lienlien
› Musiques Riot Games



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 La première du Café Société. [P.V Katarina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garen Crownguard
› THE MIGHT OF DEMACIA
› THE MIGHT OF DEMACIA
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 23
Messages : 180
Localisation : Leadin' the charge.

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t99-grimoire-de-garen

MessageSujet: La première du Café Société. [P.V Katarina]   Mer 20 Aoû - 9:59

"Bon sang.. Mais qu'est ce que je fais ici.. Jarvan, Lux, vous me le paierez.."

Garen était assis seul à une table, au Café Société de Blitzcrank qui venait d'ouvrir. A vrai dire, il s'est plus fait piéger qu'autre chose, par Jarvan et Luxanna. Des vacances, du repos qu'ils disaient. Bien sur que le capitaine du détachement hardi refusa, mais Jarvan alla jusqu’à lui ordonner de prendre un congé. Forcé, il fut même contraint de se rendre à un endroit précis, à Kalamanda. Cet endroit. A vrai dire, même assis ici, il ne savait pas ce qu'était cet endroit. Mais ici il pourrait se changer les idées, selon ses camarades Demaciens.. Cette histoire commença au retour d'une longue et éprouvante mission de plusieurs jours. Elle dura même une semaine entière. Le détachement hardi fut appelé pour chasser une bande de trolls, ou plutôt une véritable colonie. Habituellement, le Roi tolère, et même considère comme bienvenue les trolls, saufs quand il s'agit de pilleurs et tueurs. Une campagne qui fit voyager le détachement hardi dans tout le territoire de Demacia. Ce n'était pas des dizaines, mais une centaine de troll qu'ils ont dut occire. Une campagne dur, aussi bien physiquement que mentalement. Des dizaines de familles détruites, des ravages moraux qui marqueraient les esprits pour longtemps.

Ce qui n’empêchait pas Garen de vouloir repartir en mission aussitôt revenue de ce tour de force. Le Roi, sa famille et ses amis. Tous s’inquiétaient pour Garen, enchaînant toujours plus vite des missions toujours plus dangereuses. Voulait-il se prouver quelque chose ? Cherchait-il de nouveau défi ? Selon Jarvan, la pression s'accumulait, en plus du poids de la league sur ses épaules. Il représentait Demacia devant le monde entier, et ne prenait jamais un seul moment pour lui. S'en était trop, et le prince prit les devants avec la sœur de l’intéressé.

Ainsi, le colosse Demacien se retrouva assis, seul, à une table d'un endroit dont il ne soupçonnait même pas la fonction. Une jambe croisé au dessus de l'autre, il avait son visage enfoui dans sa main, comme dépité. Il se massa les yeux, essayant de se détendre malgré tout et d'observer ce qui l'entourait. A première vue, il s'agissait tout simplement d'un restaurant.. Très peut de monde, beaucoup de couple, qui se rejoignaient au lieu d'arriver au même moment. Mais aucun plat, aucune odeur n'émanant des cuisines et pour cause, il n'en voyait pas. Simplement des verres de vins, avec des tables décorés de seulement un bouquet de fleur dans un vase. Garen soupira, s'impatientant. Il entendait encore ce maudit robot l’accueillir et lui donner des indications.


"Oh. Oh. Oh. Golem-de-vapeur-honoré-de-votre-visite-Force-de-Demacia. Beep Boop.
Le-Prince-Jarvan-m'a-prévenu-de-votre-arrivée. Veuillez-vous-asseoir-ou-il-vous-plaira-avant-d'avoir-répondu-à-ce-questionnaire. Beep Bop Beep."

Et quelle idiotie ce questionnaire ! Bon sang. Il venait de le lire. Il s'agissait tout simplement d'une agence de rencontre. Une p*tain d'agence de rencontre ! Comme si il avait besoin de sa ! Il inspira un grand coup, se calmant et remplissant ce maudit formulaire, pourtant bien retissant. Il lut la dizaine de questions, et soupira encore une fois. Il allait répondre le plus honnêtement possible, histoire d'en finir rapidement. Et puis, au final, on ne sait jamais.. Il secoua la tête à cette simple pensée. Il n'avait pas besoin de sa ! Autant en finir et rentrer a Demacia. Il se gratta la barbe et commença a répondre, rapidement mais de façon juste.

Question 1 : Qu'est ce qui vous a décidé a venir ici ?
On m'a forcé. Et puis, au final, mes compagnons m'ont souvent dit de trouver quelqu'un, pour que puisse les laisser tranquille..

Question 2 : Les talents sont-ils important chez votre conjoint(e)?
Je ne suis pas sur de vouloir comprendre et répondre à cette question, maudit robot.

Question 3 : Les finances sont elles importantes pour vous ?
Vous connaissez ma famille ?

Question 4 : Des préférences physiques et morales?
Du moment qu'elle possède un certain charme et des longs cheveux.. Et un caractère fort.

Question 5 : Le défaut que votre âme sœur devra supporter ?
L'obsession pour ma terre natale.

Question 6 : Que pensez vous de fonder une famille ?
Et bien.. il viendra un jour ou je prendrais ma retraite.. C'est envisageable..

Question 7 : Qu'attendez vous d'une relation ?
Qu'elle soit la, tout simplement.

Question 8 : Qu'est ce qui vous motive le plus ?
Un challenge constant.

Question 9 : Etes vous maniaque du nettoyage ?
Nett.. quoi ?

Question 10 : Pour vous que serait l'amour ?
Quelque chose de... Comment un robot peut il avoir ce genre d'idée ?! Bon sang.. quelque chose de passionnelle.. Je dirais..

Il posa la feuille sur la table, attendit que le Golem la prenne et aille l'utiliser dans sa machine. Autant en finir. Garen observait encore les alentours, en soupirant. Il n'était pas vraiment pressé, mais curieux de savoir qui ce tas de ferraille pourrait lui trouver. Il se regarda, se reconnaissant à peine. Il n'eut même pas le temps de se raser et de se couper les cheveux avant de se faire envoyer de force ici. En simple chemise et pantalon, il se sentait comme nu, sans son armure. Il n'était vraiment pas à l'aise au final, et demanda une bouteille de vin qu'il commença tout seul. Deux verres malgré tout. Il esquissa un rictus, et remplit le deuxième verre qu'il posa en face de lui a l'autre bout de la table. Autant que ce soir court, mais agréable. On ne sait jamais..




Revenir en haut Aller en bas
Anéa
› V.I.P
› V.I.P
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 28
Messages : 85

Feuille de Jeu
Réputation :: 18

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: Grimoiiiiiiire

MessageSujet: Re: La première du Café Société. [P.V Katarina]   Sam 30 Aoû - 0:18


La ville minière de Kalamanda était ennuyeusement calme. Mais n'était-ce pas mieux en un sens ? L'atmosphère était moins tendue, les visages des passants se voulaient plus souriants. Quelle étrange sensation lorsque l'on sait que le continent est en guerre. Katarina se trouvait elle aussi dans un bon jour, chose rarissime s'il en est quand on connait la noxienne et son tempérament ardent.

Dans l'effervescence de la ville, on pouvait entendre les échos des derniers coups de pioches maltraitant la pierre dans un son métallique, accentué par la basse altitude d'épais nuages qui annonçaient la pluie. L'air commençait d'ailleurs à s'imprégner de cette odeur. La nuit qui pointait le bout de son voile allait être particulièrement noire.

Il fallait donc à la rouquine un endroit où tuer le temps en attendant que la pluie cesse, ses pas l'amenant dans ce qu'il semblait être un bar-café. En poussant les portes, elle fut accueillie par un mini-Blitzcrank - en plus mignon - qui lui souhaita la bienvenue avant de lui désigner une table circulaire agrémentée d'un vase et de ses quelques fleurs. Elles étaient d'ailleurs toutes dans ce style, avec chacune deux chaises, ni plus ni moins. En fait, il y avait beaucoup de couples autour d'elle...

Une fois installée, le mini-robot lui tendit ce qui aurait pu s'apparenter à un menu, mais qui était en réalité un questionnaire de... plus de 700 questions ?!
Elle le repoussa nonchalamment à l'autre bout de la table et sirota sa bière. Il n'empêchait que l'ambiance restait ennuyeuse et calme. Après plusieurs minutes à se tourner littéralement les pouces, Katarina envisagea que le formulaire aurait au moins le don de l'occuper un temps soit peu. D'autant plus qu'il commençait à pleuvoir.

C'était des questions basiques, sur les goûts et les préférences, mais qui se faisaient de plus en plus tordues à mesure qu'elle avançait.
Enfin, elle en eut fini avec ce passe-temps grotesque. Sortant de nul part, le mini-robot vint presque le lui arracher des mains.

« Beep-Beep. Nous-allons-passer-à-la-phase-de-compatibilité.

- Fais donc, saleté de ferraille. Au point où j'en suis... »

Katarina se remit à siroter sa boisson en le regardant s'éloigner vers une petite boite dans laquelle il inséra le formulaire avec soin.
Le coude sur la table, le menton posé dans la main, la noxienne attendait. Tout de même, se dit-elle, qu'est-ce que c'est cette histoire de compatibilité ?
Quelques longues minutes plus tard, le même robot miniature revint vers elle, les circuits visiblement en surchauffe.

« Beep-Boop. C'est-une-première-beep. Ce-genre-de-coïncidences-n'ont-qu'une-faible-probabilité-de-0,001%-d'arriver-beep-boop.

- Cesse de me faire languir, et dis-moi ce qu'il se passe.

- L'élu-de-votre-cœur-compatible-à-votre-reproduction-se-situe-ici-beep-dans-cette-localisation. Suivez-moi. »

Katarina n'en croyait pas ses oreilles. Qu'est-ce qu'un tas de circuits pouvait bien comprendre à ce genre de chose ? Ce genre de concept comme l'amour, la vie ou la mort leur était, pour ainsi dire, totalement étranger. Dépitée, elle fut néanmoins assaillie par le désir d'en savoir plus. Elle imaginait déjà le pire, s'attendant à découvrir une abomination sortie des fourneaux de Mundo, même pas humain. Et puis dans le pire des cas, l'assassin pourrait toujours se débarrasser de son "grand amour", la région étant tout de même bien montagneuse et forestière... Elle le suivit donc, silencieuse.

Le golem lui désigna un homme attablé, visiblement seul lui aussi. La noxienne soupira ; au moins, il avait deux bras et deux jambes, et sa couleur de peau ne semblait pas être violette fluorescente. Ce réel soulagement la requinqua et ce fut avec cet état d'esprit qu'elle s'avança vers lui avant de lui adresser la parole. Voyons voir combien de temps cette comédie va me distraire.

« Bonsoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Garen Crownguard
› THE MIGHT OF DEMACIA
› THE MIGHT OF DEMACIA
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Masculin Age : 23
Messages : 180
Localisation : Leadin' the charge.

Feuille de Jeu
Réputation ::

Sujets Roleplay ::

Grimoire :: http://tales-of-runeterra.forumactif.fr/t99-grimoire-de-garen

MessageSujet: Re: La première du Café Société. [P.V Katarina]   Lun 1 Sep - 22:19

Il n'avait pas fais attention jusque la, mais en plus du grand Golem de vapeur original, une demi douzaine de clones miniatures assistaient Blitzcrank. Le café était calme quelques minutes auparavant, mais il s'était transformé en véritable fourmilière avec l'arrivée des Mini boîte de conserve. La bouteille de vin se vidait petit a petit, désormais a moitié pleine. Ou à moitié vide. Tout dépend du point de vue. Êtes vous optimiste ou pessimiste ? l'optimiste verrait la bouteille a moitié pleine, le pessimiste a moitié vide. En l’occurrence, elle paraissait plus vide au capitaine Demacien, ou du moins pas assez remplie pour contenter son ennuie. Au bout du quatrième verre, Garen s'amusait, ou plutôt n'avait trouvé comme seul occupation, outre les boire, a faire tournée les ballons de rouge entre son majeur et son annulaire. Sa tête posé contre son poing gauche, il regardait l'alcool tourner, tourner et tourner dans le verre, en s'imaginait ce que Tête de Fer allait bien pouvoir lui trouver comme "Femelle apte à la reproduction", comme il disait lui même. Las, il avait déjà pensé à partir et abandonné ces vacances, plus proches de la loi martiale pour le capitaine. Jarvan sermonnant en tant qu'ami, est bien plus éprouvant et terrifiant que le Prince en colère qu'il peut-être. Plus fatiguant aussi. Alors autant aller jusqu'au bout. Après le cinquième verre, il s'en resservit un autre pour recommencer à faire tourner le vin dans le contenant en cristal. Enfin, un des minis-Golems avertit Garen qu'il allait rencontrer une "candidate potentiel et fortement qualifiée". Il ne savait pas vraiment si il devait comprendre cette phrase d'une façon positive ou péjorative. Dans un soupir, il se résigna, après tout, un robot ne pouvait comprendre les termes d'insultes, politesse, d'amour ou d'attirance. En revanche maintenant, la curiosité du Demacien était éveillé. Comme réveillé, il se redressa, posant son verre en essuyant du pouce le coin de ses lèvres, humidifiées et rouges à cause du vin.

Enfin, un autre des toujours plus nombreux Mini boîte de conserve dirigea une jeune femme à la table de Garen. Une belle femme. Rousse, taille dé guêpe, une démarche féline. Le seul défaut pouvait être cette cicatrice sur l’œil, mais qui ajoutait quand même un certain charme à la personne, un coté mystérieux et... Oh et puis assez. Il l'avait reconnu, et essayait tout simplement de se mentir a lui même, ne pouvant croire à cette coïncidence. Mais c'était elle. La fille Du Couteau. La seule capable de rivaliser avec lui sur le champ de bataille entre Demacien et Noxien. L'assassin contre le guerrier, la sournoiserie conte l'honneur, la soif de pouvoir contre la vertue. Au départ, c'est toujours comme cela qu'il avait vécu ces affrontements, mais plus ils combattaient, plus cette haine qui animait le Demacien se transformait en acharnement. Il n'avait jamais pu la vaincre, et elle non plus d'ailleurs. Elle avait néanmoins un avantage au "score", cette légère cicatrice sur la joue du Guerrier. Bien sur il l'avait déjà touché, envoyé valser dans les airs, mais jamais assez amoché pour la marquer ou la mettre à terre. Elle en revanche, elle, elle avait entaillé non seulement sa fierté, mais son visage. Cette cicatrice sur cette joue était comme une amère défaite. C'était donc un mélange d'amusement et de haine que son esprit ressentait en la voyant, ne sachant si Garen devait se lever et maudire cet endroit ainsi que Noxus, ou bien rire, sourire, et jouer le jeu. Un dilemme, mais à quoi bon réfléchir dans ce genre de situation. Ce "bonsoir" dénué de tout sarcasme et d'arrière pensé laissait Garen croire qu'elle ne l'avait pas reconnu, avec cet habit civil et cette masse pilaire inhabituelle chez un homme de sa rigueur.


"Bonsoir, Katarina. Jamais je n'aurais pensé te rencontrer ici, "Mademoiselle Du Couteau"."

Optant d'abord pour une approche amicale, malgré leurs différents, il regarda Blitzcrank, essayant d'imaginer si il pouvait se rendre compte de la dangerosité, dans le fait d'assimiler deux antagonistes, deux Nemesis à une même table pour conter fleurette. C'était absurde. Et l'envie de profiter de la soirée qui était finalement arrivée, se transforma rapidement et la première question qu'il se posa. "Mais qu'est ce que je fais ici ?"


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La première du Café Société. [P.V Katarina]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La première du Café Société. [P.V Katarina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Faille :: La Faille :: Rp Flashback-