lienlien
› Musiques Riot Games



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Puissance du Néant ♦ ft Malzahar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syndra
› THE DARK SOVEREIGN
› THE DARK SOVEREIGN
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 70
Localisation : Ionia

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t55-syndra-grimoire#455

MessageSujet: Puissance du Néant ♦ ft Malzahar   Jeu 11 Déc - 13:57



PUISSANCE DU NÉANT


Le froid mordant de l'hiver effleurait mon visage de porcelaine. Au bord de cette petite île où ma forteresse est située, je regarde en contrebas et aperçoit l'un des villages encore sous les décombres et la cendre. Il y a quelques jours de cela, j'étais descendu en flèche dans la nuit la plus noire, me faufilant dans les sous-bois. Zed était venu me rejoindre, sans réellement savoir qu'il était dans les parages. Simplement un pressentiment. Je me suis débrouillée pour assouvir ma soif de pouvoir et éradiquer toute personne ayant voulu me stopper. Mon fidèle allié ayant fait diversion, nous nous sommes infiltrés et avons mis à feu et à sang ce qui nous entouraient. Les faibles maîtres d'Ionia ne peuvent perdurer et c'est mon devoir de les tuer, voici mon objectif. Je suis la souveraine obscure. Ceux qui se dressent devant moi finiront par périr de cette matière noire concentrée en magie. Rire Désormais, les bâtisses ne sont plus qu'un tas de cendre, des corps jonchent le sol et moi, dressée dans les hauteurs d'Ionia, j'admire ce paysage et l’œuvre de mes exploits. Bien entendu, Zed fut remercié et il sait qu'il peut compter sur moi à n'importe quel moment. Je retourne dans mon temple et m'installe confortablement, les jambes croisées et les yeux rivés devant moi. Mon corps se soulève tandis que je reste silencieuse et en transe.

Le temps défile à une vitesse hallucinante, quelque chose va se passer. Une puissance magique s’apprêtait à rejoindre Ionia, mes sens étaient en alerte. J'envisageais de m'entraîner encore dans le jardin en face du temple, usant mes pouvoirs sur les quelques mannequins encore en état. Mes sphères noires les brisent, les explosent, les éclatent tandis qu'un sourire en coin apparaît sur mon visage. Le jour où je rencontre une personne dotée d'un pouvoir immense, il va devoir se mesurer à moi. Personne ne peut contester ma puissance et ce sera le plus beau des combats ! Depuis que l'institut de guerre n'existait plus, ce n'était plus que du " chacun pour soi''. La solitude me pesait un peu. Seul Zed avait réussi à avoir une ouverture d'esprit qui me plaît, un savoir et des techniques incroyables qui méritent mon admiration. Tout comme moi, il rejeta son maître et augmentait sa force de jour en jour, allant dans la voie que son cœur lui dictait et non son Ordre. La voie de l'Ombre est celle qui lui permit d'avancer et il éliminait tous ceux qui désiraient l'ignorance.

Je ne savais pas dans combien de temps cette essence magique poserait le pied sur Ionia. Toutefois, je songeais à l'espionner le temps qu'elle fasse son apparition. Peut-être même que les maîtres sortiront de leurs tanières et qu'ils se réuniraient contre cet être. On entendait des échos sur une puissance sombre et puissante, la magie du Void. Des bêtes du néant seraient en train de dévaster les terres de Valoran, mangeant et tuant tout être vivant sur leur passage. Si tel était le cas, ces bêtes s'aventuraient sur les îles et nous tous étions en danger. Cependant, une question me taraudait. Si le Void s'empare de Valoran et tue tout le monde, je n'aurai plus la possibilité d'éradiquer les maîtres et encore moins pouvoir défier ces créatures du néant. S'ils sont si puissants, seule, je ne pourrais certainement rien contre eux. Non. Je ne devais pas céder à la peur. Je ne devais en aucun cas périr par l'un d'eux. Après tout, nous ne savons rien d'eux. Sont-ils doués de parole et de sagesse ?

***


Les nuits et les jours se succédèrent mais cette sensation de puissance ne faisait que s'accroître de jour en jour. Je ne tenais plus en place. Bien que ma concentration soit à son summum, je doutais de mes capacités. Est-ce que cette essence magique pouvait également me sentir ? Savait-elle où se diriger ? Allait-elle me rejoindre dans mon temple au milieu des nuages et du soleil ? Je regardais mes mains et créais une sphère de matière noire, plongeait mon regard dans cette masse noire entourée d'un halo violacé. Puis, je la projette par l'une des fenêtres et celle-ci explose un arbre qui vole en éclat. Non. Non je ne faillirai pas. Si je dois défier cette puissance, alors soit. Nous aurons notre terrain de jeu.

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Dernière édition par Syndra le Mer 17 Déc - 21:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malzahar
› PROPHET OF THE VOID
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 26
Messages : 26

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire ::

MessageSujet: Re: Puissance du Néant ♦ ft Malzahar   Mar 16 Déc - 23:29



PUISSANCE DU NÉANT




Dans les méandres noires et magiques du Néant, j'avance. J'imagine que je le fais. Ma volonté souhaite se rendre quelque part. Sauf qu'au lieu d’emprunter un bateau, je passe par les voies sinueuses et impénétrables (pour les mortels) du voile magique. C'est un processus épuisant, mais de courte durée fort heureusement. Dans quelques instants, je serais téléporté sur Ionia, cette grande île qui prétend être merveilleuse. Soit, je ne dois pas me montrer si impertinent... Après tout je ne connais que le désert et les bas fonds de Zaun. C'est à peine si j'ai eu le temps de voir Noxus, qui me semble plus intéressante... Mais le temps, pour les mortels, est très précieux. Fort bien, peut-être que Ionia saura me... Je sens le lien avec le flux magique se rompre, et soudain je me retrouve assis sur un rocher. La fatigue m'atteignant, je garde les yeux fermer, jusqu'à ce que la migraine passe... Un œil, qui découvre une lumière vive, puis le second œil savoure les "merveilles" de cette île.

Oh.

Les rumeurs sont donc vraies. Si je dois décrire rapidement ce que je vois, je manquerais de mots. Il faut l'avouer que la plage avait son charme avec ce sable d'un blanc nacré. Mon regard se lève vers les piques rocheux, des monts de plusieurs mètres de hauts, fendus par des chutes d'eaux impressionnantes. J'aperçois d'ici des bâtisses aux multiples fresques colorées. La forêt s'étendait sur plusieurs kilomètres. On y respirait la fraîcheur du bois et de la mer, les parfums des diverses espèces de plantes, et on voyait tout ce qui manquait en Shurima : des couleurs. J'aime peu de choses, mais cette île je l'adore. Vraiment. Il serait dommage qu'elle disparaisse... Mais je doute que quoi que se soit reste debout après le passage du Néant.
Tu doutes, Malzahar ?
Non. Je ne doute jamais...
La force qui m'habite me montre des images que je peine à ignorer alors que j'étais concentré sur les chutes d'eaux dans les montagnes. Elle me montre à la place un liquide violâtre mais remplis de magie pure, venant directement du monde parallèle du Void. A la place des bâtisses actuelles, je vois se former des piliers, pareilles à ceux d'Icathia. Des multitudes d'êtres du néant vivraient, se nourriraient, et formeraient une nouvelle société. Celle du plus fort certes, mais ce n'est pas plus cruelle que celle des animaux qui vivent sur Runeterra. Ça va, je sais déjà tout ceci... J'ai déjà vue, tout ceci.
Les visions cessent, et l'entité en moi est satisfaite de ma capacité à me plier à tous ses... caprices. Un caprice que j'admire. En soi, nous avons le même but. C'est juste que de temps en temps, je m'accorde des luxes. Par exemple, regarder une chute d'eau, les arbres, le ciel, la mer, et me dire : Mince, ce n'est pas si laid comme monde. Navrant, car se sont des désirs de mortels...

Bref, où en étais-je ?
Je descends, posant pieds sur le sable. Je fis un tour d'horizon, avant de me laisser guider par mes instincts. Que fais-je à Ionia ? Ma présence ici n'est pas du tout un hasard. Des événements passés sur cette île ont éveillé les pouvoirs du Void, et ont provoqué des ondes qui sont venues jusqu'à mon attention, alors que je me trouvais sur Valoran ... Je n'ai pas pu me déplacer immédiatement, cependant, j'ai laissé mon attention sur Ionia pendant des années, écoutant les murmures. La guerre entre Noxus et Ionia a fait énormément de victimes. La colère, la haine, la destruction, la folie... N'importe quoi a pu éveiller la puissance noire. J'ai sentis la présence rapide d'une créature du Void sur place... J'y ai perçu la panique. La peur chez les voidiens engendre une totale perte de contrôle et de réflexion... Ce qui les rends complètement instable. Sa présence fut si éphémère que je n'ai pas pris le temps de me pencher sur son cas. Elle avait rejoint le Void aussi vite qu'elle en était sortie... Mais une question est restée en suspens depuis...

Pourquoi est-ce que je ressens toujours sa trace sur place ? ... Peut-être a-t-elle eu le temps d'attaquer un mortel ?
Une force grandit, ici, à Ionia. Alors je vais me rapprocher, pour voir ce qu'elle devient.

Mes pas me guide non loin des premiers villages de l'île. J'essaye d'éviter le plus possible le contact avec les habitants de Ionia. Mon passage ici se veut rapide, sans contrainte. Il faut que je trouve cet être qui erre, qui a besoin d'être guidé sur la bonne voie. Moi qui ai souhaité si fort de ne jamais être vue, les ioniens ne l'ont pas entendu de cette oreille.
Un homme se détache du petit groupe qui le suit à la trace. Il me montre du doigt, alors que je suis encore à plusieurs pas d'eux. Il crie quelque chose que je perçois à peine, alors que des archers bandent leurs arcs.
Je m'arrête net.
Ah oui ? Essayez pour voir...
Mes yeux naturellement bruns foncés commencent à virer vers le blancs au fur et à mesure que la magie s’installe. Je souris, sentant sa présence. Mes mains gantelets ouvertes face au ciel émanent de l'énergie violine. Les marques turquoises que j'ai sur les bras se mettent à briller également, alors que mon regard se durcis.
- Vous.Osez.Nous.Défier ?, fit un voix à travers ma propre bouche, irréelle mais puissante.

Je sens que l'entité me procure la puissance nécessaire pour laisser libre cours à une magie dévastatrice. J'ai conscience de tout ceci, évidemment, car c'est grâce à mon esprit et à mon être que la magie du Void prend forme. L'entité montre son approbation en m'octroyant toutes ces capacités... Notamment celle d'être un phare qui guide les voidiens jusqu'à moi.
Trois voidlings font leurs apparitions, instantanément, suite à une rafale magique que j'envoie vers un des archers. Cela m'étonne beaucoup d'ailleurs, comment est-ce... possible...
Mais je n'ai pas le temps de réfléchir qu'une flèche m'arrive dessus. Je lève les bras, et de ce geste les portes du Néants s'ouvrent. La flèche s'engouffre dedans avant qu'elles se dissipent. Raté.
Je souris devant le mécontentement du mortel qui donne les ordres. Il semble important... Les autres le respectent et obéissent sans broncher. Intéressant.

J'ordonne aux êtres du Void d'attaquer cet homme. Ils foncèrent vers lui, affamés comme toujours, et l'attrapent par les jambes. Il s'étala au sol, et déjà les guerriers s'affèrent rapidement pour se débarrasser de ses ennemis. Une autre flèche est tirée, mais je lévite pour qu'elle aille se planter au sol. Raté, encore.
Je lui lance mon maléfice, pour qu'il puisse connaître le même sort que son compagnon, qui se tord sur le sol, suppliant que ses cauchemars cessent.
De plus près, leur chef est en faite un vieil homme, et au vue de son vêtement, il me fait penser à un vieux sage. Les guerriers lèvent les yeux vers moi, déboussoler en voyant un homme qui plane. Je souris en réponse, avant de me poser.
Les guerriers essayent de m'atteindre, arme au poing. Mon visage se durcit, contrarié, alors que je prépare un sort.
- Dégagez de là... , fis-je en fendant le sol d'une noirceur infinie qui grandit sous leurs pieds.

Quatre autres êtres du Néant apparaissent près de moi, sous mes yeux étonnés. C'est... Vraiment étrange. En temps normal, je ne peux pas en faire apparaître autant d'un coup.
Ais confiance, entendis-je dans ma tête. Soit, se sera fait. Les guerriers ont disparu, les archers hors d'états de nuire. Mon regard se pose sur le vieillard...
Froid, je marche vers lui, serrant les poings. Les Voidlings m'observent, attendant que je donne un ordre quelconque, fidèles et patients. Malgré leurs faims que je peux sentir, ils savent se montrer calmes. Ils attendent. Toujours.
Le "sage" me lance des regards noirs, et crache par terre :
- Monstre. Fais... ce que tu as à faire !

Mes yeux passent de l'impassibilités à la curiosités.
- Tu seras arrêté... crois-moi, continue l'homme, résigné à mourir.
- Ah oui ? , fis-je, sincère.
- Tu connaîtras une fin atroce, je le sais, et tu le mérites mille fois.

Je souris très lentement, et bientôt suit un rire à gorge déployé. Il faut que je lui remette les idées au claires, je dois bien cela à un homme qui croit être un prophète :
- Tu as tous faux, vieil homme, dis-je d'une voix toujours transcendée par la magie. En faite, je vais vivre pour voir Icathia renaître, et toi pauvre fou, je vais te laisser entre les mains de mes amis qui se rassemblent autour de toi. Insultes les encore, pour voir qui est le véritable monstre dans l'histoire qui connaîtra une fin "atroce".

Je finis sur ce mot que j'ai prononcé durement. Je me détourne du mortel et reprend une marche sereine, m'éloignant des cadavres et du village. Je ne me retourne pas lorsque le vieillard pousse des jurons et que les créatures du Void se mettent à grogner. Terribles, sans pitiés, elles attaquent, déchirent et dévorent l'homme vivant. Impudent qu'il fut...
Je ferme les yeux, d'où la magie se dissipe. Mon être est de nouveau calme et sans émanations surnaturelles.
Il faut quelques minutes aux voidlings pour me rejoindre. Je me suis arrêté sur un tronc renversé, assis, les attendant. Mais je n'en vois pas sept... Ils ne sont déjà plus que cinq. Je m'en doutais... Ils restent éphémères, même si à mon plus grand étonnement, ils sont venus à plusieurs sur un ou deux sorts. Ma volonté est-elle plus forte ? Ou est-ce que le Void s'insinue de plus en plus dans ce monde ?
La réponse viendra. Comme toujours... Mon attention se reporte sur les petites créatures. L'une d'entre elle se mit à grossir dans un "pop" qui résonne dans le bois. Deux d'entres elles fondent en cendre après des cris. Les deux derniers encore petits se chamaillent un bout de ... Hm. Tout à fait charmant de voir cela...
Après que mon dégoût soit passé, je me relève pour reprendre la route. Le plus grand des trois me suit aux pas, protecteur et bien portant. Les deux autres traînent en chemin, mais au final il ne restera plus que le grand qui m'accompagnera pendant quinze bonnes minutes, avant de finir en cendre à son tour.
La solitude me pèse à nouveau alors que je traverse les bois d'Ionia.


Finalement, suivre ses instincts sans connaître les lieux s'avère être difficile... Je finis par me perdre, bien sûr. Dans un soupire, je m'arrête en haut d'une colline, là où les arbres sont moins nombreux aux alentours. Je prends une pause pour pouvoir réfléchir et me concentrer. "Ais confiance"... Certes mais... Par où dois-je aller maintenant ? Je regarde vers la gauche, comme ça, et j'aperçois un temple. Hm... Un temple qui flotte dans les airs. Mon regard s'agrandit. Carrément ? C'est vraiment splendide, une merveille que j'ai hâte de voir de plus près. Même si ce n'est pas par là où je trouverais mon objectif, ce lieu me donnera un abris... Je n'ai pas vue ni habitations ni âmes qui vivent depuis plusieurs heures. Espérons que ce temple soit abandonné lui aussi... Vue son emplacement, c'est fort possible qu'il le soit. Mes pouvoirs me permettront de planer jusque là-haut.

En vingt minutes, je me trouve près de ses grands piliers blancs. Il est encore très beau malgré le manque de pierres, sans doute dû à l'ancienneté. Il est bien conservé pour un temple planant dans le ciel, et il force mon admiration qui grandit. Les peintures sur la pierre s'effacent avec le temps, mais restent resplendissantes. Je l'aime vraiment bien, cette petite île. On y découvre des choses surprenantes. Je ne me souviens pas avoir vue quelque chose de semblable en Valoran. Je vais pouvoir me poser, ici, au moins pour la nuit à venir.
Arrêtes toi.
Je m'exécute.
Il ne faut jamais discuter les impératifs, surtout lorsqu'elles émanent de l'Entité. Ma tête penche sur le côté, comme si j'écoute attentivement quelque chose ou plutôt quelqu'un. Mes yeux sillonnent les lieux, prudents. Je suis crispé sur place, comme si je ne dois absolument pas bouger...
Et je finis enfin par sentir une présence. Une énergie émane du temple. Une grande puissance. Je m'approche doucement. Je finis mon parcours ralentis par une prudence extrême vers l'entrée. Mon regard essaye de pénétrer la pénombre pour prendre connaissance de la personne qui réside ici... Qui est-elle, quelle est cette puissance qu'elle détient, est-ce humain ou autre chose ?
Je serre un poing, rassemblant l'énergie à cet endroit. Juste au cas où...

FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
Syndra
› THE DARK SOVEREIGN
› THE DARK SOVEREIGN
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 25
Messages : 70
Localisation : Ionia

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t55-syndra-grimoire#455

MessageSujet: Re: Puissance du Néant ♦ ft Malzahar   Jeu 29 Jan - 19:56



PUISSANCE DU NÉANT


Il était si proche et si puissant. Une sensation de pouvoir incommensurable s'aventurait sur mes terres. Je m'étais préparée à un tel face à face mais, ma crainte devenait de plus en plus oppressante. Une noirceur qui recouvrait mes pensées, voilant mes idées, m'empêchait de me concentrer. Durant ces quelques jours, je m'étais recluse au sein de mon temple afin de méditer et de canaliser tout mon pouvoir. N'ayant aucun indice ni même de nom sur cette entité qui s'était rendu sur Ionia, je songeai à évaluer notre niveau, nos capacités en tant que Mage. Tandis que le soleil baignait ma petite île, j'étais plongée dans le noir au sein de cette demeure qui est mienne. Alors que je me tenais en position de méditation, j'ouvre les yeux et pose pied à terre avec légèreté. J'avançais à pas de loup jusqu'à ce que j’aperçoive une silhouette d'un homme au regard blanc, flottant dans les airs avec ce châle mauve dans une tenue bleue, quelques drôles de symboles semblaient y être gravés. Son visage était, quant à lui, caché par une sorte de masque et cette capuche recouvrant ses cheveux. Je distinguais une mèche brune qui virevoltait par le vent. Je pouvais observer des bras musclés et une peau mâte, cet homme n'était pas de la région et je doutais qu'il vienne sur Ionia simplement pour me voir. Continuant ma marche, les rayons de soleil finissent par me faire apparaître au fur et à mesure que j'approche de l'entrée du temple. Un silence s'installe entre nous. Je fronce légèrement les sourcils, mon regard violacé ne cesse de déceler un quelconque signe d’agressivité. Cependant, il se tient là, impassible et froid. Du moins, c'était l'impression qu'il me donnait. Finalement, le silence est brisé par ma voix sépulcrale :

- Qui ose s'aventurer sur mon île?

Il ne ressemblait en rien à ce dont j'avais dans la tête, aucune image n'aurait pu me venir en tête tant que je n'aurai pas eu l'occasion de l'observer. Il m'était impossible d'envisager qu'une telle puissance provienne d'un être comme lui. Je le toisais du regard, attendant un quelconque mouvement de sa part, prête à foncer sur lui. Je descends les marches de mon temple lentement, dévoilant tout mon être. La commissure de mes lèvres se rehaussaient, un silence s’abat sur nous de nouveau. Mon instinct me prévient de ne pas faire le moindre faux pas, d'échanger des regards, regarder sa proie sous tous les angles inimaginables. Je me mets à deux mètres de lui, mon courage en main avec le plus grand des sang-froid. Il ose venir sur mes terres. Seul mon ami Zed pouvait y accéder mais lui, cet être fabuleux, avait souhaité admirer, explorer et peut-être même s'emparer de ce lieu sacré qui est le mien. Je soulève ma main et pointe un doigt accusateur. D'un ton glacial, je rétorque :

- Vous n'avez rien à faire ici.

FICHE PAR NOCTALIS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Puissance du Néant ♦ ft Malzahar   

Revenir en haut Aller en bas
 

Puissance du Néant ♦ ft Malzahar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Valoran :: Surrounding Islands :: Ionia-