscription dans une langue inconnue. Je regarde autour de moi, je suis toujours seul, plus de bruits de pas, je n'entends plus mon nom. Derrière moi il y a une porte ronde avec une ouverture ronde au milieu qui laisse transparaître un liquide visqueux rouge. Juste en face de cette porte il y a un portail violet, l'autel se tient entre les deux portes. Apparaît devant moi un homme, enfin je crois, il est très grand et massif. Ses cheveux sont mi-longs, il porte bizarrement un masque d'apparence traditionnel Ionien qui cache complètement son visage, il a une armure qui a aussi un aspect Ionien mais qui ressemble à une carapace d'insecte. Il s'avance et m'adresse la parole

Bonjour Eidô, bienvenue dans la marque... Il se mit à rire doucement avec un petit air narquois

La marque ? Qui es-tu ? Où sommes-nous ? Dis-je d'un ton assez sec

 L'homme en face de moi sourit et avance avant de s'asseoir sur l'autel. Comment connaît-il mon nom ? Quand il dit la marque... Parle-t-il de celle sur mon torse ?

Ne sois pas si tendu, ici tu ne crains rien et moi je ne te veux aucun mal. Je suis Ur'sinne, l'incarnation de la rage du Void. Nous sommes dans la marque, celle qu'il y a sur ton torse, elle fait le lien grâce à cet autel, le lien entre nous-deux

Laisses-moi te poser d'autres questions... Tu dis être l'incarnation de la rage mais pourquoi ne t'en prends-tu pas à moi ? Pourquoi ce lien ? Pourquoi moi ?

C'est très simple, car je veux passer un pacte avec toi. Si tu acceptes de combattre Malzahar pour moi, je te ferai don de mes pouvoirs. Si tu n'acceptes pas je ne t'en voudrais pas mais tu seras rongé de l'intérieur et tu mourras à petit feu le temps que je me nourrisse de ta force vitale

Je crois que je n'ai pas vraiment le choix donc j'accepte. Dis-je en soupirant. Je souhaite juste savoir comment te recontacter et aussi je souhaite récupérer mon corps si possible...

Marché conclu mon ami, pour me contacter pose tes mains sur ton torse et je t’emmènerai ici.

Tout à coup, je revois ce qui se passe avec Malzahar il y a une dizaine de bêtes probablement Voidienne, et leurs contrôleurs, ce dernier incantant. Je sens mes forces s'envoler petit à petit, je faiblis, ma vision diminue, je vois de moins en moins le prophète puis je tombe et je perds connaissance. J'entends la voix d'Ur'sinne qui me dit : "J'ai épuisé mon temps de présence, je te laisse à présent". Je me réveille doucement et plutôt difficilement je l'avoue, les raies sur mon corps ont disparu, la marque ne brille plus du tout et je crois que je peux recontrôler mon corps à présent. Malzahar n'a pas bougé et commence à dire avec ses serviteurs un appel du Void qui me fait très peu d'effet mais peut-être plus à Ur'sinne. Maintenant ses pouvoirs disparus, je crains un passage à l'offensive du prophète, je pose donc une main sur l'extrémité de ma lame pour être prêt à me défendre. Je choisis de garder ce que je viens de vivre pour moi, c'était assez spécial et je n'avais pas vraiment le choix mais je vais suivre Ur'sinne pour le moment. Je dois combattre Malzahar . Sans les pouvoirs de mon invité je risque de ne pas faire le poids conter le prophète malgré son manque fulgurant de capacités martiales. Je veux sa version des faits afin d'évaluer ses connaissances sur Ur'sinne.

Qu'est-ce qu'il vient de m'arriver ? Explique-moi. Dis-je d'un air un peu choqué

Il semblait un peu dérouté des évènements, j'espère qu'il ne sait pas que je dois le combattre car il risque de mal le prendre et risque de m'attaquer, le souci c'est que je ne peux pas le combattre....

FICHE PAR FALLEN SWALLOW




"Hmph ! Tu es si faible..."
Revenir en haut Aller en bas
Malzahar
› PROPHET OF THE VOID
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 26

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   Sam 21 Mar - 20:46



Je te trouve enfin...


Je suis dépassé par ce qui se produit sous mes yeux. Eidô subit un changement du Void que je n'ais encore jamais pu observer auparavant ... Ses marques prouvent qu'il est devenu autre chose, ainsi que son comportement. Il cumule les deux traits visuels qui montrent qu'il est devenu une créature à part entière du Void mais... Lorsqu'il me parle, là maintenant, il n'est pas lui-même. Ce n'est pas comme avec Kassadin, qui est resté lui-même mais qui possède de sombres pouvoirs. Là, il a les pouvoirs mais plus sa conscience... Quelqu'un d'autre à pris sa place. Il me regarde avec ses yeux sauvages et ne répond pas à mes avertissements. Je ne sais pas si je dois mettre en oeuvre mes menaces, ou si je dois attendre de voir ce qu'il va faire... Si je suis ici pour veiller sur lui, je dois le lui faire comprendre d'une manière ou d'une autre, et lui dire que je ne suis pas son ennemi.
Ceci dit, j'ai l'impression que ce point là va être très compliqué à lui faire saisir ...

C'est étrange, pourquoi ne bouge t-il plus ? Je fronce les sourcils et j'ordonne aux Voidlings de ne plus bouger. Ces derniers obéirent et s'écartent, restant sur leurs gardes tout autour du guerrier. Pendant plusieurs minutes, rien ne se produit. Il regarde un point dans le vide, et j'ai comme l'intime conviction qu'il "voit" quelque chose. Mais dans sa tête. Subit-il une vision du Void ? Est-ce que la magie prend peu à peu possession de lui pour qu'il nous rejoigne ?
Je ne comprends pas ce qui se passe et je ne vais pas tarder à en apprendre davantage, car je sens quelque chose qui me surpris. Une autre présence communique avec lui. J'en profite pour fermer les yeux et me concentrer. Je perçois les pensées des deux personnages, qui tentent de communiquer entre eux dans un endroit qui appartient à la fois au Void et à la terre des mortels. Cette marque permet ce lien, ce transfert de pensées... Intéressant.
Il s'appelle Ur'sinne.
La Rage du Void.
La Marque les lie.

J'ai dû mal à percevoir la suite, mais je pressens qu'Ur'sinne n'est pas comme les autres voidlings. Il est très puissant et à la fois très limité. Cette créature ne possède aucun impacte sur cette terre et il n'en a que grâce à l'intervention d'Eidô, en prenant possession de son corps. Ses pouvoirs se basent sur ça et il semble pouvoir donner à son porteur une force incroyable... Oui, j'ai pu en prendre connaissance et mes bras s'en souviennent encore. Ce que je ne comprends pas, c'est pouvoir semble-t-il réticent à communier avec sa fratrie.
J'ouvre les yeux, et je regarde Eidô d'un air sombre. Que puis-je faire de lui, maintenant que je sais tout ça avec certitude... ?

J'attends qu'Eidô se reprenne ses esprits suite au choc du lien qui se brise. En tout cas, je peux constater qu'Ur'sinne n'est pas très endurant comparé à d'autres voidlings. Je croise les bras et pose le pied au sol pour être à la hauteur du guerrier. Je ne peux m'empêcher d'être admiratif face à sa détermination, alors que son corps est condamné à porter une marque qui le ronge. Il subit un sort pire que Kassadin, si tout comme le Marcheur il n'accepte pas de rejoindre entièrement notre Cause.
Je penche la tête sur le côté avec curiosité lorsqu'il se relève et me regarde avec méfiance. Sa question me surpris. Je ne m'attends pas à ce qu'il me demande une chose pareille... Peut-être ne se souvient-il pas vraiment de son échange avec Ur'sinne.
Je m'assoie doucement sur un des bancs qui décorent le temple sur ces ponts en bois, ne le lâchant pas du regard. Mon comportement n'est plus agressif, ce qui pousse mes compagnons du Void à redevenir calmes également. Ils restent tranquille, gardant à l'oeil l'homme qui peut menacer la vie de leur maître à tout moment.
- Tu as été en contact avec le monde du Void, répondis-je. La marque que tu portes te lie à Nous... C'est la créature qui t'habite qui l'a créé, lorsqu'elle est entrée en contact avec toi il y a plusieurs années... De ce que j'en sais, il s'appelle Ur'sinne, mais tu es au courant, n'est-ce pas, puisque vous vous êtes parlés ?

Je souris doucement, toutefois sans moqueries ni mesquineries. Une première pour Eidô.
- Ur'sinne, la Rage du Void. Un conseil, jeune guerrier, quoi qu'il t'ait dit, ne lui fais pas confiance. Il semble réticent à obéir. Pourquoi ? Je ne sais pas. Il est peut-être fautif, accusé d'un mal par les Siens. Pourquoi il t'a choisi toi ? Pure accident... Je pense que tout ce qui se produit en se moment n'est qu'un fruit du hasard, une destiné écrite...

Je fronce les sourcils.
- Mais qu'est-ce qu'Ur'sinne t'as dit, exactement ? Tu sembles méfiant envers moi, alors que tu as attaqué le premier. Je ne sais pas ce que le Voidling de la Rage t'as dit, mais je ne suis pas ton ennemi, Eidô. Bien au contraire, figures toi que je cherchais la créature qui te hante, pour la surveiller. Ce qui signifie qu'elle n'a pas la confiance du Void et elle ne risque pas d'avoir la tienne, puisque plus le temps passe, plus elle te tue à petit feu.

Un léger sourire en coin se dessine sur mes lèvres.
- Car saches le, Eidô, qu'une fois un contact avec le Void fait, c'est irréversible.

Les retours en arrière ne sont plus possible et sont même condamnant pour le mortel. Après avoir pris connaissance de tout ça, j'espère qu'Eidô m'écoutera mieux à l'avenir. Si je peux l'avoir de mon côté, peut-être arriverais-je à convaincre Ur'sinne de calmer sa rage et d'obéir aux desseins d'Icathia.

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je te trouve enfin... [Ft. Eidô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je te trouve enfin ( Pv avec Crystal)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» AIDE AUX AVATARS ✗ trouve ta tête !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: Surrounding Islands :: Ionia :: Jardins de Lotus-